ta poésie sera écrite avec du sang

par d i v, dimanche 09 juillet 2017, 13:25 (il y a 106 jours)

.



























Je me fais mal aux yeux
J’ouvre un paradis
Plus grand que les étoiles
Et puis tes cheveux
c’est pas la fleur
Qui vient jusqu’à nous
C’est la couleur des mots
Qui s’imprime sur le bois le plus dur
Telle la forêt
Tel le marbre
Où tu t’assoies
Quand tu fais du vélo
Tu penses à quoi
A du sang fraichement rompu sur du goudron
A des chants de batterie quand tu ouvres les bras
A des moissons tristes que le plus petit animal
Sait dans la peau plus grande que le soleil
Et on s’attache à des détails
Futiles
Violents
Comme la combinaison des chiffres sur une tombe
Perdue comme des bouteilles en plastique
Sur un lac pour te dire
Qu’il faut vivre en harmonie
Avec les fleurs et les insectes
Qui te boufferont un jour
Le cœur et le sexe
Si t’en n’a un
Juste au-dessus du nez
Pour mieux voir la mer
Nos nappes rouges
Brodées d’armure ancienne
As-tu conscience de vivre
As-tu fait un large sourire aux roses bleues ce matin
Qui n’étaient là que pour toi
Pour s'ouvrir
As-tu conscience d’être ici
Quand tu fais l’amour
Quand tu fais du vélo
Quand tu écris à ta mère morte
Sortie étendre le linge de ta couche
Pour savoir quel temps il fera demain
Les draps blancs sont déchirés
Par nos manques d’amour
Les draps blancs sont des fleurs rouges
Détruites par des papillons affamés
Retrouvés dans des verres d’eau
Sur des grandes tables en ciment
Où tu poses parfois la tête pour réfléchir
Et puis le corps
Et le désir
Pour savoir qui tu es vraiment
Un vélo
Un marbre
Une route marbrée
Pour un vélo fou avec sa chaine en or
Tout ce fait dans les 5 ans
M’a dit dieu dans le regard d’un pauvre
Et c’est pour ça
Que je n’ai plus rien
Chez moi
C’est glauque
C’est comme une tombe
C’est comme un arbre avec un visage dedans
Pour avoir peur la nuit
Alors je me prépare
J’attends que quelque chose se passe

C’est comme une jolie fille
qui met du rouge à lèvre
pour embrasser du sang


























.

ta poésie sera écrite avec du sang

par sobac @, dimanche 09 juillet 2017, 14:19 (il y a 106 jours) @ d i v

à bicyclette, le temps parait s'enlisait, mais le coup de pédale permet de passer a faire la fête

tiens pour faire la fête et pédaler dans ta chambre

par d i v, dimanche 09 juillet 2017, 14:33 (il y a 106 jours) @ sobac

ta poésie sera écrite avec du sang 2

par Augustin, dimanche 09 juillet 2017, 14:20 (il y a 106 jours) @ d i v

[ JE SAVAIS QU AVEC TOI DANS LES PARAGES J ECRIRAI A LA FORCE DU POIGNET LE SANG LES FLEURS MORTES L AMOUR ET TON VELO POUR TE POUSSER DANS LE VENT POUR QUE TU NE TOMBES PAS DANS MES BRAS FRAGILES ET PUISSANTS COMME UN COQUELICOT QUE JE COMPARE A TA BOUCHE AIMANT LE VIN SUR MA PEAU ] [ d i v ]



j'ai peur de mourir
j'ai peur de toucher le fond
j'ai peur de mon chat
j'ai peur de faire du vélo
parce qu'on a deux genoux
une fronde
un élan
un lac
une secousse
un monde qui n'était pas le notre
je froisse du papier
une enveloppe
de la peau
et j'attends
et j'attends
le baiser sur l'enveloppe
pour mourir un peu dans toi
j'ai peur d'être doux
perdu
ici
là-bas
dans la violence des arbres
où le linge est encore froid
il me semble
pour écrire quelle date
avec du crayon rouge
ta bouche en train de me dire
tu finis jamais tes phrases
alors
rien
on va rester là
jusqu'à la fermeture
du ventre

ta poésie sera écrite avec du sang

par dh, dimanche 09 juillet 2017, 15:18 (il y a 106 jours) @ d i v

ta poésie sera écrite avec du sang

par d i v, dimanche 09 juillet 2017, 15:31 (il y a 106 jours) @ dh

as tu déjà embrassé une jolie fille avec du rouge à lèvre rouge pour t'en foutre plein la queue pour que tu jutes non pas blanc cassé mais rose bonbon, Denis ?

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, lundi 10 juillet 2017, 16:43 (il y a 105 jours) @ d i v

[image]
Lait-fraise ou sang de mamelle ?

ta poésie sera écrite avec du sang

par d i v, lundi 10 juillet 2017, 17:04 (il y a 105 jours) @ Rémy

c'est marrant j'avais un truc comme ça en tête
bien joué

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, lundi 10 juillet 2017, 17:25 (il y a 105 jours) @ d i v

C'est frais du jour !

Il faut de la colle à papier-peint, de la peinture pour les murs rouge et de la blanche, et du papier de protection pour les peintres en bâtiment. La colle, on la met dans le rouge pour le rendre plus ferme, mais il faut de la patience, rajouter un peu d'eau et beaucoup touiller parce que sinon ça fait des grumeaux. Remarque, ils sont transparents, on pourrait aussi s'en servir à l'occasion. Par contre ç't'assez temporaire tout ça, même si on n'y touche plus du tout ça s'homogénéise doucement, ça devient rose, et puis le papier absorbe de l'eau et fait d'affreuses auréoles, enfin bref ça ne reste pas frais longtemps. C'est comme ça, les trucs vivants ça vieillit mal.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, lundi 10 juillet 2017, 19:07 (il y a 105 jours) @ Rémy

Je vois un petit bonhomme avec un grand nez, l'air plutôt renfrogné, qui porte un bonnet à pompon et chevauche une créature marine mugissant vers le ciel.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, lundi 10 juillet 2017, 23:16 (il y a 105 jours) @ Claire

Je crois bien qu'il y a une sorte de fantôme chevauchant derrière le petit bonhomme, et le monstre marin pourrait être une licorne pensive à qui on a arraché sa corne. Mais c'est aussi triste alors que du sang de mamelle, bien plus que du sperme mêlé de rouge à lèvre, sperme pompier en quelque sorte.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, lundi 10 juillet 2017, 23:49 (il y a 105 jours) @ Claire

Une licorne sans corne, c'est une blanche haquenée, un peu banal certes mais pas non plus déshonorant.

Ce soir les flux se sont calmés et tout est presqu'uniformément rose. Non pas pompier mais bonbon. Les pompiers, ils sont au coin de ma rue avec la grande échelle, mais sans lumières bleues ni sirènes, peut-être qu'ils aident seulement un chat à descendre du toit. Et il apparaît malgré tous mes soins des grumeaux transparents au cœur du plus profond rouge. Et sur une autre peinture, le tortillon noir si beau si luisant se contracte en séchant et arrache le fond jaune. Il fait trop sombre pour photographier, je ne peux pas vous montrer tout ça, il faut attendre demain, et va savoir ce que ça sera devenu. La peinturlure t'façon ç'a beaucoup à voir avec la patience.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mardi 11 juillet 2017, 09:51 (il y a 104 jours) @ Rémy

Voilà, rose bonbon avec des grumeaux transparents et des auréoles.

[image]

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, mardi 11 juillet 2017, 15:12 (il y a 104 jours) @ Rémy

ce qui est intéressant pour l'imaginaire c'est que l'interaction des différents liquides entre eux crée des sortes de franges entourant des "trous" rouges et que l'ensemble donne une impression organique. C'est pour cela que je parlais d'une licorne à la corne arrachée. Ici, je vois maintenant une sorte de tête d'hippocampe ou de rhinocéros, poussant de sa corne une tête d'enfant aux yeux étranges. Les franges qui les entourent donnent un effet de créatures aquatiques.



J'avais écrit pas mal de poèmes à partir d"encres" de Zao Wou-ki. C'était une bon point de départ.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, mardi 11 juillet 2017, 15:14 (il y a 104 jours) @ Claire

Ça fait deux cornes perdues ou invisibles....

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mardi 11 juillet 2017, 18:06 (il y a 104 jours) @ Claire

Les trous rouges, en poésie, doivent être deux, et au côté droit...

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mercredi 12 juillet 2017, 12:04 (il y a 103 jours) @ Claire

Ce matin c'était sec, j'y ai reversé une couche de blanc nuageux, on verra si le rouge à la colle se redissout...

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mercredi 12 juillet 2017, 12:09 (il y a 103 jours) @ Rémy

Ce que je veux dire, c'est que l'important là-dedans, et qui devrait servir d'inspiration, n'est pas tant l'aspect de la chose à l'instant t que son histoire, et j'y fais ci et ça fait ça et ça dure et ça évolue de ci vers ça, et les flux se tarissent et jusqu'à leurs traces disparaissent mais ça se revivisce à l'occasion et le blanc fait toujours mais le rouge autrement, etc. etc. etc.. C'est pas une peinture, qu'on regarde, c'est une peinturlure, qu'on raconte.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, mercredi 12 juillet 2017, 14:44 (il y a 103 jours) @ Rémy

oui, si je comprends bien, ce qui te semble important ici c'est l'œuvre en tant qu'expérience, et forme presque vivante, si on considère qu'elle est prise dans une transformation qui la mène à une quasi destruction. Et non une "Œuvre" achevée une fois pour toutes, que les générations suivantes doivent admirer et tenter de protéger des outrages du temps.
Personnellement il m'est arrivée d'être assez agacée par les interminables descriptions de certains artistes, d'un processus créatif qui les met en scène avec une évidente complaisance, photos à l'appui, descriptif d'une sorte de journal de bord aussi délayé qu'ennuyeux et vide, propos philosophiques abscons, etc...mais on ne peut pas du tout te faire ce reproche.
Ces gens-là me donnaient le sentiment de ne pas vouloir s'effacer derrière l'œuvre qu'ils créaient, et de tenter de la soumettre à une pensée rigide et indigente à la fois. Donc d'interdire aussi à celui qui la regarde toute créativité personnelle, comme on se saisit d'un objet trouvé, pour en faire sa propre affaire.

En fait, ici, peut-être pourrait-on intégrer dans "l'expérience" qu'est cette œuvre, qu'à un moment tu as fixé par la photographie certains états intermédiaires de son évolution, que tu les as montrés, et que des esprits étrangers au tien y ont vu des images, les ont décrites. Intégrer cela dans l'histoire...les gens de delivre faisant partie de l'expérience au même titre que tes gestes, les différents liquides que tu superposes, le carton qui se gondole, la nuit qui tombe et le sommeil, l'évaporation, et ce que tu trouves le lendemain matin.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mercredi 12 juillet 2017, 22:05 (il y a 103 jours) @ Claire

Ah oui, cette œuvre-là, vous y avez participé.


Effectivement, les discours d'artistes, ça n'est pas souvent bien.
Tant pis pour vous, moi j'aime bien raconter mes œuvrements.

En ce moment je suis dans une série intitulée "colonnes vertébrales". Je fabrique une longue boîte en relevant les bords d'un papier de 100 par 30 cm, ensuite j'y trace une longue ligne de peinture à la colle, d'une extrémité à l'autre, munie d'une courbure élégante ; je l'y laisse reposer un instant pour que les pointes et bris se lissent, et cette sournoise en profite pour infiltrer un peu de son eau dans le papier, ce qui le fait gonfler le long de son parcours, qui se creuse donc un peu - ce papier un peu brun, avec une ligne creuse, c'est assurément un dos. Ensuite je couvre tout d'une autre couleur diluée dans plein d'eau, et là ça se met à évoluer dans tous les sens : le papier s'imbibe et gondole en sens perpendiculaire à la colonne (c'est parce qu'il a un sens de gondolement, que j'ai savamment respecté en le découpant), la colle gonfle, elle relargue de son pigment, ensuite ça sèche en partant du haut des gondolures, du coup ça tire de ci de là, la colle coule, tout se tortille (c'est une jeune colonne vertébrale, ç'a tendance à vouloir soit s'avachir soit onduler), la couleur du fond se fragmente et dessine une résille sur la colonne au fur et à mesure que la colle gonfle, ensuite le fond des gondolures sèche, laissant, suivant le pigment, une poussière, ou des plaques, ou des auréoles ; et en dernier la colle, qui marque un creux plus profond et plus coloré que tout le reste, avec de pitoyables restes de résille - triste fin de soirée. Mais ! artiste comme je suis ! à un moment judicieusement choisi de toute cette fête, à l'aide d'une burette, je trace un long tortillon d'une couleur contrastée, pour faire joli ; si c'est déjà sec, le tortillon sèche à son tour et décolle la couleur de fond, alors je peux soit le recoller (mais il devient brillant) soit l'arracher pour qu'on voie sa trace ; mais si c'est encore baignant, les mouvements de papier, de colle et de liquide emportent des morceaux de tortillon, qui secrètent à leur tour des bavures de couleur. En fait, j'avais l'intention de passer une deuxième couche de fond pour redissoudre la colle, mais maintenant que j'ai vu que le rouge ne joue pas le jeu, je me tâte - peut-être que je ferai une colonne verte, comme celle d'une orphie, ou bien que je mettrai la deuxième couche avant que la colle soit sèche... Ou les deux... Ou bien je tirerai des côtes vers les côtés... Ah, c'est captivant ! À suivre, je vous les montrerai quand j'aurai fini la série, mais ça peut prendre longtemps, vu qu'elle est féconde.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Claire, mercredi 12 juillet 2017, 22:28 (il y a 103 jours) @ Rémy

Oui, tu ne la livres pas totalement à sa disparition, tu la photographies.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, jeudi 13 juillet 2017, 12:39 (il y a 102 jours) @ Claire

C'était juste pour faire plaisir à div.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mercredi 12 juillet 2017, 20:57 (il y a 103 jours) @ Rémy

La colle se redissout mais ne relargue pas son pigment rouge... Il a coagulé et formé une croûte... Dommage...

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, lundi 10 juillet 2017, 23:39 (il y a 105 jours) @ Claire

C'est moi. C'est une constatation souvent faite que dans chaque portrait il y a un peu celui du peintre.

ta poésie sera écrite avec du sang

par dh, mardi 11 juillet 2017, 07:51 (il y a 104 jours) @ Rémy

bizarre.

moi je trouve que ça ressemble à une orchidée.

ta poésie sera écrite avec du sang

par Rémy @, mardi 11 juillet 2017, 08:52 (il y a 104 jours) @ dh

C'est une belle fleur, et virile.

Voies associatives

par Claire, jeudi 13 juillet 2017, 11:25 (il y a 102 jours) @ d i v

Le titre m'a mise mal à l'aise. Je ne pouvais m'empêcher d'imaginer une adolescente maladive tentant d'écrire avec le sang tiré de ses scarifications. Quelque chose de doloriste.
Et puis la deuxième associations c'est une chanson de Manset : "Pacte avec mon sang". Un pacte avec le diable qui en échange de sa signature lui promets la gloire et la fortune, et d'être "Jules verne, Maupassant"...ces auteurs du XIXème siècle dont il est devenu un grand lecteur, et qui ont fait pencher le style de ses textes vers - à mon avis - une certaine préciosité que je n'aime pas (sans compter ses derniers livres que je n'aime pas). Comme si, oui, en se servant de son sang, tiré hors du corps, on ne pouvait que perdre son âme, la vendre pour un leurre.
La troisième, c'est en lisant vraiment le texte qu'elle m'est apparue : il ne s'agit ici pas d'écrire avec du sang répandu par une brèche de la peau (même si cela apparaît furtivement avec l'image d'une chute à vélo blessant les genoux), mais plutôt il me semble du sang qui pulse à l'intérieur du corps, un sang vivant qui conforte la conscience d'être dans le monde, d'y baigner, et non un sang mort, fascinant.
Le lien avec le rouge à lèvres va bien sûr aussi dans le même sens.