En attendant Seyne

par catrine, mercredi 10 juillet 2019, 23:37 (il y a 74 jours) En réponse à seyne

.. tu dis "écriture purement introspective", c'est un regard, en fonction d'une position, purement subjective.
donc c'est... un jugement. un jugement servant de ... bouclier ? c'est interessant..
je me demande à quoi sert d'étiqueter ainsi, si ce n'est une défense ; est-ce une manière de lire de la poésie, de l'aborder ?
n'avions-nous pas dit pourtant que le poétique commandait la perméabilité ?
(réellement tu me dis : je me défend du propos, donc je ne te lis pas)

je me demande "es-tu certaine de ton jugement — en forme de porte qui claque ?"
et n'est-ce donc que cela ? .. rien d'autre ? vraiment ? ..rien d'autre... et voilà ma main enfermée dans un cercueil, celui de ta peur
(que puis-je faire de cela ?... rien. nada. rien, sinon tenter, encore et encore...)

je me demande aussi à quoi sert cette réduction, d'emblée.. parce que ce que tu perçois t'appartient en propre.
..comme une défense, incidemment l'attaque, et tout cela n'a rien à voir avec le texte, en somme...


le plus beau étant qu'un des textes explicite la peur, et comment celle-ci pourrit le jardin du soi... et le dévore...
Franck Herbert, psychologue et auteur disait que la peur est la petite mort de l'esprit.. qu'en fait il faut la laisser passer au travers de soi comme au travers d'un tamis — c'est un acte difficile qui n'a l'air ni d'un acte ni difficile, car l'humain tient à ses peurs autant qu'à sa souffrance, et que laisser aller, accepter de laisser aller, renverse et libère, lave et insuffle ... une force insoupçonnée (ho, cela fait peur!)

alors, si la peur tue, en attendant Love tue la peur, la défait (espère y arriver)
cette défaite est le véritable propos ... ho! wow! zut je l'ai dit...

Fil complet :