L'amour a-t-il un sens ?

par T. Natorp, jeudi 31 mai 2018, 00:12 (il y a 200 jours)

Clara...
Je n'ai plus d'inspiration pour écrire. Tout s'est envolé avec la nuit dernière, nuit de chagrin parce que je ne sais pas comment t'écrire. Avec intensité, avec aplomb ou avec perfidie ? Tu te rirais de moi de toutes façons... Je veux t'embrasser, mais je ne sais pas comment. A l'arrêt de bus ? Je ne sais si je sais parler de toi, de l'amour, de tes yeux maquillés de noir. Je cherche mes mots, la plus belle phrase. Je n'aurais jamais dû cesser d'écrire, de chercher la formule qui va bouleverser mon âme. J'aurais toujours voulu être tel que tu m'as rendu. Quand je cesserai de me voir dans tes yeux, mon coeur en pleurs subira de nouvelles violences, de nouvelles frayeurs... Le cauchemar recommencera, et j'en pressens déjà les premières noirceurs. (...)
Au boulot maintenant je ne dis plus que n'importe quoi. Et c'est à cause de toi. Pardonnez-moi, c'est que j'aime Clara. A qui m'adresser maintenant pour te trouver ? Comment faire pour joindre les deux bouts de cet amour affamé ? Je mange et je bois en compensation, mais n'est-ce pas l'été qui arrive ? Ou alors il n'y a plus de saisons... J'ai pour moi d'être de bonne constitution, mais j'ai dans le ventre une boule qui n'attend que toi. Qui sera mon juge devant Dieu ? Je n'ai qu'une parole : je t'aime et je vais en crever. Je sais bien que ces jours sont les plus beaux de ma vie. De la vie à venir et de la mort prochaine. Alors je travaillerai. Pour mourir en paix. Pour adorer ton souvenir. Pour ne plus cesser d'être en guerre. Contre les vainqueurs et les vaincus, contre ceux qui remettent en jeu et ceux qui réclament revanche. Parce que je t'aurai aimé peut-être plus que les autres. Tu es la première que j'ai aimée de cette façon, si claire et si nette, comme une rose n'est autre que rose. Presque sans arrière-pensée, si proche de la pureté originelle de notre premier regard, de cet éclair qui passa entre nous.
Clara je n'aime que toi. Puissent ces lignes te parvenir d'une manière ou d'une autre, lignes que je joue à pile ou face. A pile "elle m'aime", face "pas du tout", à pile "je l'aime", face "plus que tout"... J'ai de la peine pour nos âmes affolées. Allons-nous oui ou non nous accorder ? Allons-nous blanc ou noir nous aimer ? Allons-nous pile ou face vers la même destinée ?
Clara je n'aime plus que toi, mais j'ai un devoir à honorer. Vas-tu le respecter ? Vas-tu me laisser aller où je dois être, c'est-à-dire loin de toi, loin de cette île avec un toit, avec Robinson, Vendredi, et tous les jours de la semaine, comme tu voudras ?

Fil complet :