2017

par dh, mercredi 28 août 2019, 14:17 (il y a 222 jours)

Idées pour un manifeste du nouvel art brut

NOUS SOMMES CONTRE :
- Les écoles d'art d'état comme usines à formater ; les ateliers d'écriture ; le creative writing ; etc …
- Les institutions étatiques de culture formatée, que ce soit pour l'élite ou les masses (art d'état, Buren, Cadiot, Py, etc...) et le buisness art (Koons etc...).
- L'objectivisme sous toute ses formes (formalisme ; art conceptuel ; matérialisme ; primat du signifiant (poésie sonore) ; mathématisme à la Roubaud/Badiou/Boulez ; scientisme, etc...)
- L'art dit "engagé" : le plus souvent une posture creuse, avatar du réalisme socialiste : propagande, catéchisme, négation de l'art. Nous refusons l'alternative "art engagé" versus "art pour l'art".
- La tabula rasa avant-gardiste : Les mandarins hydrocéphales d'une part, La vermine décérébrée nihiliste de l'autre.
- L'art comme agression.
- L'enflure théorique sous toutes ses formes. Le jargon comme signe de reconnaissance entre acolytes de la même secte.
- L'ennui et la banalité littérale comme gages de qualité et d’intelligence (poésie "documentaire" Jean Marie Gleize ; Ready made textuels ; field recordings ; Kenneth Goldsmith).
- Le cynisme assumé et revendiqué, la provocation bête et stérile (dada ; Duchamp ; Breton ; Dali ; Warhol, etc...).
- Le perfectionnisme technologique et technique. (Koons encore) le transhumanisme ; le mutantisme et autres mouvements anti-humanistes ...
- L'encyclopédisme ; l'érudition comme argument d'autorité. La notion de progrès historial en art.

NOUS SOMMES POUR :
- Le "Do It Yourself" (Faites-le vous-même) ; l'art brut spontané et libre ET l'art savant nécessitant un apprentissage et un travail d'élaboration. Nos modèles sont les descendants d'esclaves noirs américains créateurs du blues et du jazz, les mouvements punk et post punk, rap et techno, avant qu’ils ne soient dévitalisés par le mercantilisme ; l'«anti-folk » lowfi (Daniel Johnston ; Dominique A à ses débuts ; Lou Barlow ; the supreme dicks …) l'arte povera de Tapies, mais aussi les poésies de Lautréamont ou le post romantisme de Schoenberg (avant que le sérialisme d'état ne tue et ne dessèche cette forme d'art). Kandinsky théorisant la nécessité interne et le pouvoir émotionnel des couleurs. Cage préparant son piano, Pollock découvrant le dripping, etc …
- La juxtaposition de plusieurs cultures / époques différentes au niveau stylistique et technologique, dès lors que la nécessité le demande, et pas par jeu, démagogie ou volonté de choquer.
- L'autodidactisme ; l'individualisme ; l'égotisme ; le paradoxe ; le particularisme méta-communautaire.
- La solitude ; la pratique et la jouissance hédoniste et solitaire de l'art. La lecture de livres papier et l’écoute de disques.
- La beauté ; la douceur ; la lenteur ; la patience ; l'humour ; la sérendipité ; la mélancolie ; les états de conscience « borderline » ; l’ambiguïté. L'art comme consolation, reconstruction et élaboration de soi à l'écart du monde.
- L'intrication impossible, indicible et nécessaire du sujet et de l'objet, du conscient et de l'inconscient ; la fusion des formes de vie et des jeux de langage.
- Le primat de la pratique sur la théorie. Le pragmatisme de William James.
- L'usage massif d'internet, de facebook, du courrier électronique et des forums de discussion comme opportunité d'échanges et de rencontres improbables.
Denis Benoît Hamel - Mouvement pour un Nouvel Art Brut (paris, le 3 avril 2017)

2019

par dh, mercredi 28 août 2019, 14:25 (il y a 222 jours) @ dh

Critériologie subjective pour tenter de reconnaître les composantes de l’émotion poétique.


L’étrangeté

L'étrangeté n'est à proprement parler ni agréable ni désagréable. Elle est un subtil décalage, un léger écart par rapport aux normes qui constituent nos attentes. Ce n'est pas le grotesque ni le bizarre, trop démonstratifs et qui entraînent le lecteur parfois contre son gré dans l'outrance d'une poésie de l'effet mais n'ouvrent pas la lecture
vers d'autres modalités de compréhension. L'étrangeté n'est pas non plus l'altérité dans laquelle le soi se perd et se met sous silence. L’étrangeté est un rapport auteur / lecteur qui met en jeu l’imagination, la fantaisie, avec toujours quelque
chose d’indéfinissable.


La fragilité

On peut mettre en relation la fragilité avec la souplesse, l'absence de structures rigides qui obturent la lecture et la dirige autoritairement dans une direction plutôt qu’une autre. Dire qu’un poème est fragile n’indique pas nécessairement qu’il parle de choses fragiles, mais que le mode d’exposition des éléments qui le compose ne soit ni trop didactique, ni trop explicatif, et encore moins revendicatif. Suggérer plutôt que nommer, disait Mallarmé, afin que la raison discursive du lecteur, mise en retrait, laisse s’épanouir la richesse des connotations du sens et des sens.


Le souffle

Le souffle est un double mouvement d'inspiration et d'expiration, une circulation d'air qui nourrit le sang, lequel circule dans les veines, propulsé par la pulsation cardiaque. Cette circulation régulière est celle du sens à l'intérieur du poème. Le signifiant est la veine, le signifié le sang. À un niveau cosmique le souffle s'apparente aux courants d'air aériens qui parcourent les étendues terrestres et maritimes. Il peut être léger, rafraîchissant, mais aussi violent et destructeur. La voile des mots le capte pour atteindre de nouveaux territoires de perception
et de désir.



La présence

Alors que le souffle est mobile et changeant, la présence repose dans la fixité du sens des mots et des émotions qu'ils peuvent produire, tels que les a voulus l’auteur. S’il y a présence, c’est qu’il y a quelqu'un ou quelque chose qui persiste et irradie dans la lecture une lumière fixe de sens. Peut-être est-ce le sentiment de nécessité
intérieure qui a guidé le poète, comme la croissance du fruit ou de l’arbre, qui se transmet par le texte sous la forme d’une émotion au lecteur, d’un arôme, indiquant que le poème ne pouvait pas être autre qu’il n’est, immuablement.



janvier 2019

2017

par Soledad, jeudi 29 août 2019, 06:45 (il y a 221 jours) @ dh

Un peu abrupte et limitatif à mon goût, mais cela me permet de découvrir des pistes que je ne connaissais pas et a bien stimulé ma curiosité. Je préfère me demander ce que chacune de ces formes d'expression apporte d' émancipant ou d'aliénant et vivre en veillant au respect de la liberté individuelle de choix au quotidien.

2017

par seyne, jeudi 29 août 2019, 10:32 (il y a 221 jours) @ dh

on peut être un peu gêné par la forme « manifeste », mais il y a quelque chose de très salutaire dans ton questionnement : où est le bon grain de la recherche, où est l'ivraie des tricheurs et des moutons de Panurge ?

2017

par Annie, vendredi 30 août 2019, 09:47 (il y a 220 jours) @ dh

la brutalité de l'énoncé contredit l'objectif du message : élaboration patiente.

Nous partageons la même détestation de Koons, son "cadeau" à la ville de Paris, imposé grâce à l'intervention de l'ambassade des USA est en cours d'installation.
N'oublie pas, camarade, que le capitalisme récupère et digère tout. Pour trouver un échappatoire, je pense nécessaire la connaissance théorique (que je ne possède pas), l'intuition, la sincérité ne suffisent pas.

2017

par dh, vendredi 30 août 2019, 13:18 (il y a 220 jours) @ Annie

je pense nécessaire la connaissance théorique>>>


????

l'art n'est pas consolant, l'art dérange

par Annie, samedi 31 août 2019, 09:24 (il y a 219 jours) @ dh

A propos de J.Koons, j'ai oublié de rappeler que son expo à Beaubourg a atteint un record absolu de fréquentation. Autant de spectateurs intoxiqués par ce pur produit de l'industrie du spectacle, comme des millions le sont par l'industrie du sucre ou du tabac.

Face à ce phénomène, il ne suffit pas de dire ou d'écrire (par ex.) "nous sommes pour la beauté" et de jeter aux orties dada, Duchamp, le réalisme socialiste..

La beauté ? pour un exploitant agricole des Hauts-de-France (admirez la rhétorique !) la beauté c'est un champ très vaste (petit toutefois comparé à ce qui peut se voir dans les Amériques), un champ très vaste donc, nivelé, aplati, privé de tous les accidents de terrain, creux et bosses, fossés, talus, pierriers, chemins de terre, un champ très vaste et nivelé donc, où pousse une seule céréale, d'une seule variété contrôlée, enregistrée, certifiée, sans une mauvaise herbe - en langage normalisé une adventice, et tous les plants à la même hauteur.
Ma jeune soeur -qui est appelée à fréquenter ce monde là, n'a qu'à eu tendre le bras pour me le démontrer en disant "mais pour eux, la beauté c'est ça !"

La disparition des cailloux, on ne peut pas niveler les Alpes, seulement les forer, et des points d'eau, où trouver "le courant d'une onde pure" ?, tous captifs, est aussi scandaleuse que celle des papillons.

Je ne sais pas ce qu'est la beauté, mais je sais que ça mérite d'y réfléchir à n fois avant d'avancer des truismes. Qui pourrait oser "nous ne sommes pas pour la beauté". Tout le monde est d'accord, comme tout le monde est d'accord avec Orwell - la novlangue, avec Hannah Arendt - le totalitarisme, et contre le réalisme socialiste, le catéchisme.. Qu'on entend pourtant chanter l'ouverture à l'autre, l'intelligence artificielle, le monde nouveau connecté.

En somme je préfère les mauvaises herbes qui se mêlent aux champs de dada, du surréalisme, de Badia et de Badiou.

Bien amicalement.

l'art n'est pas consolant, l'art dérange

par seyne, samedi 31 août 2019, 16:46 (il y a 219 jours) @ Annie

l’art dérange et console, comme les vérités.

l'art n'est pas consolant, l'art dérange

par dh, lundi 02 septembre 2019, 16:45 (il y a 217 jours) @ Annie

qui êtes-vous annie ?

je veux savoir.

l'art n'est pas consolant, l'art dérange

par Soledad, samedi 07 septembre 2019, 17:51 (il y a 211 jours) @ Annie

Je partage complètement votre analyse.
Le totalitarisme d'une élite intellectuelle autoproclamée a préparé le terrain à des références culturelles imposées par un mécénat qui se permet de décider de ce qui est beau ou ne l'est pas.
Nous assistons ainsi à la privatisation de l'esprit critique. On peut se demander si on est encore en mesure d'apprécier la valeur créatrice d'un artiste en toute objectivité ou si, à grand renfort de propagande, l'élite qui alimente les aspirations sociales n'a pas fait en sorte qu'on le désigne comme tel puisqu'ils l'ont choisi. Tous ces jugements de valeur me semblent limitatifs et, au bout du compte, n' entravent-ils pas les libertés qu'ils prétendent défendre?

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par s[i]e[/i]nile ll @, dimanche 08 septembre 2019, 14:01 (il y a 211 jours) @ Annie

Voir les musées, qui ne dérangent pas plus que ça. Ce n'est pas l'art qui dérange, c'est l'artiste... L'art, lui, console, ou ce n'est pas de l'art, à la rigueur du cochon. Il a le droit aussi cela dit, c'est en réserve en quelque sorte. Ce sera pour son paradis posthume, ou son enfer. Chacun fait ce qu'il veut de son ... . Ou je ne m'appelle pas Alfred.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par Annie, lundi 09 septembre 2019, 09:06 (il y a 210 jours) @ s[i]e[/i]nile ll

Bonjour à tous
Merci Soledad.

Je continue, si ça agace certains de voir s'éterniser cette discussion qui me semble intéressante mais qui n'est pas de la poésie, qu'ils nous excusent et regardent ailleurs.

La remarque sur les musées de senile ll est juste et n'infirme en rien mon propos, au contraire : le capitalisme digère tout et le monnaye. Ici tourisme et musée. Si le Louvre et la Joconde ne vous disent plus rien, libre à vous de vous laver le regard en le portant sur d'autres formes, par exemple l'art brut ou les arts lointains, lesquels peuvent aider, encore qu'ils soient largement accaparés, voir par ex. l'opération Quai Branly.
Quand la diplomatie s'en mêle ça produit l'expo "Dieux des Balkans" au MAN.
http://archeologie.culture.fr/fr/a-propos/dieux-balkans
La prodigieuse culture néolithique des Balkans réduite au seul Kosovo.

L'art ne console pas, consolation ça fait trop bonbon , bébé a bobo, ou les consolations de la religion mais l'art est à peu près tout ce qui nous reste pour ne pas désespérer.
A part l'art, je ne vois que le jeu -bien entendu il ne s'agit ni des jeux d'argent des casinos, ni des paris en ligne, il s'agit jouer, comme jouer d'un instrument.
Je vois le jeu dans les défilés carnavalesques, le carnaval de Venise est mort comme la Joconde, le défilé du jour de l'an chinois est entré au calendrier des manifestations festives de la Ville de Paris, restent peut-être les carnavals du Nord et de Belgique. Ailleurs, je ne sais pas.

J'aime les jeux d'écriture, je participe depuis des années à l'exercice
https://www.zazipo.net/-L-oulipien-de-l-annee-
et depuis quelques mois à http://lichen-poesie.blogspot.com/p/latelier-du-don-de-mots_57.html
de la revue Lichen.
Et vous à quoi jouez-vous ?

Bien amicalement

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par s[i]e[/i]nile ll @, lundi 09 septembre 2019, 10:00 (il y a 210 jours) @ Annie

Je crois avoir montré mes cartes moi aussi.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 12:52 (il y a 210 jours) @ Annie

bonjour annie,

dites nous en plus sur vous.

qui êtes-vous ? que faites vous dans la vie ?

j'ai l'impression que vous êtes prof de français... j'ai bon ?

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par au phil de la vie, lundi 09 septembre 2019, 13:22 (il y a 210 jours) @ dh

Les fiches de catalogage te manquent que tant que depuis tu fiches les gens pour les cataloguer ?

Franchement ta curiosité ça saoule des fois. Typiquement Français.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 13:38 (il y a 210 jours) @ au phil de la vie

je ne fais pas de catalogage, je suis magasinier.

et je suis non seulement français, mais parisien (circonstance aggravante).

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par seyne, lundi 09 septembre 2019, 13:47 (il y a 210 jours) @ dh

quand on a demandé à quelqu'un un renseignement sur son identité et qu'il n'a pas répondu, insister est un manque de tact.

Ceci dit, tu ferais mieux de prendre la défense de ton "consoler" (c'est de toi qu'il vient), mot qui m'avait gênée au départ pour les mêmes raisons qu'Annie, mais qui m'a semblé ensuite assez riche. J'y ai senti une sorte de très discrète provocation, une invitation à réfléchir sur ce qui fait notre "chagrin", que l'art viendrait soigner, réparer. Je pense à la belle chanson de Souchon : "Foules sentimentales"

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 14:10 (il y a 210 jours) @ seyne

je vomit alain souchon et déteste particulièrement

"foules sentimentales", sa chanson roublarde et bête.

quand à "défendre" Tartempion ou Tartignole,

je fais ce que je veux, jusqu'à nouvel ordre.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par seyne, lundi 09 septembre 2019, 14:22 (il y a 210 jours) @ dh

bon, c’est pas Tartempion que je te proposais de défendre mais un mot que tu as employé.

(pauvre Souchon, être vomi...ça ne me plairait pas :-/ )
Tu veux dire qu’il profite de ce qu’il attaque vertueusement ? Eh oui, on on est tous là.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 14:27 (il y a 210 jours) @ seyne

souchon est parangon de la variété commerciale franchouillarde pour supermarché, à peine moins pire que bruel ou zazie.

alors bien sûr, je ne connais pas tout ce qu'il a fait, mais vraiment, non merci.

si tu veux des textes intéressant essaie bashung à partir de chaterton, c'est quand même un cran au dessus.

quant à la consolation, on la trouve là où on peut et veut, dans la poésie, la politique, le football, la gastronomie, le tricot, etc ...

( il y a aussi "notre besoin de consolation est impossible à rassasier" de stig daggerman... )

décharge 183

par dh, lundi 09 septembre 2019, 14:33 (il y a 210 jours) @ dh

tu es abonnée à décharge, claire ?

ils ont mis mon texte sur l'émotion poétique et julien b. dit que je suis docte et emmerdant.

décharge 183

par dh, lundi 09 septembre 2019, 14:37 (il y a 210 jours) @ dh

je suis fatigué et écœuré de la théorie de la poéticité.

maintenant j'apprends le piano. 20 mn par jour.

pour les questions théoriques trouvez quelqu'un d'autre.

voilà.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par seyne, lundi 09 septembre 2019, 14:42 (il y a 210 jours) @ dh

bashung n'écrivait pas ses textes, du moins pas seul, mais je les aime beaucoup, oui, même si je place très au-dessus Gérard Manset (jusqu'à ces dernières années où il s'est mis à se prendre pour un écrivain et a perdu son inspiration...à moins que ce ne soit l'âge).

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 15:24 (il y a 210 jours) @ seyne

je connais très mal manset à part quelques tubes écoutés sur youtube.

je crois que ça pourrait beaucoup me plaire, j'aime bien le bonhomme, son parcours.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par seyne, lundi 09 septembre 2019, 15:40 (il y a 210 jours) @ dh

c’est un autodidacte, qui pendant longtemps a tout contrôlé de ce qu’il produisait, dans une grande diversité.
le lieu désiré

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par au phil de la vie, lundi 09 septembre 2019, 16:27 (il y a 210 jours) @ dh

Certes. La curiosité déplacée n'est pas une qualité.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 16:31 (il y a 210 jours) @ au phil de la vie

oui monsieur le curé.

amen.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par au phil de la vie, lundi 09 septembre 2019, 17:34 (il y a 209 jours) @ dh

en attendant c'est qui fait le flic.

l'art n'est pas dérangeant, l'art console

par dh, lundi 09 septembre 2019, 17:37 (il y a 209 jours) @ au phil de la vie

ah ah ah

trop marrant.

et quand tu me demandes sur le forum pour qui je vote ? c'est quoi ? le procureur ?

amarres et gouvernail

par seyne, lundi 09 septembre 2019, 13:51 (il y a 210 jours) @ Annie

les discussions qui ont un rapport, même un peu éloigné, avec l'écriture et l'art, personne ne s'en plaint, au contraire.
Je râle quand on part sans se gêner dans des sujets très différents, pas parce qu'ils ne m'intéressent pas, mais parce que je crois qu'un forum part à la dérive et finit dans le caca s'il ne reste pas arrimé à un thème explicite qui rassemble ses participants.

2017

par Annie, mercredi 04 septembre 2019, 14:13 (il y a 215 jours) @ dh

Vladimir Veličković et Ivo Malec
2 grands artistes franco-yougoslaves morts il y a à peine quelques jours.


aujourd'hui FrInter s'étale longuement sur la mort du photographe Peter Lindbergh (info de 13h à la 6°minute)

2017

par dh, mercredi 04 septembre 2019, 15:17 (il y a 215 jours) @ Annie

Peter Lindbergh, connais pas.

les deux autres, si.

2017

par Annie, mercredi 04 septembre 2019, 20:28 (il y a 214 jours) @ dh

Nous sommes d'accord
P.L. c'est la première fois que j'entendais ce nom, mais c'est lui qui est déploré sur la chaîne.
Les 2 autres en avez-vous entendu annoncer leur décès ?

2017

par dh, jeudi 05 septembre 2019, 08:45 (il y a 214 jours) @ Annie

non, rien entendu là dessus