mon avis sur l'insomnie

par François, mardi 29 août 2017, 00:12 (il y a 84 jours) En réponse à julius-c

Je viens de lire à ce sujet une interview d'Amélie Nothomb (dans Le Monde) qui raconte qu'elle est insomniaque depuis l'âge de 1 seconde. Insomniaque et oisif, c'est pénible, insomniaque et cuistot, difficile à mettre en œuvre. Insomniaque et écrivain, Il faut dire que ça en jette. Un peu comme insomniaque et vampire. Insomniaque et nyctalope. Insomniaque et aveugle de naissance, je ne sais pas si c'est possible. Je me demande d'ailleurs de quoi rêvent les aveugles de naissance. De chats en forme de spatule ? Peut-être qu'il suffit d'aller au cinéma, et de fermer les yeux pendant toute la durée du film, pour le savoir. Je parierai qu'une personne sur deux au moins, faisant l'essai, s'endormirait rapidement. Ce qui est conçu pour être vu mais ne l'est pas, endort. D'où mes doutes sur le fait qu'il existerait des aveugles de naissance insomniaques.
Je n'ai rien de particulier contre Amélie Nothomb, je la connais par les médias mais n'ai jamais lu ses livres. Je me souviens d'une citation d'elle que j'avais lu il y a des années (encore une interview) la voici : "je n'écoute pas de musique en écrivant, pour ne pas entrer en transe". Je m'étais dit que si la trance est mauvaise pour l'écriture d'un roman, elle est peut-être justifiée pour l'écriture d'un poème. Ah et une autre (je ne fais pas mine d'avoir une bonne mémoire, en vrai elle est très mauvaise) : "J'écris en funambule, je me déplace vers l'avant, chaque pas risque de me faire tomber d'un côté ou de l'autre, tout le travail consiste à rester sur le fil. C'est un travail d'équilibre, écrivain." ou quelque chose comme ça.
Sinon, je ne suis pas insomniaque pour ma part, j'ai toujours très bien dormi. Je fais de temps à autre des rêves lucides et quand je suis couché j'ai parfois des hallucinations visuelles incroyables, d'un réalisme parfait (j'allais dire "hallucinant" mais le terme était trop approprié). La dernière fois (il y a peut-être une semaine), j'ai distingué une sorte de lampe métallique au-dessus de moi. Une lampe éteinte, statique. D'ailleurs je dis lampe, mais il pourrait tout aussi bien s'agir d'une sorte d'encensoir aplatit. Je l'ai regardé avec attention, et j'étais surpris de constater que l'objet se tenait dans les airs, sans être soutenu par le moindre fil ou support. Je cherchais le fil. Mais la stupéfaction est venue quand je me suis rendu compte à quel point le jeu d'ombres et de lumières de l'environnement était parfaitement reproduit sur l'objet brillant. La simulation était absolument réaliste, c'est à dire indétectable. Le fait est qu'il y a des projecteurs dans le jardin de ma cour intérieure, la nuit les ombres des arbres sont projetées sur les murs et se meuvent. L'ombre qui tremblait sur l'objet était la continuité parfaite de l'ombre sur le mur. J'étais tout à fait éveillé. L'objet a fini par disparaître au bout de quelques secondes, quand j'ai commencé à trop raisonner, comme d'habitude. La question que je me suis posé ensuite était celle-ci : si le cerveau est capable de mettre en œuvre une telle simulation, comment affirmer qu'il ne serait pas en mesure de simuler la totalité de la réalité.

Fil complet :