Les pigeons

par Écrire, dimanche 08 octobre 2017, 10:44 (il y a 69 jours)

Les gens sautaient des bus pour se précipiter dans des trains avant de bondir dans des tramways. Puis ils se ruaient qui sur un vélo, qui sur une trottinette, un gyropode, un YikeByke, un double-rond skate, un engin nomade non répertorié, que sais-je encore… en roulants des yeux à moitié aveugles derrière leurs petits hublots aqueux. L’état déplorable de la chaussée combiné à l’empressement concurrentiel engendrait maintes trajectoires aventureuses. Le tout formait un immense cafouillis circulatoire ponctué de glissades, parfois suivies de dégringolades molles ou spectaculaires.

Lorsque un mobile homme chutait, un petit attroupement se formait autour. On s’autorisait une parenthèse récréative sous la mitraille de déjections oxydantes. Qui sait, peut-être aurait-on quelque chose à raconter ce soir, en famille recomposée ou au bar des utopistes en sirotant une boisson écologique ? Si l’événement était assez gore, on tenterait de le filmer, puis de le monnayer auprès d’une chaîne de télévision peu regardante et très suivie.

Mais le plus improbable demeurait possible. Il arrivait qu’un empathe s’écria « voyons reculez, laissez le respirer ! ». Les masques se tournaient alors vers l’original, occultant des physionomies possiblement décontenancées... Quelques épaules tressautaient, suggérant des rires encapsulés. D’autres spectateurs scrutaient les alentours à la recherche d’une caméra cachée œuvrant pour un épisode de télé-réalité. L’intermède clos, la petite assemblée se désagrégeait, puis se diluait tel un sucre fataliste dans un bassin de mixture maronnasse.

Fil complet :