lumières

par seyne, jeudi 11 octobre 2018, 23:48 (il y a 12 jours) En réponse à Florian

remarque personnellement, j’ai toujours préféré la langue plus moderne de Rimbaud :
« ...
A noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d’ombre... » sur le même thème.
C’est d’une telle beauté que ma perception de la poésie en a été complètement et définitivement bouleversée (j’étais jeune adolescente quand je l’a lu), et que je n’ai plus jamais regardé les charognes de la même façon. J’ai vu leur beauté terrible, ce qu’elles nous disent.

Le poème de Baudelaire est plus explicite, peut-être un peu trop, tu as raison, mais quelle force ce poème, adressé à la femme qu’on aime, dont la beauté nous éblouit.

Fil complet :