Un air de tropisme... (2ème couplet)

par Claire, dimanche 17 septembre 2017, 16:29 (il y a 36 jours) En réponse à dh

moi j'y vois un questionnement sur l'identité, et sur la relation à l'autre et ce qu'on donne à voir de soi : sale ou propre, nu ou habillé, de façon banale ou séductrice ou repoussante. L'attention qu'on porte à ces manières de se "tenir", de se "montrer", la soumission aux normes sociales qui peuvent donner le sentiment que celui qui les néglige (et se néglige) y gagne une forme de liberté et de déchéance à la fois.
Dans ce huis (presque) clos à trois le déchu-libre est comme un objet que les deux autres tentent de s'approprier, se disputent, sans doute aussi parce qu'il n'exprime rien de son propre désir.
Il y a tout un jeu de dupes entre être et avoir, désirer et s'identifier, ou être envahi, ou dévorer, ou être englué.
La capsule, avec sa petite touche de science-fiction invraisemblable, me fait penser à l'impossible choix entre l'horreur d'être rejeté et livré au vide ou être "collés" à deux dans un espace clos....enfin, il y a bien d'autres choses et cette façon particulière qu'a Périscope de faire sentir le rapport des corps, la rencontre sensorielle, mêlée à la rencontre affective.
C'est aussi un texte sur la relation à deux, symbiotique, et la relation triangulaire marquée par la rivalité et la jalousie, mais aussi l'ouverture d'un "ailleurs".

Fil complet :