ImagInde

par Annie, vendredi 21 juin 2019, 12:12 (il y a 150 jours)

dansons nos édens
adossés à des années
de mondes nomades

ni éclipse, ni censure
ni ennui ne les ternissent

des alliés patients
artistes sculpteurs butinent
les élans sans crainte

ImagInde

par sobac @, vendredi 21 juin 2019, 13:29 (il y a 150 jours) @ Annie

imagine un oasis
vers des lendemains
ou se dessinent
l'horizon,ce diablotin

ImagInde

par Périscope @, dimanche 23 juin 2019, 10:14 (il y a 148 jours) @ Annie

un peu de nostalgie d'un monde jamais vécu

avec l'espoir vivant des artistes

leurs promesses perfectibles ?

ImagInde

par Florian, dimanche 23 juin 2019, 19:03 (il y a 148 jours) @ Annie

Imaginer cela est une forme de censure et d'aristocratie.
Il faut être plus rustre pour le vivre et laisser son imagination à d'autres choses plus élémentaires.

J'improvise..

Si je m'intéresse à Diogène le cynique c'est que je tente de voir dans quelles conditions cet imaginaire est réalisable loin de toute forme d idealisation.

Sinon il suffit d'avoir une belle maison et une nature contemplative. Ce qui va mal ensemble sur le long terme à moins d'être héritier.

Si quelqu'un veut me faire hériter ici d'une belle maison qu'il ne s'en prive pas une seule seconde.

ImagInde

par seyne, dimanche 23 juin 2019, 21:54 (il y a 148 jours) @ Annie

c’est quoi le contraire d’un poison ?
Le poème instille plus fort à chaque lecture une sorte de nostalgie agissante, le désir d’un lieu et d’un monde où l’on pourrait être soi-même, avec tout ce qu’on a traversé, un monde de liberté créatrice.
te connaissant je ne doute pas que quelque contrainte ait conduit à cette magie.
Le titre énigmatique me renvoie à une terre légendaire .

ImagInde

par Florian, dimanche 23 juin 2019, 22:25 (il y a 148 jours) @ seyne

Je ne suis pas sûr que la liberté soit créatrice.

ImagInde

par seyne, dimanche 23 juin 2019, 22:53 (il y a 148 jours) @ Florian

Ce n’est pas ce que j’ai dit. La contrainte, l’enfermement peuvent être puissamment créateurs et la liberté peut n’être que la joie de la liberté. Mais là je ressens les deux : liberté, création, au moins celle des autres.

ImagInde

par Florian, lundi 24 juin 2019, 10:37 (il y a 147 jours) @ seyne

ImagInde

par dh, mercredi 26 juin 2019, 13:36 (il y a 145 jours) @ Florian

2 blogs de qualité, sans nulle doute.

beaucoup de matériel à découvrir ...

malheureusement c'est sur écran, et la lecture sur écran fatigue vite ...

ImagInde

par dh, mercredi 26 juin 2019, 14:03 (il y a 145 jours) @ dh

anne archet semble être un peu connue.

l'autre part contre, jamais entendu parler, c'est qui ?

ImagInde

par dh, mercredi 26 juin 2019, 15:11 (il y a 145 jours) @ dh

après examen rapide :

archet > pas pour moi.

aomphal > peut être des choses bien, mais noyées dans beaucoup de poncifs.

ImagInde

par Annie, mardi 25 juin 2019, 21:22 (il y a 146 jours) @ seyne

Je laisse Seyne et Florian à leur échange obscur.

Ce poème est tout simplement une rêverie illustrée à partir d'une statue indienne (reproduction photographique) du XI siècle, voir là
https://www.amazon.fr/Rasa-neuf-visages-lart-indien/dp/2865450430 (sans pub pour amazon)

Un érotisme parfaitement assumé, joint à une grande douceur.
Et les statues de ce genre sont aussi nombreuses, aussi typiques que les koré grecques.

Amicalement

ImagInde

par seyne, mercredi 26 juin 2019, 11:32 (il y a 145 jours) @ Annie

:)

obscurité pour obscurité, est-ce que tu peux nous dire quelque chose du titre ? Il m'a conduit par ses sonorités plus du côté nordique que du côté indien, et j'avais plus imaginé un peuple et une ère mythique qu'une statue.

ImagInde

par Florian, mercredi 26 juin 2019, 14:43 (il y a 145 jours) @ seyne

Il n'y a pas plus obscur qu'une statue !

ImagInde

par seyne, mercredi 26 juin 2019, 15:10 (il y a 145 jours) @ Florian

oui, surtout l'intérieur !

ImagInde

par Florian, mercredi 26 juin 2019, 15:33 (il y a 145 jours) @ seyne

Claire comment apprécier une statue sans intériorité ? C'est l'extérieur qui est obscur.

ImagInde

par Annie, mercredi 26 juin 2019, 15:46 (il y a 145 jours) @ seyne

le titre : imag(Ind)e -- (imag)Inde -- imagin(d)e

le sujet du poème est ce que j'imagine, à partir d'une image qui vient de l'Inde.
On appelle ça un mot-valise.

ImagInde

par Florian, mercredi 26 juin 2019, 16:32 (il y a 145 jours) @ Annie

Un mot-valise pour une imagination sans passeport. Tout est là : comment donc concrétiser ce voyage quand le langage lui même sème ses premières embûches ?

ImagInde

par seyne, mercredi 26 juin 2019, 17:39 (il y a 145 jours) @ Annie

ah oui... pour moi la cinquième lettre était un l minuscule, et donc le mot était on ne peut plus obscur.

de l'intérêt d'une typographie aussi différenciante que possible.

ImagInde

par seyne, mercredi 26 juin 2019, 17:50 (il y a 145 jours) @ seyne

peut-être mon esprit a-t-il été fasciné par "glande" - ce qui expliquerait ma semi-cécité, ou bien n'accepte-t-il pas qu'une majuscule occupe le milieu d'un mot ?


C'est particulier : la distinction entre I majuscule et l minuscule apparaît lorsqu'on écrit le message mais disparaît quand le message est posté.

non, elle disparaît quand le l minuscule est au milieu d'un mot.

ImagInde

par dh, jeudi 27 juin 2019, 09:00 (il y a 144 jours) @ seyne