Ecrit sur place

par Périscope @, lundi 03 décembre 2018, 08:48 (il y a 11 jours)

Ecrit sur place

Une place est un endroit où on se trouve
De quelle manière une place nous oblige-t-elle à y prendre place ?
Une place est la convergence, le carrefour, la dissolution de plusieurs directions qui vont déterminer une place centrale, de laquelle, une fois en la place, on pourrait se déplacer vers d’autres directions, celles précisément dont l’axe a permis de converger pour l’instauration de cette place où je me trouve
Mais par pour longtemps
Car on ne se trouve pas sur une place, on s’y perd facilement, on se cherche, on s’y donne rendez-vous alors que sur une place il n’est rien de plus compliqué que de s’y repérer
Les repères n’en sont pas essentiellement les points cardinaux, pas toujours commodes à fixer dans une métropole dont on est soi-même qu’un minime point perdu parmi tant d’autres qui constituent le tout
Il y aurait bien des monuments, ou d’autres singularités architecturales que l’histoire a cru bon de figer sur la place, ou autour de la place, car une place a une circonférence qui délimite son emplacement
Mais être sur la ligne de démarcation de cette place est-ce encore être dans la place, sur la place, une place par définition étant un endroit qui entoure, cerne, embrasse celui qui se réclame avoir pris position et même prit place par cette position lui faisant dire justement à ceux qui le chercheraient « je suis sur la place, donc vous me trouverez là ! »
Pourtant une place se reconnaît à ce qui la limite, à ce qui est extérieur à elle, à ce qui ne laisse plus de champ ni de place à ce qui pourrait y avoir un emplacement, c’est-à-dire tout !
Car si une place est un vide, le lieu d’un aboutissement, là où on parvient qu’avec essoufflement, ce vide sera alors forcément rempli
On entend dire parfois avec soulagement « la place est vide », c’est toujours un événement, car à quoi peut servir une place vide, le vide invitant toujours à vouloir le combler
Nous avons vu des places vides, en temps de guerre, ou après des catastrophes, ou bien simplement quand la fête est finie, la place est ramenée à son origine, l’espace devient libre, chacun est libre de s’y rendre, les municipalités prévoient toujours des places libres dans leur ville, elles servent aux rassemblements, elles servent à regrouper toutes les forces qui ne peuvent plus contenir dans les artères voisines, les places envahies renversent les pouvoirs, mais aussi on les nettoie vite pour remettre de l’ordre
Une place vide avec un enfant qui joue au ballon,
Une place vide avec un vieillard chancelant qui a entrepris de la traverser
Une place vide avec des papiers gras que le vent fait rouler
Une place vide avec un banc
Une place vide avec l’arrivée d’un cirque à l’aube
Une place vide comme il n’en existe plus
Où est votre place, mais il n’y a plus de place, le monde affiche complet
On se déplace de plus en plus, nous serons obligatoirement des déplacés,
Il n’y a que la place du mort qui sera notre dernière place,
Celle-ci nous est déjà réservée.

Fil complet :