Mercenaires II (remords, la nuit)

par Ropin @, mercredi 27 mars 2019, 21:14 (il y a 82 jours)

A l'heure où les verrous condamnent ma cellule,
Dès que tombe le soir sur les bâtiments gris,
Mon âme est diffamée au gré de ces esprits
N'ayant d'autres desseins que ma raison bascule.

Hier vient me trahir, délatrice crapule
Pour dire son remords et cracher son mépris
En donnant les détails de faits pourtant prescrits,
Sordide procureur dépourvu de scrupule !

Victime en trompe l'œil, martyr en faux-semblant
Chaque ombre a témoigné d'un regard accablant,
Dans la sourde clameur de ce profond silence.

Je n'ai fait qu'obéir, respectant mon mandat,
Pourtant ces entités qui réclament vengeance
Récusent, chaque nuit, mon rôle de soldat.

Fil complet :