coupure

par dh, vendredi 01 février 2019, 11:14 (il y a 233 jours)

.
.
.
.


la rose morte

don de dieu ?

la peur d'un enfer pire qu'ici-bas

chaque extrait d'écorce d'arbre

est déjà un poème

la main touche la texture de la fleur

l'homme s'apprête à vivre en silence

dans le grand mystère


.
.
.
.

coupure

par Périscope @, samedi 02 février 2019, 09:56 (il y a 232 jours) @ dh

le poème avance sur la pointe des pieds pour toucher à l'aveugle
ce qui risquerait de le réduire

on ne l'entend que mieux

coupure

par 411, samedi 02 février 2019, 10:45 (il y a 232 jours) @ dh

Mouais. ça ne m'emballe pas. Ça parle trop du "poème", de "la fleur", du "grand mystère". Il me manque de la vie, et un peu plus d'originalité. Je sais pas. Ce poème-là ne me dit rien que je ne sache déjà. Oui, l'écorce d'un arbre est un poème, oui la texture de la fleur appelle au grand mystère. Mais après?

coupure

par Périscope @, dimanche 03 février 2019, 10:06 (il y a 231 jours) @ 411

C'est ce que j'ai pensé aussi à la première lecture,
mais en relisant, j'ai trouvé que ce qui pouvait paraître comme des clichés,
sans aucune originalité, (mais heureusement l'originalité en poésie me semble suspecte),
ces clichés ici sonnaient sincèrement, avec sobriété, justesse,
et montraient que le cliché contient une part de vérité commune, universelle,
sans qu'il ait besoin d'être justifié, commenté... il s'impose par la conviction de son auteur

Quant au "après" sur lequel tu conclus, il ne convient pas ici, puisque c'est un "poème" et non un récit

le "après" est plutôt dans la tête du lecteur qui s'imbibe du poème pour après le prolonger, le nimber de son imaginaire