Ecrire n'est tolérable

par Rémy @, mercredi 04 avril 2018, 23:32 (il y a 222 jours) En réponse à réglisse

Ah non, ça ne le ferait pas, parce que, comme le dit Bonnefoy cité par Périscope, il faut que les personnes se placent d'instinct au niveau - acheté dans une quincaillerie, ce serait du calcul, pas de l'instinct, et donc intolérable.


-------------------

Je me souviens d'une quincaillerie dans mon enfance. On y achetait des billes. Ça coûtait la peau des fesses, et elles étaient bien trop belles pour risquer de les perdre au jeu. D'un autre côté, pour les garder à la maison et regarder solitairement dans la cour de récré les autres s'amuser, un sac suffisait amplement, et pas besoin de sortir ce souvenir douloureux trop souvent de son tiroir, et c'est comme ça que je suis devenu pingre, asocial et fasciné par les objets ronds et transparents.
Un jour, la quincaillerie, le voisin, un gros rougeaud, y avait envoyé sa fille, à qui on pesait le pain parce qu'elle était boulotte, y acheter un martinet, qui lui fut dûment appliqué, parce qu'elle avait dépensé l'argent du pain pour acheter des bonbons. Depuis, il pendait au porte-clés à côté de la porte d'entrée, et Stéphanie prenait davantage de précautions question bonbons, en les faisant acheter par mon frère moyennant intérêts (c'est comme ça qu'il a développé la bosse du commerce), en venant les manger chez nous, à toute vitesse, et en se lavant la figure ensuite pour ne pas trop ressembler à une fraise Tagada, même si elle avait une haleine de Malabar - ça n'avait pas trop d'importance, parce que ses parents ne lui faisaient pas souvent de bisous, exprimant leur amour plus volontiers à son autre extrémité par l'intermédiaire du martinet.

Fil complet :