Au fil de la vie

par Périscope @, vendredi 01 juin 2018, 08:52 (il y a 172 jours)

On l’a posée là, Jo, dans le Motel.
Est-ce son arrivée ou son départ,
Ici, dans une chambre accidentelle ?
Jo, jamais là où elle est, désempare.
Sous la fenêtre, l’auto et ses phares,
Puis le désert. Ses valises debout,
Jo demeure assise sur le lit mou.
« Je suis ta femme ! » elle crie au désert,
Descendue dans ce Motel. Sur le coup,
A son coeur, frappe brutal, un tonnerre !...


Des répétitions d’acteurs sans fin durent.
Nul soleil n’en détournera le cours.
Frotté de paroles, le corps suppure,
S’abîme. Le minime contre-jour,
De l’acteur, est le mur qu’il savoure.
Il répète jusqu’à plus rien, l’oubli.
Que ce Rien devienne enfin son cri.
L’acteur, à cette pâleur, s’abandonne.
Et quand dehors, il sort et voit la vie,
Le ciel, les astres, tout en lui frisonne.


La fête est ailleurs. Dans les champs fleuris,
Nous avons pique-niqué. L’auto neuve,
Brillante, éclaire l’enfant attendri.
Deux jeunes gens, que la vodka abreuve,
Par terre, discutent fort de main d’œuvre.
Seuls, les vieux et l’enfant sont attentifs
Au bruit lointain. Des étalons chétifs
Broutent au bord du massif géorgien.
C’est la fête, au monastère plaintif.
Dans la brise, monte un chant grégorien.

Au fil de la vie

par dh, vendredi 01 juin 2018, 10:27 (il y a 172 jours) @ Périscope

j'aime bien les trois, surtout le premier, qui me rappelle des ambiances à la raymond carver ou la wim wender, en toute subjectivité bien sûr.

Au fil de la vie

par au phil de la vie, vendredi 01 juin 2018, 10:42 (il y a 172 jours) @ Périscope

Là c'est du trois étoiles par contre. Bravo.

Au fil de la vie

par dh, vendredi 01 juin 2018, 11:01 (il y a 172 jours) @ au phil de la vie

je ne serais pas aussi enthousiaste. seul le premier est vraiment bien.

le 2ème est un peu fade et insignifiant. sitôt lu, sitôt oublié.

dans la troisième la rime georgien grégorien ne cadre pas avec le reste , dommage.

Au fil de la vie

par au phil de la vie, vendredi 01 juin 2018, 12:00 (il y a 171 jours) @ dh

Le premier est une réussite au niveau sonorité et imaginaire, et haut en couleur.

Je trouve le second contenu dans l'émotion, fin, émouvant, peut-être car il parle le plus à mon propre intime.

Le troisième est peut-être un peu plus faible, mais je l'apprécie avec les contrastes.
La partie la moins bonne selon moi :
"Seuls, les vieux et l’enfant sont attentifs
Au bruit lointain. Des étalons chétifs
Broutent au bord du massif géorgien.
C’est la fête, au monastère plaintif."

Au fil de la vie

par dh, vendredi 01 juin 2018, 12:42 (il y a 171 jours) @ au phil de la vie

oui, dans le dernier on sent que la rime passe avant le sens.

en fait les 4 derniers vers sont ratés et hors de propos avec le début.

Au fil de la vie

par dh, vendredi 01 juin 2018, 13:55 (il y a 171 jours) @ dh

je pense que le problème de periscope, dans tout ce que j'ai lu de lui ici, c'est qu'il se refuse, pour des raisons morales ou philo-psychologiques, à partir de sa propre expérience.

il se sert toujours de l'expérience d'un autre comme point de départ et comme paravent, peut-être pour se protéger... or le résultat est souvent fade, faible et insignifiant, comme un travail de seconde main, en somme.

on écrit bien que sur ce qu'on connait bien, d'où la nécessité de partir d'un point de vue subjectif, sous peine d'aboutir à une vision machinique et mutilée de l'humain.

Au fil de la vie

par au phil de la vie, vendredi 01 juin 2018, 15:01 (il y a 171 jours) @ dh

Et pourtant il manie fort bien le verbe, alors on se dit quel dommage, parfois.

Oui, tu as sans doute raison, en partie, mais cette suite montre que non (ou bien au contraire, si on se réfère au titre). Et puis il a proposé d'autres bons textes ici par ailleurs.

Au fil de la vie

par Périscope @, samedi 02 juin 2018, 12:06 (il y a 170 jours) @ au phil de la vie

Si j'écris beaucoup à la troisième personne, cela est toujours moi

j'aime créer une distance pour exprimer la subjectivité


Le premier texte est un tableau de Hooper, le troisième une photo de Bresson

le deuxième une tranche de vie de l'acteur

merci beaucoup pour vos remarques

Au fil de la vie

par sobac @, dimanche 03 juin 2018, 10:52 (il y a 170 jours) @ Périscope

as tu fait des textes sur des photos d'anonymes

Au fil de la vie

par seyne, samedi 02 juin 2018, 22:07 (il y a 170 jours) @ dh

Les raisons pour lesquelles tu trouves les textes de Périscope « fades, faibles et insignifiants » sont exactement celles pour lesquelles je les trouve forts et signifiants.
Sans l’avoir choisi, faute d’inspiration, je m’éloigne d’une certaine forme de poésie où on se palpe l’âme, où l’on arpente des territoires imaginaires un peu autistiques.
Alors peut-être on rejoint le chemin de la prose, en apportant le meilleur de la poésie : distorsions, suspension du temps, vision ; mais en s’ouvrant plus à l’altérité, au monde réel, en s’éloignant de soi.


( je réponds à la fois à ce que tu dis de Périscope et à tes remarques sur le peu de « poésie » - ou ce que tu considères comme telle - en ce moment sur le forum.)

Au fil de la vie

par seyne, samedi 02 juin 2018, 22:39 (il y a 170 jours) @ seyne

je n’aime pas finalement ce que je viens d’écrire. La poésie, l’écriture, il n’y a pas une voie préférable aux autres. Il y a ce qui vous met en mouvement.

Au fil de la vie

par Périscope @, lundi 04 juin 2018, 08:59 (il y a 169 jours) @ seyne

Ce qui est jeté dans le lavabo ne peut plus se récupérer

Au fil de la vie

par seyne, lundi 04 juin 2018, 10:18 (il y a 169 jours) @ Périscope

on voit bien que tu ne portes pas de bagues et que tu n'es pas plombier :)
je suis une spécialiste des siphons...

Au fil de la vie

par Casimir, dimanche 03 juin 2018, 04:25 (il y a 170 jours) @ dh

Oui, c'est pas si mal.

Au fil de la vie

par dh, lundi 04 juin 2018, 10:54 (il y a 169 jours) @ Casimir

oui, comme exercices pour un atelier d'écriture, c'est très bien.