Extrait de "Borderline Parade"

par Timothée @, mardi 08 janvier 2019, 02:23 (il y a 14 jours) En réponse à 411

Ruisseler pour l'unité, ou le dernier verre...

Puisque dans la lie se loge... Au fait, que peut donc se loger dans la lie, sinon la vie (Vie ?), l'ami (Ami ?), peut-être aussi une colonne droite comme un " I " ? De vite en vite, je confonds le droit et le divin.

Avant qu'elle se dévête, je prends plein de vestes, plein de mots morts. J'en perds le fil de la musique : trois petites notes épuisées dans les joncs des marais sans fond. Et puis s'en vont...

Pas de pont, pas d'âme, pas d'amour.

Seulement ces mots cachés, ces consolations d'en très haut. D'en très très haut...

Aussi haut que les cieux ? Est-ce que cela se peut ?

Et c'est là, sous mes yeux, chaque matin d'amertume saboté en boulot terrible. Oh je ne me plains pas du boulot bien sûr, j'en ai plein les armoires. Pas pour ici, pas pour là-bas, mais pour ces mots très hauts qui viennent d'aussi loin qu'il y a au moins demain.

Fil complet :