Marine

par soledad, dimanche 19 mai 2019, 05:23 (il y a 179 jours)

Le printemps turbulent bouscule
les voiles
d’Est et les
boutres butinent
l’écume.
La tête perdue dans l’immensité de son corps
le golfe jette ses filets épuisés par le souffle métallique du port
où le sable malicieux taquiné par la houle, susurre des coquillages au creux des rochers.

Marine

par sobac @, lundi 20 mai 2019, 20:05 (il y a 177 jours) @ soledad

je vois bien l'ensemble je sens les odeurs et les pas de promeneurs qui hument l'iode les envies d'ailleurs, le printemps devient prétexte, l'instant c'est le present de nos jours

Marine

par seyne, vendredi 24 mai 2019, 10:19 (il y a 174 jours) @ soledad

il y a une virtuosité...mais peut-être, comme pour Castille, j'ai du mal à partager les émotions que tu insuffles dans le paysage.

je te dis cela pour introduire un échange, et non dans une volonté de critique, je trouve qu'on n'échange pas tout à fait assez ici.

Marine

par Soledad, dimanche 26 mai 2019, 12:38 (il y a 171 jours) @ seyne

Et si tu le lisais, non pas en te plaçant comme spectatrice mais en imaginant que tu es le boutre et l'océan? Tu ne t'imagines pas picorant les vagues sous un vent qui démonte l'azur? Les vagues heurtent la coque, éclatent les gerbes d’eau, les goutes se cherchent, s ‘attirent, s’agglomèrent à nouveau pour ruisseler sur le pont tandis que le bateau pique du nez, s’enfonce dans l’onde. Le bois craque, ivre, incapable de fixer la ligne d’horizon…
Et hop, tu déconnectes et tu te retrouves à quelques mètres de la plage, vaguelette qui pousse jusqu’à la grève son offrande de coquillages. Caresser tous ces corps lisses étendus au soleil de midi, leur rendre leur brillance, faire pétiller leur intimité?
Les sensations qui en découleraient tu es la seule à pouvoir les ressentir, personne ne pourra ressentir à ta place ni comme toi.
Regarder la mer, c'est génial, essayer d'imaginer les sensations d'un bateau malmené par la houle c'est autrement plus puissant...Après je n'ai peut être pas la faculté de l'exprimer clairement, mais c'est ce qui anime mon envie d’écrire: partager toute forme de vie, même de ce qui semble inanimé, l'accueillir, l'accepter, l'intégrer comme faisant partie d'un grand tout.

Marine

par seyne, dimanche 26 mai 2019, 13:49 (il y a 171 jours) @ Soledad

oui, je saisis bien ce que tu veux dire, et je sens que toi aussi tu vas chercher dans l'écriture autre chose que le plaisir de faire de beaux poèmes. J'ai écrit un jour un poème qui s'appelait "j'écris parce que j'aime disparaître".
Mais tu vois je ne suis pas convaincue et c'est ce que j'essayais de dire : je trouve le poème trop anthropomorphiste, je n'arrive pas à croire que les boutres s'amusent, ou ressentent des sentiments aussi élaborés. Il me semble que tu les projettes.
Sentir, être un boutre, c'est encore bien autre chose je pense. Il m'est venu l'idée que tu devrais peut-être explorer certaines techniques de poésie contemporaine. La langue poétique, sa destructuration, son bruit, ses chocs, c'est aussi un outil pour aller ailleurs. Mais je suis trop paresseuse pour suivre mon propre conseil.

(je dis ça aussi parce que tu aimes l'écriture de d i v.)

Marine

par Soledad, dimanche 26 mai 2019, 17:15 (il y a 171 jours) @ seyne

Merci bien Seyne pour toute ta bienveillance. Je ne sais pas si mon écriture évoluera. Pour l'instant je fais un peu avec ce que j'ai...l'envie, le plaisir, parfois le besoin de m'évader d'un quotidien qui pourtant me comble. J'aime explorer, tenter, essayer...
Effectivement, je suis un peu empêtré dans la poésie de Sri Aurobindo et une vision orientale des choses. Son monde hermétique, au début, me semble de plus en plus accessible mais c'est prenant.
Quels auteurs modernes tu me conseillerais?

Marine

par seyne, dimanche 26 mai 2019, 17:33 (il y a 171 jours) @ Soledad

Je n’y connais pas grand-chose pour être honnête. J’ai vadrouillé, en vrai et sur le net, rencontré des gens, échangé, je participe au comité de lecture d’une petite revue de poésie, et tout ça m’a obligée à m'interroger sur la question de la forme, y compris celles qui commencent par te laisser perplexe mais dont tu découvres peu à peu la puissance d'évocation.
Les gens avec qui j’ai le plus échangé sont des picards : Ivar Ch’Vavar, Christian Desquesnes, j’admire beaucoup aussi Lucien Suel...et plus récemment j’ai rencontré Philippe Jaffeux.
Mais je ne me considère pas comme une littéraire.

Marine

par dh, lundi 27 mai 2019, 09:47 (il y a 171 jours) @ seyne

plus récemment j’ai rencontré Philippe Jaffeux.>>>


j'espère qu'il va bien.

il vient de sortir un nouveau livre.

Marine

par seyne, lundi 27 mai 2019, 13:46 (il y a 170 jours) @ Soledad

Je suis en train de lire un étrange livre : « comment pensent les forêts ? Vers une anthropologie au-delà de l’humain» d’Eduardo Kohn. C’est un anthropologue américain qui réfléchit à notre tendance d’hommes occidentaux à ne prêter attention qu’aux signes d’origine humaine, alors que tout est pris dans un réseau de signes également dans le monde animé ou inanimé qui nous entoure.
Ses expériences de vie dans la forêt amazonienne parmi les gens qui l’habitent ont modifié sa perception et son vécu de tout cela et il l’examine avec beaucoup de rigueur. Ce que tu dis de ton poème m’y a fait penser.

Marine

par Soledad, mardi 28 mai 2019, 13:31 (il y a 169 jours) @ seyne

Je partage complètement son avis, même si mes expériences dans ce domaine sont plutôt africaines.
Le pire, c'est que ce n'est absolument pas compliqué, il suffit de sortir de la logique habituelle et considérer ce qui est dans sa globalité, comme un tout.

Marine

par au phil de la vie, mardi 28 mai 2019, 15:25 (il y a 169 jours) @ Soledad

L'animisme était d'ailleurs aussi présent ici qu'ailleurs.

Marine

par Soledad, mercredi 29 mai 2019, 09:37 (il y a 169 jours) @ au phil de la vie

Je n'ai trouvé que le lien en espagnol, il parle des ancêtres.

https://zoowoman.website/wp/movies/akelarre/