considérations

par loulou, mardi 04 septembre 2018, 19:49 (il y a 69 jours) En réponse à loulou

IL Y A DES choses qui se présentent avec l’air de l’évidence même, et jamais qu’elle. elles ne sont évidences qu’a posteriori, comme l’orthographe une fois apprise. mais c'est trop facile. on se croit libre, en fait on s’imite, enfin une version de rechange d'un soi, il y a des penderies à perte de vue où attendent nos Soi possibles, prêts à bondir, convoqués par l'opportunité de l'instant. il y a des traditions d’hospitalité mentale pour ce qui vous conforme dans vos opinions, des chambres entières réservées et décorées à cet efficient. je voyage comme ça dans le monde, comme on navigue entre des affluents de certitudes, ce n’est pas désagréable, on attend la mer, enfin on sera chez soi; modulo les déceptions qui en sont le strict inverse. je n’ai jamais été VRAIMENT déçuqu’une fois réalisé que j’attendais quelque chose, là on a mal, sinon pas grave: c’est la différence entre le regret et les remords, les remords c'est bon pour les lents à comprendre, lorsque les regrets rien n'empêchera jamais d'en tisser d'infinies tapisseries de Bayeux.
je dis toujours : toujours, jamais, et ça me fait plaisir. si quelqu'un veut voir mes tapisseries, je l'invite. je dis : ... et alors? je ne suis pas sûr d'avoir jamais vu quelqu'un penser. les phrases font des petits édifices Kapla selon différentes contraintes architecturales, qui respectent les normes ISO de la signification, parfois de la prosodie, il y a différentes écoles esthétiques, on observe à lire la corrélation de ces deux aspects, il y a des genres. on peut verser des mots en désordre dans tel moulage grammatical, ça fera tant bien que mal sens : je crois qu'on agit à peu près de la même façon. aussi, j'ai toujours beaucoup admiré les polyglottes.

Fil complet :