X

par 411, dimanche 08 novembre 2020, 09:09 (il y a 22 jours)

4h37 ça y est l’angoisse est là elle me saute à la tripe
plie mon corps ne peux plus avancer que courbé et je flippe
sens le danger de mort permanent ma pensée part en morceaux
je dois m’allonger je suis à nouveau l’enfant traumatisé dans son berceau
le mal prend tout mon corps mes dorsaux sont de fer
mes abdos du mazout ma pensée un enfer
je rêve prairies tranquilles d’après-monde me délecte du néant
quand tout sera calme et rassurant pour mon élan fainéant
car je n’ai de force vitale que dans le fond mes poèmes
je n’en peux plus faut que j’écrive encore une fois je dis je t’aime

pour ne pas dire je me hais

ce poème n’a aucune importance ce poème est un cachet
que j’avale avec un peu d’eau avant d’aller me recoucher

5h25 la fin du monde

Fil complet :