Retour de l'exercice des 10 mots

par 411, lundi 02 novembre 2020, 19:57 (il y a 27 jours)

Bonjour,

confinement oblige, je reprends l'exercice des 10 mots.


En voici 10 d'Alain Mascaro:


Étincelle, virage, silence, vernis, miracle, poubelle, caprice, bannir, merveille,
camembert.


j’ai fais virage soudain évité les grands axes de mon enfance
quand poursuivre était trivial me suis sorti de la poubelle
où j’avais pourtant jeté mon cœur et ce jusqu’à l’adolescence
quand on m’a trouvé beau quand j’ai provoqué l’étincelle
à partir de laquelle rapidement le feu de joie s’est embrasé
m’a brûlé vif moi traînant de merde en beauté de tripaille en merveille
j’ai écrit à mort sombré à mort sans me remettre des baisers
de ces caprices que sont l’amour la joie le shit et la bouteille
bien caché sous mon vernis j’ai protégé quelques couleurs
l’odeur du camembert le toucher d’une hanche et l’esprit d’une ordure
puis mêlant le tout créant ratures j’ai provoqué littérature
couché miracle devant moi du bout des doigts caressé la douleur
d’être génie dans un domaine et un puceau dans tout le reste
il m’a fallu bannir désir et tout éclat qui ne soit peste
danger de néant permanent déséquilibre et fin des temps
dans toute histoire ou tout poème être sali est important

et je me suis bâti malgré moi sur les ruines de l’instant
où j’ai découvert les mots la puanteur et puis les rives d’un printemps

que j’ai poursuivi sans plus attendre
jusqu’à la mort de l’âge tendre


.................................



Et, plus difficile mais rudement intéressant à développer, les 10 mots de mon meilleur ami, Pierre Dubessay:


"Mort morte mortelle mortel
Morts mortes mortelles mortels
Immortel immortelle"


Voyez le truc ! C'était super excitant, et je l'ai fait en deux façons, essayant de ne pas répéter plusieurs fois le même mot.


1.


en ce moment ne sens que l’âme réelle telle quelle et morte
et pourtant belle et prenant corps je porte mort comme une eau forte
mais les vivants échappent encore aux tyrannies de l’Immortel
les âmes perdues me rassurent d’être si faibles et si mortelles
si hors des fleurs qu’on porte alors aux défunt nous mortels
aujourd’hui maman cruelle est redevenue mortelle
mais la haine elle seule séquelle la haine est immortelle
la haine qu’on voue à ces autels qu'on se transporte aux années mortes
et pourtant belles et prenant formes je forte ciel comme une eau porte
demain matin maman vivra je la tuerai puis je refermerai la porte

sur nous
et plus rien ne sera dit

2.

je tue des morts à mort tant mortelle est ma colère d’immortel
tant ma haine aux crocs mortels porte les mortes au cœur
de mon délire de mes mortelles déraisons défonces douleurs
mortel sera mon nom et si morte la langue d'alors reviendra immortelle

et se payera le Novotel
s’étant quelque peu appauvrie depuis quelques temps

Fil complet :