dans le musée de la chasse...

par au phil de la vie, mardi 30 octobre 2018, 10:05 (il y a 17 jours) En réponse à Périscope

Dire que j'avais lu ce poème comme une louange sans nuance, une fascination univoque, une admiration sans fard, heureusement que tes yeux de biche y perçoivent une dénonciation cachée à ma vue grossière. C'est plus douçâtre.

Fil complet :