les trois remarques et la suite.

par Claire @, vendredi 18 juillet 2014, 13:53 (il y a 2143 jours) En réponse à konsstrukt

je vois bien ce qui te déplaît dans cette façon de voir le style, et souvent ça me déplaît aussi, dès que ça cesse d'être au service d'une justesse de l'expression pour devenir une "marque de fabrique" narcissique.
Pourtant, qu'on le veuille ou non, je crois qu'il y a quelque chose dans la façon d'écrire de chacun qui renvoie à ce qu'il est : la vitesse à laquelle il mange, les musiques qui le calment et celles qui l'horripilent, la façon dont il regarde ses interlocuteurs, s'il transpire facilement ou pas, les livres qu'il a adorés, le moment où il quitte une assemblée, sa façon de se mettre en colère, sa façon d'être tendre, etc.....l'image qu'utilisait zeio de la voix me paraît assez juste. L'empreinte vocale est unique, faite de prédispositions génétiques et d'évènements de vie, de la façon qu'on a de se voir....etc....là, je crois que l'inconscient a sa place.

il y a autre chose, et c'est la question des "formes" qu'une situation socialo-politique particulière induit.
Les jeunes afro-américains des banlieues ont créé des formes, picturales, musicales, poétiques, qui répondaient à ce qu'ils vivaient et à ce qu'il étaient, (comme les troubadours du moyen-âge ou les artistes du théâtre nô, d'ailleurs).
Et ça, c'est quand même important. C'est comme créer une langue commune, capable de dire quelque chose de cette situation nouvelle, que les langues existantes ne pouvaient pas dire. Et pour moi, ces formes, ces styles, sont des tentatives de résoudre des problèmes vitaux.
Je crois que certains individus font de même.

Fil complet :