écoutez tous mes belles musiques en midi

par dh, samedi 15 juillet 2017, 17:10 (il y a 430 jours)

écoutez

par d i v, dimanche 16 juillet 2017, 01:02 (il y a 430 jours) @ dh

écoutez

par C.K., dimanche 16 juillet 2017, 03:29 (il y a 430 jours) @ d i v

J’ai été réveillé hier par le bruit d’un éclair. C’est la première fois que ça tombe si près de moi. J’ai d’abord cru à un coup de fusil et, une fois entièrement tiré hors de mon sommeil, pensé à un acte terroriste. Il a également beaucoup plu hier soir, paraît-il autant qu’en trois semaines. Mais le bruit de la pluie sur ma fenêtre m’a bercé et je me suis facilement rendormi, j’ai même été heureux qu’il pleuve autant, puisque comme pour tout être humain, il n’y a rien de plus rassurant que d’être à l’abri en temps de pluie. Le rythme constant joue aussi une grande part. Comme j’ai été réveillé plusieurs fois j’ai pu me souvenir de quelqu’un de mes rêves, très puissants en ce moment. Il y en avait un qui revient souvent: je joue au foot mais je suis incapable de me déplacer et j’attends, statique, l’arrivée de la balle. Une fois qu’elle arrive tout près de moi je suis incapable de taper dedans. Est-ce une représentation mentale du kairos et de mon incapacité à saisir les occasions quand elles se présentent ? Je ne sais pas. Il est dommage que les rêves sachent tout de nous, et nous, très peu sur eux. C’est un très mauvais marché. Un homme à la radio se plaignait qu’à la moindre contrainte météorologique Paris s’arrête. Ce n’est pas la bonne logique: les villes ont autant besoin de sommeil que leurs habitants, comme ce n’est pas un hasard si autant d’espèces animales hibernent.

avec les paroles

par dh, lundi 17 juillet 2017, 13:41 (il y a 428 jours) @ dh

questions aux experts en chanson

par dh, lundi 17 juillet 2017, 17:28 (il y a 428 jours) @ dh

j'ai l'impression que ça ressemble à pas mal de trucs que j'ai du entendre à droite à gauche... les accord sont piqués sur "D", une chanson du groupe codéine, d'où le titre... mais bon ... en pop musique les "emprunts" sont monnaie courante, hein... est-ce que vous pensez que ça tient la route ? rémy ?

questions aux experts en chanson

par Rémy @, mercredi 19 juillet 2017, 00:15 (il y a 427 jours) @ dh

La chanson, ça n'est pas franchement mon domaine d'expertise...

Question écriture, euh... non, c'est papossub. Mutatis mutandis c'est l'orthographe d'un enfant de 6 ans. Les quintes à la basse, les trompettes de Jéricho, les phrases qui finissent au milieu, les pâtés à la main gauche, les faux chiffrages, tout y passe. Mets au moins la fondamentale à la basse du dernier accord !

Tu vas avoir du mal à trouver une chanteuse, il n'y en a pas beaucoup qui arrivent à attraper comme ça des notes complètement en dehors de l'accord... Il faudra en tout cas lui donner le ré avant de commencer. C'est à cause de ces rés que ça s'appelle "souvenirs de D" ?

Question composition, c'est pas mal, il faut finir le morceau ! Logiquement après le refrain et la répétition du refrain il devrait venir un couplet, puis de nouveau le refrain, c'est-à-dire la forme AABA. Au boulot !

questions aux experts en chanson

par dh, mercredi 19 juillet 2017, 07:32 (il y a 426 jours) @ Rémy

euh... peux tu me dire où sont less fautes d'orthographe ?... je n'en vois pas, pour ma part.

"D" c'est le titre d'un chanson du groupe de slowcore codéine, dont je me suis inspiré pour les harmonies. c'est sur youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=PmSPPYG9dp4

questions aux experts en chanson

par Rémy @, mercredi 19 juillet 2017, 10:22 (il y a 426 jours) @ dh

Hm, les fautes d'orthographe...
Ce qu'il y a, c'est qu'en musique l'orthographe n'est pas si stricte qu'en français. Déjà, il faut choisir un style de référence : on n'écrit pas le classique comme le baroque ni comme la pop ni comme le jazz. Là c'est dur de dire quel style tu voulais.
Ensuite, le but de la musique sur partition, c'est d'être lue suffisamment rapidement pour pouvoir jouer à la lecture, donc il faut te demander qui va lire ta partoche, et l'écrire en respectant les habitudes de cette ou ces personnes. Un jazzman n'a pas les mêmes habitudes de lecture qu'un popeur ni qu'un pianiste classique.


Ceci étant dit, voilà les problèmes que j'y vois moi.


Le premier problème, c'est la voix : le ré que tu fais chanter à répétition est en-dehors de ce qu'atteint une femme qui n'a pas pris de cours de chant, donc en écrivant cette note-là aussi souvent, tu exiges une chanteuse expérimentée. Ce ré est aussi la note la plus haute du registre de contralto, donc parmi les chanteuses expérimentées, tu disqualifies toutes celles qui ont une voix grave. En gros, comme chanteuse, il te reste Vanessa Paradis.

Ensuite vient la question du style : les accords enchaînés sans rapport tonal mais tous issus d'une seule tonalité, les phrases mélodiques sur deux ou trois notes et qui s'arrêtent au milieu d'un accord, c'est de la pop. La mélodie complètement en dehors des accords, c'est du jazz. Les paroles, c'est du post-romantique fin XIXe.

De là, problème avec les chiffrages. Normalement, les chiffrages servent d'une part, à indiquer les accords parce qu'ils ne sont pas écrits en toutes notes (mais là, toi, tu les as écrits en toutes notes), d'autre part, à donner un cadre à l'improvisation. Sauf que si on prend les chiffrages que tu as écrits et qu'on les joue comme le ferait un musicien expérimenté, on n'obtient pas du tout la même disposition de la main gauche du piano que ce que tu as écrit toi ; et du fait que la mélodie ne fait pas partie de ces chiffrages, on ne peut pas improviser dedans en répondant à la voix de manière sensée. Si tu tiens aux dispositions de la main gauche du piano, enlève les chiffrages ; si tu veux que ce soit du jazz, réécris les chiffrages de manière à ce qu'ils contiennent la mélodie (par exemple, le premier accord est E-7 et le second CMaj9). Mais en fait, le mieux ce serait de corriger la manière dont le piano réalise ces chiffrages, voir ci-dessous.

Ensuite, problème avec les basses. D'une manière générale, dans tous les styles, la basse doit jouer la fondamentale des accords, sauf
- si un accord se répète sur plusieurs mesures (comme dans une valse),
- ou si la ligne de basse chante une mélodie intéressante qui a besoin en cours de route (mais pas à la fin des phrases) d'autres notes que les fondamentales,
- ou, en musique classique, si jouer la fondamentale amènerait des quintes ou des octaves parallèles avec la mélodie.
Notamment, faire jouer la quinte d'un accord parfait à la basse est très rare et réservé à des cas très précis (la pompe de la valse, la quarte-et-sixte mozartienne) - et en tout cas absolument exclu au dernier accord du morceau. (C'est autorisé pour les accords diminués et tous les accords de 7e, mais seulement aux endroits où on a besoin d'un accord très instable, qui passe rapidement.)

Après, trois problèmes sur la réalisation des accords.

Question distance entre l'accompagnement et la voix : systématiquement plus d'une octave, donc la voix se détache complètement, il n'y a pas d'interaction entre les deux. Ça colle avec le fait que la mélodie est en-dehors des accords, mais c'est comme si le piano jouait la Marseillaise pendant que la chanteuse chante À la claire fontaine...

Main gauche : ça fait des pâtés dans le grave, ça grogne sans grâce. Utilise des dispositions plus aérées. D'une manière générale, on ne met les accords entièrement dans la main gauche que quand on joue la pompe, et alors ils sont placés aussi aussi près que possible du do qui se trouve entre les deux clés, et loin de la basse. La disposition normale, c'est de mettre les accords juste en-dessous de la mélodie.

Accords parallèles : si tu décides que c'est de la pop, c'est super (supervulgaire, mais parfaitement dans le style). Par contre, en classique ou en jazz, le prof d'harmonie te dirait à la deuxième mesure ah, les trompettes de Jéricho. L'enchaînement normal des accords, c'est que
- les chromatismes se font sur place (le sol va au sol#, le si au sib, etc.),
- les dissonances (7es, retards, appoggiatures supérieures) descendent d'un degré (ou restent sur place si leur note de destination n'est pas dans l'accord suivant),
- les sensibles et appoggiatures inférieures montent d'un demi-ton (il arrive que la sensible monte d'un ton entier, c'est joliment debussique),
- les autres notes bougent aussi peu que possible.
On évite particulièrement les quintes parallèles, qui sonnent moyennâgeux (d'où le nom des trompettes). En tout cas, pas question que tout l'accord descende en bloc d'une tierce, comme tu l'écris aux deux premières mesures. De mi+sol+si à do+mi+sol, le si monte au do et les deux autres notes restent où elles sont.



Seulement bien sûr, si tu corriges tout ça, ça devient un autre morceau, dans un autre style. Remarque que le style actuel, "pop de débutant", n'est pas très flatteur, donc ça ne gênerait pas d'en changer...

questions aux experts en chanson

par dh, mercredi 19 juillet 2017, 11:23 (il y a 426 jours) @ Rémy

merci rémy, pour ces commentaires.

vulgaire, dis tu ?

moi ça me va. je dois avoir un faible pour la vulgarité.

j'ajoute

par dh, mercredi 19 juillet 2017, 12:57 (il y a 426 jours) @ dh

ton long message ne répond pas à mon interrogation qui portait plus sur l'originalité de la chanson : est-ce que ça ressemble trop à une chanson déjà existante, en particulier à la chanson de codéine dont j'ai mis le lien ?

sinon :

1. le mélange de différent styles, c'est interdit ? les beatles, tu as entendu parler ?

2. la voix n'est pas trop aiguë : neil young (un homme, donc) chante plus aigüe en voix de tête sur after the gold rush. ah mais pardon, tu ne connais pas neil young. toi tu en est resté à vanessa paradis. chacun ses goût, hein.

3. les chiffrages sont faits pour la guitare. ce sont les accords de base en position I que n'importe quel débutant connait. sauf toi.

j'ajoute

par Rémy @, jeudi 20 juillet 2017, 10:05 (il y a 425 jours) @ dh

Il te reste donc Neil Young comme chanteuse, en plus de Vanessa Paradis. Bravo ! Bien composé ! Et pourquoi pas la Bartoli ? Le ré, elle y arrive ! Et en plus, elle le trouve toute seule dans un accord de mi, sans qu'on le lui souffle à l'oreille.

Quant aux accords parallèles, j'ai failli effectivement écrire "on fait ça à la guitare parce qu'on n'a pas le choix des dispositions, mais pas au piano". Si tu veux des accords de guitare, écris "guitare" au début de la partition, pas "piano".
Une guitare ne peut pas jouer le do grave de la 2e mesure ni le la grave de la 3e mesure, dommage... Tout le monde le sait sauf toi... Par contre, elle pourrait jouer le mi grave qui manque à la basse de la dernière mesure.
Remarque, tu pourrais aussi composer correctement pour une guitare électrique et une basse. Comme ça la question du style se posera moins, il y avait assez peu de guitares électriques à la fin du XIXe siècle. La guitare se note en tablatures ou simplement en chiffrages, pas en toutes notes.

À 40 ans, essayer de te figurer ou de nous faire accroire que tes loupures de débutant sont des choix artistiques et du "mélange de styles"... Portnain ouaque.



Question originalité : c'est la 5e de Beethoven. La pince à linge...

Tu peux aussi utiliser un site de reconnaissance musicale, par exemple Musipédia
En voilà une liste : 5 Free Ways to Identify that Song Stuck in Your Head

Mais n'en espère pas des miracles : si on ne trouve pas ta mélodie sur deux notes parmi les musiques connues, ce n'est pas parce qu'elle est originale (avec seulement deux notes, ce serait difficile), c'est que personne ne devient ni ne reste connu en publiant des trucs aussi riquiquis.

Bref, l'originalité, on s'en fout. Compose des jolies choses et essaie de les écrire correctement, ça sera déjà pas mal. La honte, ça n'est pas de s'inspirer d'une musique qu'on a déjà entendue quelque part, c'est d'invoquer les Beatles et Neil Young pour défendre un truc indéfendable de débutant.

j'ajoute

par dh, jeudi 20 juillet 2017, 11:25 (il y a 425 jours) @ Rémy

Si tu veux des accords de guitare, écris "guitare" au début de la partition, pas "piano". >>>


oui, je le ferai à l'occasion.

sinon, tes insultes et ta condescendance ne m'intéressent pas.

et tes conceptions sur ce qui est bien ou mal en musique encore moins.

ce qui est marrant, c'est que tu es tellement stupide que tu fais parfois involontairement des compliments :

"Là c'est dur de dire quel style tu voulais."

" les accords enchaînés sans rapport tonal mais tous issus d'une seule tonalité, les phrases mélodiques sur deux ou trois notes et qui s'arrêtent au milieu d'un accord, c'est de la pop. La mélodie complètement en dehors des accords, c'est du jazz. Les paroles, c'est du post-romantique fin XIXe."

merci rémy, c'est exactement ce que je voulais faire.

précisions

par dh, jeudi 20 juillet 2017, 12:42 (il y a 425 jours) @ dh

contrairement à ce que dit rémy, je n'écris pas ces morceaux pour les faire jouer par d'autres, mais uniquement pour mon propre agrément, et aussi parce que j'aime bien comprendre ce que joue.

toutes ces rodomontades de petit capo sont donc pur procès d'intention , complétement à côté de la plaque.

sur ce, je vais commencer un nouveau morceau, basé sur les harmonies de sea song.

tu connais sea song, rémy ?

j'ajoute

par Rémy @, jeudi 20 juillet 2017, 10:54 (il y a 425 jours) @ dh

La question du style, t'as pas trop pigé, visiblement... Il ne s'agit pas de choisir un style de composition mais un mode de notation de ce que tu as composé. L'écriture en partitions permet de noter de la musique de 1450 à nos jours, mais évidemment, l'orthographe a changé. C'est comme si tu demandais "où sont les fautes ?" dans un texte dont on ne peut pas repérer s'il est écrit dans la langue de Rabelais, celle de Molière, celle de Flaubert ou celle de Queneau.

Rabelais écrit "il estoyt nuict", Molière écrit "il faisoit nuit", Flaubert "il faisait nuit", Queneau "cétélanui", tu peux bien écrire "yavé nuie" si tu veux, simplement ne viens pas ensuite demander où sont les fautes : c'est écrit comme un gamin de 6 ans, voilà tout.