Cachés poème de Fabrice Selingant

par le Rouge-gorge, dimanche 12 novembre 2017, 19:35 (il y a 10 jours)

Cachés

Ici c’est l’habituel froid
Du foyer éteint d’une maison vide
Le tas de cendre fait illusion
Mais nulle braise ne peut redonner naissance
À la vibration qui précède le feu
Peut-on, lorsque le froid se fait cruel,
Demander de partager
L’ombre vacillante
De la flamme d’une bougie ?
Celle qu’on allumerait à deux
Cachés.

Fabrice Selingant[image]

Fil complet :