les trois remarques et la suite.

par konsstrukt @, vendredi 18 juillet 2014, 11:06 (il y a 2085 jours) En réponse à zeio

oui, il y a un peu de posture, c'est vrai - il ne faut pas oublier que c'est aussi un texte là pour donner envie de lire mon bouquin, donc un peu plus, euh, dragueur, qu'un texte purement théorique.

j'aime bien toutes tes métaphores, et ta définition du style - qui rejoint, au fond, ce que j'attend de la forme, c'est vrai. un redoublement, un approfondissement, quelquefois aussi un trouble, par le rythme par exemple, de ce que dit le texte. mais j'en reviens à ça, tout de même : pour moi, quand on remarque le style, quand on se dit "ho ! que c'est bien écrit !", ça commence à déconner. ça ne va plus. ce que j'aime tant chez hemingway (ou chez hammet, ou chez d'autres), c'est d'éprouver l'impression que la phrase ne pourrait pas être écrite autrement. que l'adéquation entre la phrase et les idées qu'elle exprime est si forte, qu'il n'y a aucune variante possible. et j'ai l'impression que cette impression s'obtient, non pas en fabriquant un style, une voix, un ton, mais au contraire en soustrayant tout ce qui n'est pas absolument nécessaire. et aussi, entre la prose de chandler, hammet, hemingway, bukowski, et d'autres, je ne suis par certain de faire la différence, à part remarquer que ces phrases-là, je ne peux pas, personne ne peut les écrire autrement. alors que céline, ou duras, non seulement on les repère à trente mètres, mais en plus, on sent bien que leur texte est la cristalisation d'un infini possible de textes - ce qui me déplaît souverainement (alors qu'en musique, par exemple, c'est plutôt ça qui me séduit).

Fil complet :