couleurs

par sobac @, mercredi 30 octobre 2019, 13:32 (il y a 159 jours)

je connais des sourires qui en disent long sur la fraternité, ou les couleurs sont peintes comme sur une toile de Manet
Si tu croise ce regard, dis-toi ami qu’il n’est pas trop tard, que les races rêvent de s’unifier, pour que cesse l’irrespect

Entre nos différences et nos peurs, pourquoi ne pas choisir le même chevalet, et s’installait côte à côte, en regardant le même paysage
La nature sait toujours décliner en une palette de coloris, de tons qui s’associent et se marient
Elle sait mettre en avant ses avantages

Il est des hommes et femmes aspirant à une vie sans outrages, aimant le bleu du ciel et le jaune soleil
S’immergeant dans une même mer, se trempant dans le même océan, buvant à la même source, mais restant en éveil

Car rien n’est jamais acquis, de partout rodent des esprits aux idées raccourcies, à l’envie de se sentir supérieurs
Ces êtres là, à force de discours accusateurs, de propagandes vengeresses, sont les acteurs
Assurant la laideur

C’est avec nos dissemblances, et leurs lots d’interférences, que demain nos jours auront la même résonance
L’histoire s’écrit, mais avant tout elle se construit, alors cessons d’attiser le chiffon rouge du toréador dans l’arène, et faisons preuve de bienveillance

Humains sur cette terre, que restera t’il de notre passage, quand les cendres de même couleurs
Alimenteront longtemps encore sa fertilité légendaire
Pour un avenir ou les races et couleurs futures soient un devenir, mais non plus une absurde et inefficace course, d’une domination primaire.

couleurs

par Soledad, mercredi 30 octobre 2019, 13:52 (il y a 159 jours) @ sobac

Un texte plein d'humanité et de bonté. Merci pour toutes ces belles pensées.

couleurs

par dh, mercredi 30 octobre 2019, 14:42 (il y a 159 jours) @ Soledad

oui, c'est bon comme du bon pain.

couleurs

par 411, mercredi 30 octobre 2019, 14:17 (il y a 159 jours) @ sobac

Faut juste être gentil, même si c'est risqué, même si on peut tenter de t'écraser faut rester gentil. Le fond me plaît. Après, la forme me plaît moins, ici et là on retrouve quelques poncifs qui pourraient amener à réflexion. On va dire que malgré toute la beauté du métissage il y a Zemmour. Zemmour existe et fait son beurre des différences, justement.
Et ça marche !
Toutes les communautés se radicalisent.
Et ici, malheureusement, et malgré tout le respect que j'ai pour ton écriture, je te trouve un peu naïf. Pas facile d'aborder le thème du "ce sera mieux, si"...

Perso, je suis métis: mon père est Ougandais, mais toute la famille que je connais est blanche à tendances terroir et centre droit. J'ai donc grandi parmi des blancs sans jamais sentir de racisme. C'est seulement depuis peu que je vois la pluralité des couleurs... qu'on m'a un temps appelé Pierre Le Noir. C'est seulement depuis peu que je vois ce racisme ordinaire proliférer dans tous les coins de France, à tous les niveaux, dans toutes les classes sociales.

Bref. Je ne veux surtout pas t'accabler, mais je pense qu'il y aurait beaucoup à redire d'un système qui ne marche plus. Sans pour autant ramener à la couleur...

couleurs

par Soledad, mercredi 30 octobre 2019, 15:26 (il y a 159 jours) @ 411

Votre message me semble très juste.
Néanmoins, on est toujours le nègre, le juif, l'immigré, la tapette de quelqu'un... Tant que l'on est docile, cela ne pose aucun problème : on est le pote africain, le voisin juif, le maçon immigré, le collègue homo. Par contre dès qu'il y a conflit, on redevient le nègre, le youpin, le portos ou la tantouze.
Un peu comme vous, je n'avais jamais ressenti de discrimination dans ma jeunesse. La méfiance et la distanciation sont des attitudes plutôt récentes en France.
J'ai passé ma vie à être un étranger à travers le monde. Les nationalismes progressent partout, même au sein d'une même nation, un vieux réflexe de survie dans une ère de pénurie matérielle et des valeurs universelles, ce n'est pas un bon signe pour l'humanité...
Rien que pour cela, quelle que soit la portée littéraire ou le style du texte de Sobac, je trouve que ses mots consolent. Plus qu'un poème, je le prends comme une déclaration partagée.
Au plaisir 411

couleurs

par 411, mercredi 30 octobre 2019, 15:36 (il y a 159 jours) @ Soledad

Merci Soledad, je vois qu'on partage une chose. Sobac, c'est le type que je lis tout le temps, sans jamais commenter. Là je le vois sur du plus long, et je ne remets pas en cause l'intention (qui est noble) mais plutôt le piquant qui ne me semble pas au rendez-vous. C'est trop sucré.

couleurs

par Soledad, mercredi 30 octobre 2019, 15:52 (il y a 158 jours) @ 411

Je comprends...

couleurs

par sobac @, mercredi 30 octobre 2019, 18:17 (il y a 158 jours) @ Soledad

merci a vous
je comprend aussi le ressenti mais je n'ai pas voulu faire de ce texte une charge agressive , c'est un constat un peu amer, alors je l'ai traité avec des mots bienveillants
c'est un texte qui date déjà de quelques années je l'ai posté parce que j'ai encore était le témoin de mots de phrases qui ne vont pas dans le sens que j'espère d'humains

si je l'écrivais maintenant sans doute serait-il moins édulcoré

Racisme Ordinaire

par sobac @, jeudi 31 octobre 2019, 13:06 (il y a 158 jours) @ sobac

Inquiétantes discussions
Sujet récurrent,
Racisme, évidement
Une phrase anodine, mais pas digne
Des « on dits » pas jolis jolis
Le feu couve il faut l’attiser
Moi, monsieur je vous le dis
Chez nous trop d’étrangers
Bougnouls, négros
A mettre dans le même bateau
Mes impôts, pour des français bien nés
Le social, pas pour des asociaux
Des gens que l’on ne peut intégrer
A mille lieues de leur culture
Nous sommes pas concernés
La France au français
Et eux retour en voiture
Dans leur pays de sous- développés
Sinon croyez moi ils vont nous bouffer
A repeupler sans discontinuer
Engeance dont il faut nous séparer
2019,je n’en peux plus
Toujours les mêmes clichés
La peur de l’étranger
Le droit du sol, j’y suis né
Où le droit de mieux se comporter
Le métissage sauvera notre rage
La diversité une fois adoptée
Comme les lois que l’on a créées
Feront de cette mixité
Une race avec un seul visage

Racisme Ordinaire

par 411, jeudi 31 octobre 2019, 19:17 (il y a 157 jours) @ sobac

Mouais. Bof. C'est un peu enfoncer des portes ouvertes et niveau style tu as fait mieux.

Racisme Ordinaire

par sobac @, jeudi 31 octobre 2019, 20:01 (il y a 157 jours) @ 411

texte ordinaire

Racisme Ordinaire

par 411, samedi 02 novembre 2019, 10:56 (il y a 156 jours) @ sobac

Je reviens sur mon commentaire: en fait, après relecture je le trouve quand même très bienveillant ce texte. J'ai été un peu trop cassant, d'autant plus que ça parle justement du "racisme ordinaire". Je suis juste en conflit avec l'idée d'une race à un seul visage.

Racisme Ordinaire

par sobac @, samedi 02 novembre 2019, 11:52 (il y a 156 jours) @ 411

voila pourquoi je j'ai intitulé racisme ordinaire
l'ordinaire devient routine s'ensuit les clichés la peur de l'autre ainsi de suite
et la dictature menace

Noir

par sobac @, samedi 02 novembre 2019, 12:05 (il y a 156 jours) @ sobac

Soudain, un jour, je ne sais pourquoi
Je ne serais dire, une image de moi
Devant le miroir me renvoya cet état

J’étais devenu noir, non pas de désespoir
Mais comme l’Africain, mon frère
Qui s’interroge, pourquoi la couleur peut faire
Que l’homme ce mammifère, considère
Qu’entre humains, la couleur change le destin
Éternel refrain sur la différence des êtres
Donnant par certains cotés un drôle de pouvoir
Assurant même son pré carré périmètre

Au fur et a mesure, en moi cet état se révéla
Plus qu’une certitude, une évidence là
Dorénavant mon parcours serait différent

Car, quand se transforme la norme
Et qu’elle envisage pour mon visage
Un chemin, ou l’incertain reste une cause
Qu’il me faut assurer, sans pour cela de psychoses
L’avenir se teinte de nuances et d’horizons
Ou vivre prend une saveur avec options
L’acceptation a pour signe des émotions
Me voila pèlerin, nomade sans uniforme

J’allais dés à présent ressentir l’indifférence
A moins que cela soit plus de la défiance
Qu’importe l’aventure, si la vivre me ressemble

Et quand le début se fait cahin-caha
Pas trop sur d’adopter les bons gestes, les bons pas
L’épaule ou la main amie tendue réchauffe
Ma conviction sait de quel bois je me chauffe
Je deviens précurseur affrontant les regards
Mes joies, mes peines, se confondent et s’additionnent
En devenant l’âme qui ne doit rien au hasard
Sur cette route, ou les ornières prolifèrent

Désormais ma vie, ne viendra plus en catimini
Me tordre le coup, essayer hara-kiri
Noir, blanc, qu’importe, je suis citoyen de ce monde