une route, mais sans image

par Périscope @, mercredi 20 juin 2018, 10:51 (il y a 92 jours) En réponse à seyne

Ce que tu dis de la fonction de l'image dans l'art me semble très juste. Ce qui m'intéressait en dépouillant ton texte de ses images, c'était de voir ce qu'il en restait, voir l'os, voir le sujet décapé, je pense à Beckett qui emploie peu d'images (Kafka aussi), sans image demeurent le sujet verbe complément, son action, l'image peut être une fuite, une échappatoire, un vêtement. Je ne crois pas que réduire l'image produit de "l'introspection ordinaire", ne pas se protéger derrière l'image est une autre exigence, aller jusqu'au silence, la vibration intime,(je repense à Charles Juliet). Si Houellbecq a été évoqué par dh, ce n'est pas gratuit, en effet Houellbecq est économe de métaphores, il écrit direct, écrire clair, limpide, pour encore aller plus loin, le plus loin pouvant être à la surface, mais après avoir essayé ce détour.

Je ne prêche pas pour éliminer l'image, j'en suis le premier utilisateur forcené à regret. Je voudrais lutter contre elle, car pour moi, elle me semble une facilité. Mais art n'égale pas image.

Des images viennent en écrivant, celles d'un inconscient, alors on leurs fait chapeau bas, voilà une image.

Fil complet :