Celui qui tombe depuis toujours

par Pierre Anselmet, mercredi 09 janvier 2019, 20:51 (il y a 162 jours)

exister est un style comme un autre
ça suppose du temps
ça suppose de l'espace
du vent
des jambes
et même des trucs entre les jambes
exister ne sait pas mais trouve toujours
exister n'est même pas moi
c'est même parfois une présence étrangère
exister fait mal comme un clou rouillé sous la godasse
fait mal comme un divorce
comme une garce
fait mal comme un père
fait mal comme l'absence de père
exister ne veut pas se coucher exister doit être changé
ou transformée
exister fait un peu de gym le vendredi soir
se laisse aux vestiaires du travail
Faire est alors plus efficace
parce qu'il est majuscule
parce qu'il a des objectifs
exister ça demande beaucoup et ça rend peu
à but non lucratif
exister se drague avec les yeux
se baise sur un parking
se fait sauter quand là-haut les plombs pètent
ou quand elle tombe depuis toujours
exister tombe
exister chute
s'écorche les genoux
se casse le nez
et casse des gueules parfois
quand il sent grossir ses couilles
quand ça pue le nerf sauvage
c'est un trophée cet exister
c'est un enfer
c'est un salut
c'est la tache
que l'on appose en bas de page
que l'on cherche dans des bras
du fond du pieu aux pieux rivages
des draps du juste à la paillasse
d'un Devenir étrange
que l'on abrite sans le vouloir
et qui ramène vers la faute
exister
est un style comme un autre

Celui qui tombe depuis toujours

par 411, mercredi 09 janvier 2019, 21:28 (il y a 162 jours) @ Pierre Anselmet

Gare à l'accident

par Timothée @, jeudi 10 janvier 2019, 00:45 (il y a 161 jours) @ 411

À quelle vitesse l'âme peut-être peut-elle aller plus vite que l'esprit ?
Cela paraît bien impossible, bien épuisant, bien une chimère d'antan. Un vague souvenir des moins de douze ans.
Que vaut-il mieux alors de la bâton ou du carotte ?
Encore faut-il être cultivé, mais plus on se sait rien, plus rien d'impossible.
Et que faire des tremblements, quand on a fini de pisser. Pis c'est marre, c'est clair, c'est tout.
À quand l' croisière qui s'amuse, dans son impossible exil ?
À quand quoi d'autre ?
Ah quand tu pars, tu pètes. Ça fait flipper du speed des rayons. Ça calme. Ça apaise.
Et puis ça repart, pourquoi pas.
'Y a vingt-quatre heures dans une heure. T' en rajoutes un, t' es déjà dans le train. T' en rajoutes deux, je préfère m'abstenir...
Qu'est-ce qu' i' disait déjà l'autre baudelairien ?
Ah oui :
- No...
- Comment !
Et puis tu n'as pas le temps de voir le paysage.

Celui qui tombe depuis toujours

par sobac @, jeudi 10 janvier 2019, 10:52 (il y a 161 jours) @ Pierre Anselmet

Il s’isole, camisole, le monde rétréci
Dans sa bulle, funambule, indécis
L’humain cherche en vain une thérapie
exister se conjugue avec essayer

Celui qui tombe depuis toujours

par 411, vendredi 11 janvier 2019, 10:41 (il y a 160 jours) @ sobac

Yep. Je vois que vous êtes inspirés, merci les gars.

Celui qui tombe depuis toujours

par seyne, vendredi 11 janvier 2019, 13:10 (il y a 160 jours) @ Pierre Anselmet

comme je fait des liens sans même le vouloir, je sens quelque chose de commun entre ce poème et le dernier texte de Casimir.

Celui qui tombe depuis toujours

par 411, vendredi 11 janvier 2019, 13:14 (il y a 160 jours) @ seyne

Gné? Ah bon? C'est quel texte?

Celui qui tombe depuis toujours

par seyne, vendredi 11 janvier 2019, 13:20 (il y a 160 jours) @ 411

j'arrive pas à mettre le lien, c'est en bas de la page 6. IL s'appelle "l'O et moi", c'est le texte du 8 janvier...mais c'est un lien très ténu que je fais.

Celui qui tombe depuis toujours

par 411, vendredi 11 janvier 2019, 13:30 (il y a 160 jours) @ seyne

Merci de m'avoir fait découvrir ce texte, qui est énorme.