De l'importance du regard (suite)

par Périscope @, jeudi 18 mai 2017, 09:47 (il y a 130 jours)

De l'importance du regard


Il montait l’escalier de bois qui craquait sous ses pas. La lumière sombre
glissait sur ses reins massifs. Marcel Dupont s’engagea dans les couloirs
labyrinthiques étroits aux effluves rances. Je tentais de le suivre. Des

tuyauteries au plafond obligeaient par endroits à se courber. Des portes
ouvraient sur des cellules presque obscures. Devant certaines cellules
fermées, on surprenait des gémissements. Les gens marchaient sur le

linoléum épais, chaque pas laissant une trace humide. Des hommes
attendaient assis sur les banquettes. Ils vous dévisageaient impunément.
Parfois quelques uns se rassemblaient, debout, comme pour un conciliabule,

mais ils n’échangeaient aucune parole. Dans certains recoins, un téléviseur
était allumé, diffusant des images insoutenables. Des personnes solitaires
les regardaient avec ennui. Je m’inquiétais car j’avais perdu de vue Marcel

Dupont. L’étrange labyrinthe l’avait absorbé. Des individus se collaient
le ventre contre des cloisons, restant ainsi, extatiques, les yeux fermés.
Un personnage, sec et longiligne comme une lame de couteau, me prit

en chasse. Du moins c’est ce que je supposais. Il me suivait, se rapprochant
de plus en plus près, ce qui augmenta mon inquiétude. Des enceintes
propageaient une mélodieuse chanson anglaise. J’essayais de semer mon

poursuivant en disparaissant dans une zone très obscure. Je risquais de
me heurter au moindre obstacle. Je sentis alors brusquement une flagrance
de patchouli. Je m’apprêtais à plonger dans les bras de la quinquagénaire,

si l’homme en lame de couteau me sautait dessus. Mais rien ne se passa.
Tout sembla suspendu, l’obscurité pétrifiant les comportements. Les
haleines retenaient leur souffle. Alors que je me dirigeais vers une faible

source de lumière, je distinguai une ombre. Vers elle je tendis mes mains.
Ce fut un tapis touffu sur des formes moelleuses qu’elles rencontrèrent.
L’ombre ne se dérobait pas à mon toucher, ce qui m’encouragea à murmurer

« Vous êtes Marcel Dupont ? ». Un oui, timidement, me répondit.


fin prochainement dans la troisième partie


Fil complet :