Poésie pour se lever matin

par François, mardi 22 août 2017, 00:36 (il y a 91 jours)

Zurich, la nuit


Je racontais à Gianni mon nouveau projet d'œuvre littéraire
Persuadé du grand potentiel de celui-ci
Tout autant que de mon incapacité fondamentale
À le faire venir au jour comme je le veux
Il m'écoutait pendant peut-être vingt minutes
Avec une grande attention il me semble. Peut-être avec plaisir
Quand bien même je ne sais si le plaisir apparent
Sur sa figure venait de notre discussion
Ou des cigarette et des verres qu'il enchaînait
Son plaisir puisait dans toutes ces choses, sans doute
À la fin de ma présentation à-demi exaltée
À-demi auto-dénigrante, et qui n'était au fond
Que la présentation de ce quelqu'un que je voulais être
Il restait un court moment sans prononcer une parole
Puis il m'invita de la main
À regarder les dalles du trottoir de Zurich
Les bâtisses, puis les gens, ajoutant :
"Il n'y a pas de différence entre nous, ces dalles
Et le reste autour. Tout ceci ainsi que nous-mêmes
Sommes les descendants de la chute d'une étoile
Il n'y a pas de honte ni de timidité à avoir
Il faut créer comme si nous étions un Dieu
Une poussière"
Ses lèvres étaient sérieuses, ses yeux riaient
Je devinais bien qu'il se moquait de moi, à raison
Pourtant je ne pouvais pas m'empêcher de penser
Qu'il y avait là un bout de connaissance
Qui venait d'être délivré dans l'air
Sans savoir s'il s'agissait d'un présent
D'un effacement
Ou de ces deux choses mêlées

Fil complet :