Focale subjective (12)

par Périscope @, samedi 23 juin 2018, 09:21 (il y a 147 jours) En réponse à seyne

C’est dimanche,
dans les rues à cette heure il n’y a que nous,
suivant les longs trottoirs du début d’après-midi.
Nous patrouillons, sillonnons,
c’est notre terrain, les rues de notre quartier depuis que nous sommes nés.
Nous rasons le métal terni des carrosseries,
et lorgnons tout en nous déplaçant le contenu des caniveaux.
Nous cherchons la maraude, la chose inconnue à faire.
Nous dansons narquois devant les grand mur crasseux,
comme l'écran de notre film intérieur,
devant les volutes du mot « Love » écrit à la craie plusieurs fois.
Danser sans chercher la beauté,
juste pour le déséquilibre,
juste pour être regardé.
Le L majuscule est écrit à l’ancienne.
Au milieu des prénoms accouplés,
tout est un peu usagé,
comme le tee shirt rayé du plus hardi d'entre nous,
ce danseur improvisé, celui dont nous imitons les gestes :
bras en croix, le corps penché d’un côté, la tête tournée de l’autre,
et le regard tordu.
Tout est doucement sali, pauvre,
sauf nos yeux brillants comme des joyaux,
sauf notre énergie.
Nous n'avons pas même conscience de nos mouvements.
Nous nous agitons seulement de rire.


(j'espère que tu me pardonneras cette petite variation pour un texte que j'aime bien)

Fil complet :