L amour est aveugle, nouvelle de Boris Vian

par au phil de la vie, lundi 23 mars 2020, 11:50 (il y a 192 jours)

I.Le cinq août a huit heures, le brouillard couvrait la ville. Léger, il ne gênait pas du tout la respiration et se présentait sous une apparence singulièrement opaque; il semblait, en outre, fortement teinté de bleu.
Il s'abattit en nappes parallèles; d'abord, il moutonnait à vingt centimètres du sol et l'on marcha sans voir ses pieds. Une femme, qui habitait au numéro 22 de la rue Saint-Braquemart, laissa tomber sa clé au moment d'enter chez elle et ne put la retrouver. Six personnes, dont un bébé, vinrent à son aide; entre temps la deuxième nappe tomba et on retrouva la clé, mais pas le bébé qui avait pris le large sous le couvert du météore, impatient d'échapper au biberon et de connaître les joies sereines du mariage et de l'établissement. Treize cent soixante-deux clés et quatorze chiens s'égarèrent ainsi dans la matinée. Las de surveiller leurs bouchons en vain, des pêcheurs devinrent fous et partirent pour la chasse.
Le brouillard s'entassait en épaisseurs considérables au bas des rues en pentes et dans les creux; en longues flèches, il filait par les égouts et les puits d'aération; il envahit les couloirs du métro, qui s'arrêta de fonctionner lorsque le flot laiteux atteignit le niveau des feux rouges; mais à ce moment là déjà, la troisième nappe venait de descendre et, dehors, on baignait jusqu'aux genoux dans une nuit blanche.
Ceux des quartiers hauts, se croyant favorisés, rallièrent ceux du bord du fleuve, mais au bout d'une semaine, tous furent réconcillés et purent se cogner de la même façon contre les meubles de leur chambre; car le brouillard s'était maintenant installé jusqu'au sommet des constructions les plus hautes. Et si le clocheton de la tour fut le dernier à disparaître, en fin de compte, la poussée irrésistible du raz de marée opaque le submergea tout entier.

II. Overt Latuile se réveilla le treize août d'un sommeil de trois cent heures; ils sortait d'une cuite un peu sévère et se crut tout d'abord aveugle; c'était faire bien trop d'honneur aux alcools qu'on lui avait servis. Il faisait nuit, mais une nuit différente; car, les yeux ouverts, il ressentait l'impression que l'on éprouve lorsque le jet d'une lampe électrique tombe sur les paupières closes. D'une main malhabile, il chercha le bouton de la radio. Elle marchait et les informations l'éclairèrent à demi.
Sans tenir compte des commentaires zoiseux du spicaire, Overt Latuile réfléchit, se gratta le nombril et reconnut en flairant son ongle qu'il méritait un bain; mais la commodité de ce brouillard jeté sur toute chose comme le manteau de Noé sur Noé, ou comme la misère sur le pauvre monde, ou comme le voile de Tanit sur Salammbô, ou comme un chat dans un violon, le fit conclure à l'inutilité d'un bain. D' ailleurs ce brouillard avait une douce odeur d'abricot poitrinaire et devait tuer les relents personnels. En outre, le son portait bien et les bruits prenaient, à s'envelopper de cette ouate, une curieuse résonance, claire et blanche comme la voix d'un soprano lyrique dont le palais défoncé par une chute malheureuse sur le mancheron d'une charrue serait remplacé par un appareil de prothèse en argent forgé.
D'abord Orvert balaya de son esprit tous les problèmes et décida d'agir comme si de rien n'était. En conséquence de quoi il se vêtit sans mal, car ses vêtements étaient rangés à leur place; c'est à dire les uns sur des chaises, d'autres sous le lit, les chaussettes dans les souliers et un des souliers dans un vase et l'autre sous le pot de chambre.
-Bon Dieu, se dit il, quel drôle de truc que ce brouillard. Cette réflexion sans grande originalité le sauva du dithyrambe, de l'enthousiasme ordinaire, de la tristesse et de la noire mélancolie en plaçant le phénomène dans la catégorie des choses simplement constatées. Mais il s'enhardissait peu à peu et s'accoutumait à l'inhabituel au point d'envisager quelques expériences humaines.
-Je descend chez ma logeuse et je laisse ma braguette ouverte, dit il. On va bien voir s'il y a du brouillard ou si c'est mes yeux.
Car l'esprit cartésien du Français le porte à douter de l'existence d'un brouillard opaque, même s'il l'est assez pour lui boucher la vue; et ce n'est pas ce que l'on peut dire à la radio qui risque d'orienter sa décision pour lui faire conclure à l'étrange. La radio, c'est tous des abrutis.
-Je la sors et je descends comme ça.
Il la sortit et descendit comme ça. Pour la première fois de sa vie, il remarqua le craquement de la première marche, le crainquement de la seconde, le criquement de la quatrième, le croquement de la septième, le frouttement de la dixième, le chuintement de la quatorzième, le bruiquement de la dix-septième, le gyyment de la vingt-deuxième et le zouingement de la rampe de laiton devisée de son support terminal.
Il croisa quelqu'un qui montait en se tenant au mur.
-Qui est ce ? dit il en s'arrêtant.
-Lerond! répondit M.Lerond, le locataire d'en face.
-Bonjour, dit Orvert. Ici Latuile.
Il tendit la main et rencontra quelque chose de ferme qu'il lâcha avec étonnement. Lerond eu un rire gêné.
-Faites excuse, dit il, mais on n'y voit rien et ce brouillard est diablement chaud.
-C est vrai, dit Orvert.
Pensant à sa braguette ouverte, il fut vexé de constater que Lerond avait eu la même idée que lui.
-Alors au revoir, dit Lerond
-Au revoir, dit Orvert, en lâchant sournoisement les trois crans de sa ceinture.
Son pantalon lui tomba sur les pieds et il le retira, puis le précipita dans la cage d'escalier.
C'est un fait que ce brouillard était chaud comme une caille fiévreuse; et si Lerond se balader avec son bazar à l'air, Orvert ne pouvait pas rester habillé comme ca? Tout ou rien. Sa veste et sa chemise volèrent. Il garda ses souliers.
En arrivant en bas de l'escalier, il cogna doucement au carreau de la loge.
-Entrez, dit la voix de la pipelette.
- Il y a du courrier pour moi ? demanda Orvert.
-Oh ! Monsieur Latuile ! S'esclaffa la grosse dame, toujours le mot pour rire...Alors...vous avez bien dormi, comme ça ? J'ai pas voulu vous déranger...Mais vous auriez vus les premiers jours ce brouillard!...Tout le monde était fou. Et maintenant...Eh ben, on s'habitue...
Il reconnut qu'elle s'approchait de lui au parfum puissant qui réussit à franchir la barrière laiteuse.
-Y a que pour se faire son manger que ce n'est pas très commode, dit elle. Mais c'est drôle, ce brouillard... ça nourrit, comme qui dirait; moi tenez, je mange bien... eh ben depuis trop jours, un verre d'eau, un bout de pain et je suis contente.
-Vous allez maigrir, dit Orvert.
-Ah ah, gloussa-t-elle, avec son rire comme un sac de noix qui descend du sixième étage. Tâtez voir, monsieur Orvert, j'ai jamais été aussi en forme. Même mes estomacs qui remontent...Tâtez voir...
-Mais...heu...dit Orvert.
-Tâtez voir je vous dis.
Elle lui prit la main du jugé et la posa sur les estomacs en questions.
-Etonnant ! constata Orvert.
-Et j'ai 42 ans, dit la logeuse. Hein ! On le dirait plus ! Ah!...Celles qui sont comme moi, un peu fortes, d'un sens ça les avantage...
-Mais bon sang, dit Orvert frappé...Vous êtes a poil!...
-Eh ben, et vous! dit elle.
-C'est vrai, se dit Orvert. Quelle drôle d'idée j'ai eue là.
-Ils zondit á le téessef, poursuivit la logeuse, que c'est un aérosol aphrobaisiaque.
-Ah...dit Orvert; la logeuse venait au contact avec une respiration courte et il eut un instant la sensation d'être refait par ce sacré brouillard.
-Ecoutez voir, madame Panuche, implora t-il. On n'est pas des bestiaux. Si c'est un brouillard aphrodisiaque, faut se retenir, crénom.
-Oh, oh ! dit madame Panuche d'une voix entrecoupée, et elle plaça ses mains avec précision.
-Ca m'est égal, dit Orvert très digne. Débrouillez vous, moi je ne m'occupe de rien.
-Ben, marmotta la logeuse sans perdre contenance, monsieur Lerond est plus aimable que vous. Avec vous faut faire tout le travail.
-Ecoutez, dit Orvert, je me réveille d'aujourd'hui... Je ne suis pas habitué, moi.
-Je vais vous montrer, dit la logeuse.
Puis il se passa des choses sur lesquelles il vaut mieux jeter le manteau du pauvre monde comme la misère de Noé et du voile de Tanit dans un violon.
Orvert sortit de la loge très frigant. Dehors, il prêta l'oreille. Voila ce qui manquait : le bruit des voitures. Mais d'innombrables chansons s'élevaient. Des rires fusaient de toutes parts.
Un peu étourdi, il avança sur la chaussée. Ses oreilles n'étaient pas habituées à un horizon sonore d'une telle profondeur, il s'y perdait un peu. Il s'aperçut qu'il réfléchissait à voix haute.
-Bon Dieu, dit il, un brouillard aphrodisiaque !
Comme on le voit les réflexions en question variaient peu. Mais il faut se mettre à la place d'un homme qui dort pendant 11 jours; qui se réveille dans une obscurité totale, compliquée d'une sorte d'empoisonnement licencieux et généralisé, qui constate que sa grosse logeuse croulante s'est transformée en une Walkie aux seins aigus et plantureux, Circé avide d'une caverne de plaisirs imprévus.
-Mince, dit Orvert, pour préciser sa pensée.
S'apercevant soudain qu'il était debout en plein milieu de la rue, il prit peur et recula jusqu'au mur, dont il suivit la corniche pendant 100 mètres. Là, c'était la boulangerie. Une hygiène appliquée lui ordonna de consommer quelque nourriture après toute activité physique notable et il entra manger un petit pain. Il y avait grand bruit dans la boutique. Orvert était un homme de peu de préjugés, mais lorsqu'il comprit ce qu'exigeait la boulangère de chaque client, et le boulanger de chaque cliente, il sentit ses cheveux se dresser sur sa tête.
-Si je vous donne un pain de deux livres, dit la boulangère, je suis en droit de vous demander le format correspondant, diable !
-Mais Madame, protesta l'organe aigu d'un petit vieillard en qui Orvert reconnut M.Curepipe, le vieil organiste du bout du quai...mais madame...
-Et vous jouez de l'orgue a tuyaux ! dit la boulangère...
M.Curepipe se fâcha.
-Je vous enverrai mon orgue, dit-il fièrement, et il se dirigea vers la sortie, mais Orvert était là et le choc lui coupa la respiration.
-Au suivant ! glapit la boulangère.
-Je voudrais un pain, dit Orvert avec peine, en se massant l'estomac.
-Un pain de quatre livres pour Mr Latuile, vociféra la boulangère.
-Non, non! gémit Orvert, un petit pain.
-Mufle ! dit la boulangère.
Et en s'adressant à son mari :
-Tiens, Lucien, occupe toi de lui, ça lui apprendra.
Les cheveux de Orvert se dressèrent sur sa tête et il s'enfuit à toutes jambes, en plein dans la vitrine. Elle résista. Il en fit le tour et sortit enfin. Dans la boulangerie l'orgie continuait. Le mitron s'occupait des enfants.
-Enfin bigre, maugréait Orvert sur le trottoir. Si je préfère choisir moi ? Avec la gueule qu'elle a cette boulangère...
Et puis il se rappela la pâtisserie après le pont. La serveuse avait 17 ans et la bouche en coeur, et un petit tablier gaufré... peut être qu'elle ne portait que son petit tablier... Orvert descendit à grand pas vers la pâtisserie. Il tomba trois fois sur des corps enlacés dont il ne s'amusa pas à repérer les combinaisons. Mais dans un cas au moins, ils étaient cinq.
-Rome ! murmura t il. Quo vadis! Fabiola! et cum spirituo tuo! Les orgies ! Oh !
Il se frottait la tête, ayant récolté à la suite de son contact avec la vitrine un oeuf de pigeon des mieux venus. Et il pressait l'allure, car une présence qui participait de sa personne, mais le précédait d'une bonne longueur, l'incitait à arriver le plus vite possible.
Pensant qu'il approchait du but, il tacha de rejoindre les maisons pour se guider au toucher. Il reconnut la vitrine de l'antiquaire, au disque rond de contreplaqué boulonné qui maintenait en place une des glaces fêlées. La pâtisserie dans deux maisons. Et il heurta de plein fouet un corps immobile qui lui tournait le dos. Il poussa un cri.
-Poussez pas, dit une grosse voix, et tachez moyen de m'enlever ça des fesses, sinon vous allez vous faire murer la gueule...
-Mais... heu...qu'est ce que vous croyez, dit Orvert.
Il obliqua a gauche pour dépasser. Second choc.
-Alors quoi, dit une autre voix d'homme.
-A la queue, comme tout le monde.
Il y eu un grand rire.
-Hein ? dit Orvert.
-Oui, dit une troisième voix, bien sur, vous venez pour Nelly.
-Oui, balbutia Orvert.
-Ben prenez la queue, dit l'homme. On est déjà soixante.
Orvert ne répondit rien. Il était navré.
Il repartit sans savoir si elle avait son petit tablier gaufré. Il prit la première à gauche. Une femme venait en sens inverse. Ils tombèrent tous deux assis par terre.
-Je m'excuse, dit Orvert
- C'est de ma faute, dit la femme. Vous teniez votre droite.
-Puis je vous aider a vous relever, dit Orvert. Vous êtes seule, oui ?
-Et vous, dit elle. Vous n'allez pas me sauter dessus a 5 ou 6 ?
-Vous êtes bien une femme ? continua Orvert
-Voyez vous même, dit elle.
Ils s'étaient rapproché l'un de l'autre et Orvert sentit contre sa joue des cheveux longs et soyeux. Ils étaient agenouillés l'un devant l'autre.
-Où peut on être tranquille ? dit il.
- Au milieu de la rue, dit la femme.
Ils s'y rendirent, se repérant sur le bord du trottoir.
-J'ai envie de vous, dit Orvert
-Moi de vous, dit la femme. Je m'appelle...
Orvert l'arrêta.
-Ca m'est égal, dit il. Je ne veux rien savoir d'autre que ce que mes mains et mon corps sauront.
-Prenez, dit la femme.
-Naturellement, constata Orvert vous n'avez pas de vêtements.
-Vous non plus, dit elle.
Il s'allongea contre elle.
-Rien ne nous presse, dit elle. Commencez par les pieds et remontez.
Orvert fut choqué. Il le dit.
-Comme ça, vous vous rendrez compte, dit la femme. Nous n'avons plus que le moyen d'investigation de notre peau. N'oubliez pas que je n'ai plus peur de votre regard. Votre autonomie érotique est dans le lac. Soyons francs et directs.
-Vous causez bien, dit Orvert.
-Je lis les Temps Modernes, dit la femme. Allez dépêchez vous de faire mon initiation sexuelle.
Ce que fit Orvert à de nombreuses reprises et de diverses façons. Elle avait des dispositions indubitables, et le domaine du possible est étendu quand on na pas peur que la lumière s allume. Et puis, ça ne s'use pas, après tout. L'enseignement que lui donna Orvert de deux ou trois artifices non négligeables, et la pratique d'une jonction symétrique plusieurs fois répétée introduisit de la confiance dans leur relation.
C'était là une vie simple et douce qui fait les hommes à l'image du Dieu Pan.

III. Cependant la radio signala que des savants notaient une régression régulière du phénomène et que la couche de brouillard baissait de jour en jour.
Il y eut un grand conseil, la menace étant de taille. Mais on trouva vite une solution, car le génie de l'homme est à mille facettes, et lorsque le brouillard se dissipa, ce qu'indiquèrent des appareils détecteurs spéciaux, la vie put continuer heureuse, car tous s'étaient crevé les yeux


https://lire-ik.skyrock.com/599365231-L-amour-est-aveugle-nouvelle-de-Boris-Vian.html?fbclid=IwAR39kTp7x5KfOQa_PypQiLW40mW437m9wjVjUAXbImp9NxR05-PoS9pDnmM

Fil complet :