Dimanche au jardinet des roses

par Soledad, jeudi 20 juin 2019, 04:47 (il y a 123 jours) En réponse à Périscope

Cette éclosion de fleurs de saisons différentes ne me choque pas. Je l'ai plus lu comme une série de clichés pris à différents moments au cours de plusieurs années, que l'on aurait coupés et montés pour les repasser en continu. Un lieu intemporel donc, où vient s'ancrer un souvenir très précis. Dans cette maison qui semble habitée par l'âme d'un enfant (on aurait dû prévoir un petit air d'autrefois qui rassure les enfants) mais sans nulle présence physique, l'enfant va être témoin de phénomènes étranges, métaphysiques: la nervosité soudaine de la mère, les rideaux qui bougent sans raison, la féminisation d'un père qui parle avec une voix plus douce (jamais entendue auparavant)et qui fait preuve d'une douceur inhabituelle. Tout cela contribue à donner à ce lieu, qui visiblement altère de façon distincte et incontrôlée les comportements de chacun, une dimension onirique (qui m'a rappelé celles de certains films de Luis Buñuel), introduite, dès le début, par ce jardin extraordinaire hors temps.
J'ai bien aimé l'univers de ce texte, cette parenthèse temporelle qui laisse une porte ouverte au fantastique.

Fil complet :