tkbhzdn

par kelm @, samedi 12 mai 2018, 16:56 (il y a 219 jours)

[image]

/ pardon/ je persiste/ je peux créer le néant si facilement/ là/ action/ turfu/ feu d’artifice/je suis en train de créer une image/ arc en ciel/ produit/je suis en train de regarder mes yeux/ le mouvement des veines/ à l’intérieur/ le cœur/ c’est-à-dire/ le visage/ nul/ comme un animal/ j’ignore la question/ je suis curieux/ la triazolokosbeviensohainezodiazépines/ la haine dans l’oreille/ habite le corps/ j’appuie sur mon visage/ la tête rasée comme/ derrière les cheveux/ une plante/ et derrière la mâchoire/ j’insiste quand je mâche un insecte/ la tête/ je parle/ qui n’est pas vraiment la mienne/ le rouge/ qui est logiquement/ absurde/

Khalid EL Morabethi


https://secicrexe.tumblr.com

Un ready à maidre soi-même

par Rémy @, dimanche 13 mai 2018, 19:17 (il y a 218 jours) @ kelm

Issu de l'Ouiquipédie, comme toujours.

L'andésite, comme la plupart des roches volcaniques, présente une texture microlitique. Les andésites sont souvent riches en phénocristaux de feldspaths plagioclase et de minéraux ferromagnésiens (hornblende brune, pyroxènes, amphiboles…), noyés dans une pâte.
L'andésite est l'équivalent volcanique de la diorite plutonique.


Préambule
Il y a clairement une faute de grammaire dans "phénocristaux de feldspaths plagioclase", le premier essu (ça veut dire "affligé d'un s", comme bossu veut dire "affligé d'une bosse"), le second anesse (ça veut dire "dépourvu d's", comme anhydre veut dire "dépourvu d'eau"). Mais qui peut savoir si l'intention de l'auteur était faite de plusieurs feldspaths tous plagioclases (faute par manque d's à plagioclases) ou d'un seul feldspath, à savoir celui qui est plagioclase (faute par abus d's à feldspath) - ou même, car voilà, l'évidence de la faute engendre en nous le doute, un doute total, affreux : peut-être voulait-il parler de cristaux tous plagioclases d'un seul feldspath, voire même, du, de l'unique feldspath, car enfin, qui sait s'il y en a plusieurs ? Credo in unum feldspathum, patrem omnipotentem phénocristallis plagioclasibus...

Corps du devoir
Combien de personnes au monde peuvent-elles tirer de l'information de ces phrases ? Bien peu, en vérité. D'un côté, les amateurs de géologie et de cristallographie, qui connaissent tous les mots savants qui les composent, feldspaths et plagioclase, hornblende, amphiboles et microlitique, pâte, diorite, extétéras - ceux-ci ne feront que retrouver là des choses qu'ils savent déjà, et l'on ne peut pas croire que ces savants érudits se vautrassent dans le plaisir infantile de relire des évidences déjà sues. De l'autre côté, le vulgomme pécusse, qui ignore le sens de tout ce galimatias. Ne sachant pas ce qu'est un phénocristal ni un feldspath plagioclase, ni même s'il doit s'agir d'un phénocristal plagioclase de feldspath, il ne retirera aucune information sensée d'une phrase selon laquelle les andésites en seraient riches. N'ayant jamais entendu parler de diorite plutonique, et ne sachant pas non plus s'il existe des diorites qui ne seraient pas plutoniques ou bien s'il faut lire "l'équivalent volcanique de la diorite, qui, elle, est plutonique", il ne peut pas non plus profiter de l'équivalence qui lui est indiquée ici.

On en est donc bel et bien réduit à croire que le motif de ces phrases, leur raison d'être, se fonde dans l'accumulation de tout ce vocabulaire, délicieusement chantant au demeurant, et fort propre à susciter une navigation de proche en proche, de mystère en mystère, de sons en sons, d'andésite en amphibole et d'amphibole en crocidolite, pour la poésie de l'affaire, pour le merveilleux hasard (non au sens de "tiré au sort", mais au sens de "rencontre imprévisible") de toutes ces syllabes, de tous ces pieds, qui, de fait, en viennent à faire vers, et non des plus courts ni indigents, non, des vers beaux, longs et tortueux à souhait.

Conclusion
Prenez-en de la graine, flemmards afantaises, et pyroxénez vos textes (ça veut dire enflammez (pyros, le feu, comme dans pyromane)-les de mots étrangers (xénos, l'étranger, comme dans xénophobe)) !

Un ready à maidre soi-même

par dh, lundi 14 mai 2018, 10:28 (il y a 217 jours) @ Rémy

peux tu arrêter de spammer les topics, rémi.

ça ne sert à rien et ça emmerde tout le monde.

Un ready à maidre soi-même

par seyne, lundi 14 mai 2018, 13:47 (il y a 217 jours) @ dh

oui oui deudeu nini

par Rémy @, mardi 15 mai 2018, 00:58 (il y a 217 jours) @ dh

et toi oublie pas mama juju scuscule, ça emmerde tout le monde

t'as déjà entendu parlées de réponse et d'écho
non t'es tro con pour ça hein

pouilleux de merde, tout juste bon à critiquer l'endroit où les autres postent mais pas capable de voir la poésie ni d'écrire trois mots sans fotte

oui oui deudeu nini

par seyne, mardi 15 mai 2018, 08:09 (il y a 216 jours) @ Rémy

Une impression comme ça : pas le style de Rémy.

oui oui deudeu nini

par Rémy @, mercredi 16 mai 2018, 00:10 (il y a 216 jours) @ seyne

qui ça Rémy ? deunie parle à rémi.
l'orthographe c'est pas important le nom des gens on a le droit de le malécrire la ponctuation non vue la grammaire vat'faire les majuscules on les encule quant aux poèmes on va quand même pas en parler non mais alors que le lien vers le texte soit au-dessus ou au-dessous de l'autre lien vers l'autre texte alors là ça ça motive une merdouille de deni
prends tes pilules pov'connard c'est ta déprime qui emmerde tout le monde et pas l'endroit où je mets mes réponses

oui oui deudeu nini

par au phil de la vie, jeudi 17 mai 2018, 20:31 (il y a 214 jours) @ seyne

Si, c'est son style, faire style.

tkbhzdn

par seyne, lundi 14 mai 2018, 13:59 (il y a 217 jours) @ kelm

J'ai toujours du mal à commenter tes textes, parce qu'ils ressemblent à la pulsation du sang, à la perception de l'étrangeté d'être en vie, des représentations de soi, à l'irruption des émotions, à l'animal en soi.

Il se trouve qu'hier j'écoutais une émission où on interrogeait un chorégraphe japonais sur son art, ses liens avec la danse buto, sur la danse buto elle-même.
Par exemple sur le fait que le crâne et le corps puissent être nus et fardés, et aussi sur la révulsion oculaire, les grimaces, qui semblent étranges à un occidental.
Il a répondu que la nudité, le fard, la tonsure, c'est un moyen de quitter ses particularités, son ego ; la révulsion oculaire est comme une façon de voir en dedans tout en restant en contact avec le dehors, et les grimaces une symbolisation de l'extase, sexuelle en particulier, telle qu'elle est représentée dans les estampes.
Je sais bien que je suis très loin de ton texte, pourtant, il me semble que ce n'est pas par hasard que j'ai fait ce lien.