Ce 21 octobre

par Florian, mardi 21 octobre 2014, 14:47 (il y a 1339 jours)

CE 21 OCTOBRE


Aujourd’hui je sens que le monde est ouvert
Je ne sais pas pourquoi
J’ai lu, continué un roman, un essai, une revue
Dehors il y avait une manifestation, près de l’Etoile
Des syndicats défendaient les salariés d’un hôtel de luxe
Ce n’était pas une contestation stérile, incompréhensible
Ce n’était pas une lutte vaine contre le malheur
Les manifestants ne se plaignaient pas d’une vieille chimère
D’une cause inconséquente et vague
D’une inadéquation au temps, d’une inadaptation
D’une haine de la nouveauté, des changements
Ce faible bruit disait quelque chose de précis
Dont on pouvait détourner la voix, la faire porter
Sur d’autres causes enfouies, sur des strates d’histoires
Des magmas turbulents de la création à nos jours


Ce doit être l’inaction, la lassitude et l’orgueil
Tout ce qui fait la rêverie en somme
Tout ce qui pousse à rester chez soi
A espérer que l’on ne nous y délogera pas
Si ce n’est par cette rumeur vivante
Pourtant ce n’est pas que de la rêverie
C’est une sorte d’anticipation
La conscience précise de ce qui se joue
Au travers d’une plainte insignifiante
La conscience de ce qui se jouera à l’avenir
Je l’ai dit c’est de l’orgueil, comment pourrais-je le savoir
Je le sais précisément, j’ai tout su dès l’instant où je me suis levé
J’ai su qu’il allait se jouer une prémisse
Une parenthèse où les choses se préciseront
Les consciences réunies en une exacte solitude
L’exacte solitude éclatée par les voix du dehors

Et je ne dirais pas quels sont les enjeux, je ne l’expliquerais pas
Car cela n’a aucune importance
Tout le monde le sait à peu près
Tout le monde vit le même temps
Tout le monde se déchire pour cette raison
Et malgré le jour clément, l’atmosphère, l’ozone n’y peuvent rien
Les gens se déchireront
Entre familles
Familles contre familles
Partis contre partis
Même parti contre même parti
Jusqu’à l’ossature
Jusqu’ à la plus profonde vertèbre et la plus profonde moelle
Où tout est identique, indifférent, calme, insensible

J’ai cet orgueil d’affirmer que je suis ce calme, cette insensibilité
A fleur de peau
A fleur de tréfonds
Et que c’est cela qui m’agite
Cela qui me maintient dans l’inactivité

Fil complet :