Désordres migrateurs

par Florian, lundi 10 juin 2019, 15:16 (il y a 15 jours) En réponse à soledad

C’est ingénieux car il n’y a pas de véritable construction d’ensemble. Les choses apparaissent à chaque vers et peu à peu un sens se forme, grossit et pose la situation comme un symbole, lorsqu’elle n’en avait pas les caractères au début. Le poème gonfle, comme si l’arrivée d’eau lui apportait tout son sens poétique au fur et à mesure qu’il avance dans le temps.
Les maladresses conduisent souvent à des choses plus subtiles, et les situations de rue en sont un parfait exemple. Du banal on passe à quelque chose de singulier, qui en fait est le produit vécu de cette banalité, de l’expérience.

Fil complet :