Voeux de Volonté

par Périscope @, dimanche 14 janvier 2018, 18:42 (il y a 584 jours)

Vœux de Volonté


La volonté est une victoire.
sans ce vouloir la vie est vide.
Pas de vacances pour la volonté !
Vacillez dans le ventilateur de la vie,
varices, viscères, verrues, qui virolez nos visages !
Je veux un ventre pour valise.
Pas de Vénus en vidéo, mais des vahinés vivantes.
Vaille que vaille la vie vaut son vase de vase !
Dans les vergers, vaches et volailles vont vertueusement.
Mon vertige est aussi versatile que le vent.
Des violons violents valsent vulgairement dans mes vêtements.
Si je suis un voyou de volupté,
la volonté ne sera pas virile mais vérité !
Alors que des vulves vermillons vibrent sur la verge,
que vergetures et vaisseaux versent leur vie à tout va.
Voleurs sans vertu, vautours voraces voguent sur les vagues,
le vendredi, les violeurs velus vampent les vierges,
mais les vainqueurs sur la vague,
seront vaincus dans le varech,
car la visiteuse de ma vie, c’est la volonté !
Elle n’est pas vaine, mais valeureuse.
Sa voix devient vaste jusque dans mes veines.
La vie vaut bien un vers de Verlaine.
Versailles, Vercingétorix, Verdun,
la vie ne sera pas un vitrail.
Vidangeons nos verres de vermouth.
Rien de visqueux ne doit vacciner nos villages.
Mon virus est valable ;
il faut vraiment vouloir ce vouloir !
La volonté est verticale,
et non cette vouivre aux vortex vicieux dans les vallées.
C’est à vélo alors que la vengeance sera vulnérable.
Le verbe véritablement vrai des vaches vocifère dans les vergers,
et la vérité des volailles vertueuses vole.
Le V est une voûte si on le voit à l’envers.
Le V voyage dans des wagons,
le V se voit double comme un whisky velouté.
Celui qui n’est pas volontaire est veule.
Celui qui est veule est vilain,
le vilain vindicatif qui se vante d’être volontaire.
Alors tous mes vœux de volonté à vous,
vasouillards voisins des villes vermoulues !

Voeux de Volonté

par sobac @, dimanche 14 janvier 2018, 20:03 (il y a 584 jours) @ Périscope

autant de V, l'alphabet vivant, la vraie valeur dans nos société où vivre se veut être une valeur refuge
sauf que tout vacille va à vau l'eau dans cette vertigineuse vindicte, faisant dire aux humains, des vœux oui, mais véridiques

bravo pour ce texte volontaire

Volontaire

par Myrtille, lundi 15 janvier 2018, 10:34 (il y a 583 jours) @ Périscope

[image]


Chambre 13
Voyageur enfermé dans son ventre
Sur le mur est écrit « v o l o n t a i r e »
Reptile ligoté
Sur le blanc encollé
Est-ce toi avec ton doigt ?
Une coïncidence
Un présage
Le point sur le i ficelé
Le lien dépassant les frontières
En message des lettres tatouées
Les dents serrées
Les poings enfoncés
Lire et relire « v o l o n t a i r e »
Quand je m’allonge sur le lit
Traumatisme crânien dans le V
Vouloir/Victoire/Veuvage/Viscéral
Hématome dans le L
Lacérée/Liberté/Libido/Lien
Taire comme se taire quand on aime
Terre/Terrasser/Terminus
Aire/Air/Errer
Visage/Visuel/Vie
Voix vitale/Voie tracée
En rappel
Vol/ au dessus du déséquilibre
Vol retour
Vrai, c’est vrai, je peux
Le mur devient écran géant
Téléphone muet
Filaire
Tout le monde descend
Jeu de l’insomnie
Poursuivie par la vitesse
Lon, oui c’est long de brasser
Un scrabble solitaire
Face à l’océan de la nuit
Une main dans le ressac
Dans la salle d’eau est écrit « i c i » à l’envers
Pourquoi à l’envers ?
Il faut pencher la tête pour lire
Plonger jusqu’aux épaules
Contre nature
Attendre le matin « v o l o n t a i r e »

Volontaire

par Périscope @, mardi 16 janvier 2018, 09:22 (il y a 582 jours) @ Myrtille

merci Myrtille pour cette échange phonique en consonnes

le formel parfois libère ce que la raison inhibe.

Volontaire

par Myrtille, mardi 16 janvier 2018, 17:09 (il y a 582 jours) @ Périscope

Je n'ai rien inventé. J'étais dans un hôtel à Bruxelles et ce mot "volontaire" était collé au mur face au lit, c'était de la corde, et j'ai laissé voyager les mots autour de ce mot me servant de lui. Idem pour le mot "ici" qui lui était dans la salle de bains.

Voeux de Volonté

par Claire, lundi 15 janvier 2018, 15:34 (il y a 583 jours) @ Périscope

le parti pris est intéressant, mais je ressens un peu la même impression que devant certains textes de sobac, pleins de choses riches pourtant : l'impression d'un bruoillon.
Une contrainte, ce n'est valable pour moi que si on l'utilise pour produire du sens. Et là, dans tes images, il y en a une bonne partie qui pour moi sont vides, que j'aurais fait sauter.

Parce que je peux en produire des kilomètres à l'heure des veaux veules sur un velours à la ventoline et des violettes de venaison vernaculaires ...

par exemple :

par Claire, lundi 15 janvier 2018, 16:45 (il y a 583 jours) @ Claire

vautours voraces voguent sur les vagues,
le vendredi, les violeurs velus vampent les vierges,


ou bien

Vidangeons nos verres de vermouth.
Rien de visqueux ne doit vacciner nos villages.

ou bien

C’est à vélo alors que la vengeance sera vulnérable.

bernard noël

par dh, lundi 15 janvier 2018, 18:14 (il y a 583 jours) @ Claire

il y avait un vers de bernard noêl dans "extrait de corps" un peu sur ce principe, mais je ne suis pas sûr de bien m'en souvenir. ça faisait quelque chose comme :

Vers en viande vaut bien vit en Vénus vissé.

bernard noël

par Claire, lundi 15 janvier 2018, 18:15 (il y a 583 jours) @ dh

alors là, excuse-moi, le sens ne manque pas !

bernard noël

par dh, lundi 15 janvier 2018, 18:17 (il y a 583 jours) @ Claire

par exemple :

par Périscope @, mardi 16 janvier 2018, 09:17 (il y a 582 jours) @ Claire

tu as raison
mais tes remarques en entraînent d'autres

la contrainte nous permet d'écrire ce qu'on n'écrirait pas sans elle
la contrainte parfois révèle notre inconscient
la contrainte me dépayse de mon style familier

concernant le sens ; dans quelle mesure acceptons-nous ce qui le pulvérise, ce qui le rend a-signifiant rationnellement ?

concernant tes exemples relevés ; je suis d'accord seulement avec celui du "vélo".
les autres prennent sens par le contexte du texte

mon thème sur la Volonté, se comprend comme défense contre le négatif : les violeurs, les vautours, les buveurs sans modération de vermouth, etc...

les mots à consonne V ne sont pas choisis gratuitement, ce n'est pas qu'un jeu oulipien, métaphores, dérives, images, servent mon propos, dans une logique fluide
entre sens et forme. J'aime bien, tu le sais, naviguer entre rationnel et imaginaire.
Tu dis par ailleurs, que la poésie, c'est écrire des moments ressentis, et ça marche quand il y a adéquation entre ce ressenti de l'instant et la traduction en mots. Je l'accepte, mais je ne veux pas m'enfermer, voire me réduire, à cette affirmation un peu trop psychologique. Pensons à André Pierre Mandiargues, Artaud, Batailles, Ionesco et d'autres qui nous ont ouvert d'autres voies...

Mais puisque j'ai choisi de donner mon texte à lire, c'est donc le lecteur qui doit avoir le dernier mot, et j'emmagasine donc tes précieuses remarques qui me serviront de balises pour mes prochaines errances. Merci à toi.

par exemple :

par Claire, mardi 16 janvier 2018, 11:10 (il y a 582 jours) @ Périscope

non non, mes remarques n'ont pas à avoir le dernier mot, bien au contraire, et prendre du temps pour se comprendre c'est important.

D'abord ce que je disais du ressenti de l'instant n'était pas du tout une généralité pour moi sur la manière dont on DOIT écrire (même si peut-être je l'ai exprimé à tort de cette façon).
C'est plus une piste de réflexion sur "qu'est-ce qui donne de l'énergie au poème" ? Je remarquais que, au moins cette fois-là, une sorte de symbiose entre ce qui m'entourait et ce que je ressentais intérieurement, mes réflexions, a servi de "moule", dans lequel le poème s'est mis à couler, je ne sais pas mieux le dire.
Mais j'ai écrit plein de poèmes qui n'avaient aucun rapport avec la situation où je me trouvais, la majorité en fait.
Simplement, c'est toujours une surprise de voir comment une description exacte de quelque chose, avec les détails réels, fait souvent écho comme par magie avec une signification symbolique ou inconsciente qu'on n'avait pas du tout prévue.

L'autre moule c'était la contrainte : 6 vers de 6 mots, qui n'était pas délibérée au départ mais s'est mise en place dans le temps assez bref de l'écriture.

Sinon, je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Ce qui m'a gênée dans les deux exemples que tu donnes, c'est que le mot commençant par V n'a pas (à mes yeux) de réelle adéquation avec ton propos : il me semble que tu n'as choisi "Vermouth" et "vampe" que parce qu'ils commençaient par un V, et que "vampe" irait même plutôt à l'inverse du sens du texte.

Voeux de Volonté

par sobac @, lundi 15 janvier 2018, 19:19 (il y a 583 jours) @ Claire

un peu la même impression que devant certains textes de sobac, pleins de choses riches pourtant : l'impression d'un bruoillon.
ca à le mérite d'être clair (e)

Voeux de Volonté

par Myrtille, mardi 16 janvier 2018, 10:04 (il y a 582 jours) @ sobac

J'ai trouvé Claire très dure, et des brouillons comme ceux-ci j'en prends tous les jours. Concernant la contrainte, pour exemple une consonne qui mène la danse, c'est un excellent exercice qui conduit son auteur sur un chemin où il n'aurait peut-être pas mis les pieds allant s'égarer sur d'autres chemins de traverse. Ce n'est pas anodin ce jeu qui pousse l'auteur dans ses propres pensées bien cachées.

Voeux de Volonté

par Claire, mardi 16 janvier 2018, 11:15 (il y a 582 jours) @ Myrtille

écoute, je peux me permettre je crois avec Périscope d'être un peu dure parce qu'il sait que j'aime énormément ce qu'il écrit et donc ne le prendra pas mal.

D'autre part, quand on critique un texte (au sens constructif du terme), je trouve que c'est mieux de dire clairement, sans circonlocutions sirupeuses, ce qu'on voit comme des défauts, parce que l'auteur, s'il ne se vexe pas, va pouvoir répondre avec autant de précision.
On est dans un travail technique, là.

Voeux de Volonté

par Claire, mardi 16 janvier 2018, 11:30 (il y a 582 jours) @ Myrtille

mais tu as raison en ceci : reprendre tout ce qui dans ce texte surprenant est signifiant et bouscule la pensée de façon ViVifiante aurait été une manière plus aimable de prendre les choses. Je crois que les deux sont complémentaires.