La religieuse

par Périscope @, dimanche 21 octobre 2018, 11:22 (il y a 28 jours) En réponse à seyne

Quand un criminel frappe à la porte d’une religieuse, la religieuse ouvre sa porte au criminel entaché de sang, mais si la religieuse un jour vient se présenter à la porte du criminel, le criminel ouvrira sa porte à la religieuse que pour rajouter une tache de sang nouvelle à sa collection bien déjà entachée, à moins que la religieuse jouant de ses cornettes de charme, au criminel, fasse retarder le crime, au criminel de ses cornettes qu’elle charmera, au criminel taché de sang qu’elle détachera, au criminel coupable qu’elle déculpabilisera, au criminel minable qu’elle mènera si le criminel veut se faire mener par religion, conviction et abdication, sous l’emprise religieuse de celle qui aura prise sur le criminel, à moins que le crime par méprise ne viennent ensanglanter la religieuse cette fois décornée, décharnée, déchiquetée par le criminel criblant la religieuse d’un acte criminel sans foi ni loi, recommencés mille fois, de foi de criminel sur une religieuse croyante qui de surcroît pensait qu’en tout criminel au fond sommeillait un religieux, si évidemment le criminel aussi ne l’avait pas tué au fond, religieusement alors ne resterait plus qu’une femme religieuse pour ramener le criminel à la religion, empêcher le crime contre une religieuse qui aime relier le crime et la religion, qui pardonne le crime des criminels, seuls ceux-là bien entendu qui acceptent le pardon des religieux, ou de cette religieuse charmante à cornettes pour laquelle crime et criminel peuvent être déliés par les mains d’une religion parfois hélas cornue et malvenue mais nécessairement voulue quand le crime dépasse son criminel, et que le crime atteint d’autres criminels qui ne se pensaient point criminels mais que le crime toujours un jour finit par entacher de son acte sanglant affirment les criminologues, la religieuse épousera donc son criminel car sur lui elle exercera sa religion, et le criminel épousera sa religieuse car sur elle il testera son crime, son désir de crime, son empêchement de crime, sa résistance à l’acte parfaitement criminel, et la religieuse et le criminel s’escrimeront à comprendre l’autre dans le miroir de l’autre, pour lequel crime et religion sont vieux compagnons de toutes les expéditions avec collection de sang, le criminel saisira la main de la religieuse aux charmantes cornes, et dans le sein de la religieuse aux calmantes formes, le criminel fera tache d’une expérience criminelle dont il devra se défaire, poings liés aux mains de la religieuse à son tour criminelle, de tuer le crime au sein du crime, faisant du crime un fait religieux, et du criminel innocenté un coupable de religiosité pour avoir un jour frappé aux portes du religieux, lorsque ce fut une religieuse sur la porte qu’il trouva, et que de son masque criminel, cette religieuse libéra.

Fil complet :