marcher à la nuit

par Périscope @, samedi 17 février 2018, 13:27 (il y a 125 jours) En réponse à catr

j'aime bien le désarticulé du poème

et puis les agrammaticalités, la poésie moderne nous y initie

mais déjà avec Rabelais, Villon


c'est dans ces béances de sens et de style que le lecteur rêve

évidemment ça marche peut-être sur des petites distances

on est toujours en quête d'une histoire ouverte, une illusion de récit,
c'est dans ce tremblé des codes qu'il y a toujours à trouver

Fil complet :