Les endroits calmes de mon corps

par 411, vendredi 03 janvier 2020, 10:37 (il y a 153 jours)

j’écrirai un poème où je ne serai pas désespéré
j’écrirai aux inconnus
des amourettes moins tordues
où ça jouera des airs heureux
des soli légers de tout petits ballons
des choses non périssables
ou presque
et j’écrirai en italiques
comme un long chant idyllique
j’irai loin
au delà de tout ressentiment
j’en aurai fini des ratages
je verrai le silence je saurai mes sillons
les endroits calmes de mon corps
j’écrirai de jolies choses sur les femmes
sans doutes seront-elles plus mesurées
et moins brutales
j’écrirai sans les poings je serai non létal
sans rancunes ni transport
partageant avec elles
les endroits calmes de mon corps
j’écrirai sur la beauté
dans un monde où le bleu sera bleu
où la fleur sera fleur
je ne salirai plus rien
je rirai de bon cœur
n’aurai plus besoin d’être vulgaire
à gorge déployée
j'écrirai de tout mon être
des poèmes sans violence
enfin débarrassé de mes colères
j’écrirai doux
des poèmes moins amers
enfin libre
enfin sauvé
mais juste avant tout ça
juste avant d'aimer
je mourrai

ça te va?

Les endroits calmes de mon corps

par Périscope @, vendredi 03 janvier 2020, 18:39 (il y a 153 jours) @ 411

oui ça me va

enfin un texte non misérable

qui ne donne pas envie d'aller vomir


après la mort il y a donc cette renaissance

Les endroits calmes de mon corps

par dh, samedi 04 janvier 2020, 10:06 (il y a 153 jours) @ Périscope

qui ne donne pas envie d'aller vomir>>>


ouh mais c'est qu'il a l'estomac sensible notre periscope !

petite nature, va !

Les endroits calmes de mon corps

par seyne, samedi 04 janvier 2020, 16:15 (il y a 152 jours) @ Périscope

Peut-être aurais-tu reproché à Kafka de provoquer chez toi un sentiment d’oppression et lui aurais-tu conseillé s’ouvrir les fenêtres de ses récits ?
:)

Les endroits calmes de mon corps

par 411, dimanche 05 janvier 2020, 10:09 (il y a 152 jours) @ seyne

Kafka c'est la petite maison dans la prairie comparé aux ravins de mon âme.
Non, plus sérieusement, ce poème a été extrêmement violent à écrire pour moi, car durant cette dizaine de minute, je me suis vu mort, enfin délivré. J'ai pensé au suicide mais de manière calme, décidée, implacable. Tout allait dans ce sens, c'était écrit, il fallait que je meurs.
Mais je ne l'ai pas fait. J'ai pensé à ma chienne qui me regardait parce qu'elle avait faim, je me suis levé, j'ai mis les croquettes dans sa gamelle, je suis revenu au canapé et j'ai finalement regardé un film.

Comme l'a dit feu Dédé, chanteur regretté des Colocs (un groupe québécois)

"J'ai jamais dit je t'aime tout court
j'ajoute toujours quelque chose après
c'est comme ça qu'on sait si on est en amour
je t'aime beaucoup ça fait moins vrai"

Les endroits calmes de mon corps

par seyne, dimanche 05 janvier 2020, 22:37 (il y a 151 jours) @ 411

Je crois qu’on est comme le champ de bataille entre Éros et Thanatos. On peut ressentir la paix quand l’un des deux semble gagner. Mais là, Eros a réclamé des croquettes et tu lui en as donné, et la paix n’était plus là.
Tant mieux.
Un des intérêts du poème c’est la question « ça te va ? », à qui elle est posée. Et aussi qu’il imagine traverser Thanatos pour trouver Eros.

Tout le travail du poème fait de ce que tu vivais à cet instant un récit imaginaire où chacun peut chercher/trouver sa propre route, si différent qu’il soit de toi. Rien de ce qui est humain ne nous est étranger mais il faut une traduction pour le comprendre. C’est un des rôles de l’art je crois. Kafka ou toi parlent à tous.
Il n’y a rien à adoucir de ce qui est dit, il faut le dire aussi bien que possible, c’est tout.
Et la beauté va avec la vérité.

Les endroits calmes

par seyne, dimanche 05 janvier 2020, 22:59 (il y a 151 jours) @ seyne

Je crois que le monde aussi est un champ de bataille entre Eros et Thanatos, particulièrement le monde humain. C’est pourquoi ce qu’on dit de vrai sur soi, surtout quand c’est sublimé dans l’art, prend une signification bien plus large. Les récits de Kafka inspirés par ses tourments, la tyrannie de son père, ont permis de créer un adjectif : kafkaïen, qui sert à dire d’autres tyrannies.

Les endroits calmes de mon corps

par s[i]e[/i]nile ll @, lundi 06 janvier 2020, 00:49 (il y a 151 jours) @ 411

À qui cela pourrait aller ? Mais à beaucoup de monde je pense, et je ne dois pas être le seul à le penser. Non, les amis ?
Toujours cette foutue syntaxe, pardon...
Chapeau mais ça doit faire mal

Les endroits calmes de mon corps

par au phil de la vie, lundi 06 janvier 2020, 11:57 (il y a 150 jours) @ 411

"Il y a dans le regard du désordre cette hirondelle de menthe et de genêt qui fond pour toujours renaître dans le raz-de-marée de ta lumière."

Cahier d'un retour au pays natal - Aimé Césaire