Fin de vie, faim du monde

par Soledad, jeudi 06 juin 2019, 04:00 (il y a 19 jours) En réponse à seyne

Bonjour Seyne,
Toi qui faisais remarquer que l'on échangeait peu sur ce forum, te voilà servie non?
Même si je peux partager partiellement cette affirmation, qu'entend-on par forme? De quelle forme parle-t-on? Qui en détient les normes? Si ce sont celles promues par une minorité qui s'octroie la médaille du "bon goût", elles me sembleraient exclusives ne serait-ce que de par l'impossibilité de la plupart de mes semblables d'accéder aux outils nécessaires pour y parvenir. Je me méfie des dogmes et particulièrement de ceux qui ont trait à l'art et à la culture, dont les normes sont établies par une caste qui se pose comme référence. J'ai connu des artistes et des écrivains capables de me faire vibrer alors que je les trouvais d'une vulgarité affligeante (avais-tu lu le texte dîner de tons sur l'autre forum?).
Un de ces peintres, bel homme, séducteur et hâbleur, était capable de peindre 10 toiles dans une nuit, sans aucune démarche particulière et les écouler le lendemain dans une exposition en enfumant sa cour "d'amatrices mondaines d'Art moderne" à grand renfort de compliments sur leurs goûts artistiques et ses contacts dans le milieu parisien. Chez d'autres, au contraire, j'y trouve une grande intelligence, humanité, sensibilité, humour et fantaisie et pourtant leurs toiles ne se vendent pas car pas assez "ceci" ou trop "cela" pour les potentiels clients qui appartiennent tous à la même classe sociale et suivent, quand ils ne la créent pas, la mode du moment, cherchant dans la production artistique une source d'investissement.
Je me souviens également d'une causerie avec Michel Onfray (que je trouve très juste et intéressant par ailleurs) il y a une quinzaine d'années. Il affirmait que seuls pouvaient être philosophes ceux qui faisaient référence à d'autres philosophes puisque la philosophie permettrait de prendre conscience d'un cheminement de pensée, commune à l'humain (si ma mémoire ne trahit pas ses propos de l'époque). Lorsque je lui demandai ce qu'il en était de tous ces sages qui à travers le monde appliquent et transmettent une forme de philosophie orale et qui n'ont pas accès aux écrits non traduits dans leur langue, il me répondit que c'était du chamanisme, pas de la philosophie... Je te laisse apprécier.
Ce qui me plairait serait de maîtriser parfaitement l'écriture poétique classique, ne serait-ce que pour avoir la liberté d'y renoncer. De par mes études, je n'ai pas pu y avoir accès, tout comme à la philosophie d'ailleurs. Maîtriser la rime serait pour moi le pied... Le compte n'est jamais bon. Un jour peut-être?

Fil complet :