Je hume les étoiles

par Périscope @, vendredi 25 janvier 2019, 15:10 (il y a 54 jours)

Je hume les étoiles


Je hume les étoiles dans l’allée de ton ventre,
Et le rebord des chevaux conduit au parfum.
Légèrement se devine ta marche sur les cailloux glacés.
S’y dépose urineuse l’impudeur.
Je marche, je hume, je devine ta dégaine légère.
Parfum de ton étoile, moule de tes rebords ;
Impudeur de cailloux qui envoie aux chevaux.
Ces chevaux moulent à ton ventre parfum et glace d’urine,
Sur l’allée déposée, devinée entre cailloux, étoiles, ou baignoire d’impudeur,
Où d’un jet léger conduit ta dégaine.
Rebord légèrement conduit.
Etoile légèrement moulée.
Marche légèrement allée.
Jet glacé conduisant l’impudeur à mon caillou.
Et mon caillou devine ton rebord.
Et ton rebord dépose l’urineuse étoile.
Et ton étoile marche dans ton ventre-baignoire, ton ventre-caillou, ton ventre-impudeur,
ton ventre-moule que j’envoie d’un jet deviner mon rebord.
Il y aurait-il aussi des parfums qui marcheraient,
Que l’étoile dégainerait
Dans le dépôt des chevaux où conduiraient les cailloux des allées,
vers le moule ?
Ô moule. Humeur humée.
Ô rebord déposé.
Ô étoile dégainée jusqu’à baignoire,
jusqu’à caillou, jusqu’à impudeur, jusqu’à légèrement marcher, jusqu’à cheval à rebord glacé,
jusqu’à toi.
Mais aussi cailloute, mais aussi urine, mais aussi reborde, puis rengaine, puis parfume,
ne glace pas, mais chevale sur tout légèrement ventre, avec cailloutement caillouté, déposément jeté, jette bien le jet, hume l’impudeur de la pudeur, étoile le dépôt en dépit,
Et encore légère, tu déposes, cailloux,
Tu déposes parfums,
Tu déposes ventre,
Tu déposes étoile,
Tu déposes cheval,
Tu déposes pudeur,
Tu déposes une pause, légère,
Légèrement,
Sur l’allée qui conduit aux chevaux, sous l’étoile,
dans le parfum, au rebord des cailloux, tu dégaines.
Je devine. Je te dépose.
Et je marche. Le rebord de la baignoire est glacé. Sur les cailloux, des chevaux, un jet d’urine. Je hume leur impudeur. On devine le ventre des étoiles. Tu m’envoies légèrement ton parfum et je marche. Sur l’allée. Qu’on devine dans le moule de la nuit… Etoiles et cailloux me conduisent. Au rebord des choses. Dans ce ventre glacé des baignoires légères qu’on dépose. Je suis l’envoyé de toi qui me devine, plus loin que les chevaux, plus léger que les cailloux, plus glacé que les étoiles, sur les allées partout d’impudeur parfumées.
Dans l’entière planète,
excrémente ma solitude !

Je hume les étoiles

par Périscope @, vendredi 01 février 2019, 09:26 (il y a 47 jours) @ Périscope

un petit commentaire à mes étoiles ne leur ferait pas de mal

Je hume les étoiles

par dh, vendredi 01 février 2019, 09:41 (il y a 47 jours) @ Périscope

--------------> oniris.be

Je hume les étoiles

par sobac @, vendredi 01 février 2019, 10:25 (il y a 47 jours) @ Périscope

je hume tes étoiles mais sans l'odeur d'urine

Je hume les étoiles

par dh, vendredi 01 février 2019, 11:07 (il y a 47 jours) @ sobac

------------> moncul.fr

Je hume les étoiles

par Périscope @, vendredi 01 février 2019, 18:32 (il y a 46 jours) @ sobac

tu pourrais te fendre d'un commentaire sobac, au lieu d'écrire des banalités

Je hume les étoiles

par sobac @, vendredi 01 février 2019, 19:00 (il y a 46 jours) @ Périscope

j'ai déjà fais l'effort suite a ta demande de commentaires, malgré que ton texte ne m'inspirez pas
souvent je n'ai pas de commentaires je fais avec

Je hume les étoiles

par sobac @, samedi 02 février 2019, 10:57 (il y a 46 jours) @ sobac

et pas de réponses

Je hume les étoiles

par Périscope @, samedi 02 février 2019, 15:51 (il y a 46 jours) @ sobac

si mon texte ne t'inspire pas, ce qui me ferait avancer,
c'est que tu me dises pourquoi.

un échange constructive entre gens qui écrivent

Je hume les étoiles

par sobac @, samedi 02 février 2019, 19:50 (il y a 45 jours) @ Périscope

justement a cause de l'urine

Je hume les étoiles

par Périscope @, dimanche 03 février 2019, 10:15 (il y a 45 jours) @ sobac

"l'urine" ici est traitée comme un vocable parmi d'autres
il devient sonorité, déclinaison

mais il faut croire que certains mots dérangent plus que d'autres

j'ai essayé de niveler, neutraliser, laminer le sens premier des mots
pour les transgresser par des combinaisons ludiques,

pour moi ce jeu de langage fait parti aussi de la poésie


merci pour ta réponse

Je hume les étoiles

par sobac @, dimanche 03 février 2019, 13:19 (il y a 45 jours) @ Périscope

c'est plus la répétition a mon humble avis

Je hume les étoiles

par 411, lundi 04 février 2019, 11:34 (il y a 44 jours) @ sobac

Ben justement j'adore cette répétition, tu tournes les quelques mêmes mots dans tous les sens. Urine, cailloux, moules, chevaux, étoiles, pudeur, impudeur, baignoire Chaque mot est répété à l'infini dans tous les sens. Du coup vertiges, et constructions syntaxiques parfois étonnantes. Non vraiment, j'aime beaucoup.