Elle sort ce soir poème de Fabrice Selingant

par le Rouge-gorge, dimanche 25 juin 2017, 12:25 (il y a 148 jours)

Elle sort ce soir

Ah cette fluidité qu’ordonne le peu de tissu qui ondoie de finesse et de vent,
Sur la peau unie d’or, de bronze, de cuivre, de soleil, souple mouvement,
Souffle la douceur, la lumière, le cuir damassé, l’huile, l’argile libre,
La poudre des jambes, du ventre, du mont aux frondaisons de fibre.

Cette étape de nudité, parcelle d’air et de plaisir, d’avant fête, au soir,
Où l’on estompe avec parcimonie, où l’on s’apprête, lors des flamboiements,
Au soleil du couchant, la peau et les yeux, des dernières lueurs, miroir,
Quelques nuages d’anges roses, vermillons sur le turquoise d’un ciel sang.

Elle se voile, se découvre, aux caprices charmants de soierie des reins,
Odeurs de jeunesse qui exhalent de chaleurs fertiles, d’envies retenues,
Suavité, gestes sensuels des doigts qui instruisent mains, coudes et seins,
D’où les eaux qui ruissellent, jaillissécoulements, lavent cette pêche nue.

Le désir s’est plaqué là subrepticement où la courbe s’est ombrée de textile,
Corps perte de liberté, la chevelure se fait captive alors qu’en secret la nuit naît,
Ces liens magnifiés vibrants d’audaces la couvrent d’un réseau d’ombres futiles,
Et cet ajustement-là célébré d’harmonie est espace à quérir si ce charme lui plaît.

Fabrice Selingant
[image]

Fil complet :