l'herbe

par sobac @, vendredi 15 mai 2020, 13:28 (il y a 48 jours)

l’herbe mange les journées triviales
de gardiens amorphes à l’œil torve
épiloguant sur les ordres à hue et à dia
hurlaient dans des langues polycéphales

la terre brûle les pas des anonymes
des vitraux éclaboussent de vérités
dans un désordre omniprésent
ou survivent les dernières victimes

est -ce la fureur qui fait dire, à mort
personne n’est sûr de son double,
les routes s’entrecroisent en destins
dont les affres ressemblent aux remords

dans cette cohue ultime la foule crève
les ressorts du temps ne bercent plus
les brouets putrides d’une histoire vaine
d’heures perdues , d’inutiles sèves

l’herbe a retiré son espace essentiel
les couleurs ont engendré des clichés
avec des notes d’un piano désaccordé
de ceux qui lèvent la tête vers le ciel

l'eau

par seyne, vendredi 15 mai 2020, 15:03 (il y a 48 jours) @ sobac

les premiers vers sont superbes, après tout se bouscule comme un troupeau pressé au portillon, et je n'arrive plus à suivre : "de quoi qu'il s'agit ?".
Mon esprit a besoin d'une certaine unité dans le poème, un thème, un socle et là c'est plutôt comme si une idée, une image chassait l'autre. Ca me fait penser à ce qu'on appelle "la fuite des idées". Sans compter les jeux de mots qui parfois en rajoutent encore dans ces impressions.
Mais je ne dis pas que tu devrais écrire autrement, c'est seulement que j'ai l'impression en fin de lecture de ne rien avoir dans les mains.

l'eau

par sobac @, vendredi 15 mai 2020, 18:16 (il y a 48 jours) @ seyne

c'est pour cela que tu a répondu par l'eau qui glisse entre les doigts

c'est un texte avec des images et non conçu comme une ligne droite, j'ai choisi les chemins de traverses pour l'inattendu

merci

l'eau

par Périscope @, samedi 16 mai 2020, 10:27 (il y a 47 jours) @ sobac

L'analyse de Seyne est juste.

Le titre est beau, simple, évocateur.

mais toujours trop d'abstractions ensuite

si tes idées pouvaient passer par d'avantage de sentiments, d'émotions, de sensations, on en sortirait tous plus contents et enrichis

l'eau

par sobac @, samedi 16 mai 2020, 11:09 (il y a 47 jours) @ Périscope

tu parles d'abstraction est ce que tu fais allusion à mes textes comme l'art abstrait en peinture

sentiments émotions c'est pas trop mon truc

sensations oui

la terre brûle les pas des anonymes
des vitraux éclaboussent de vérités
dans un désordre omniprésent
ou survivent les dernières victimes

dans cette cohue ultime la foule crève
les ressorts du temps ne bercent plus
les brouets putrides d’une histoire vaine
d’heures perdues , d’inutiles sèves

merci

l'eau

par Périscope @, dimanche 17 mai 2020, 10:20 (il y a 46 jours) @ sobac

"la terre brûle les pas des anonymes
des vitraux éclaboussent de vérités
dans un désordre omniprésent
ou survivent les dernières victimes

dans cette cohue ultime la foule crève
les ressorts du temps ne bercent plus
les brouets putrides d’une histoire vaine
d’heures perdues , d’inutiles sèves"

"dans un désordre omniprésent" - non, omniprésent, mot mal choisi, lourd, il faut chercher un qualificatif plus physique, concret

"cohue ultime" : remplacée par cohue finale

"les ressorts du temps" : tu veux dire quoi ? les pouvoirs du temps ?

"brouets putrides" - trop littéraire, je propose : les nourritures mauvaises d'une histoire inutile

"d'inutile sève" : peut devenir alors "sève morte".

Voilà ma vision, en toute bonne compagnie sobac.

l'eau

par sobac @, dimanche 17 mai 2020, 10:42 (il y a 46 jours) @ Périscope

je prends note, merci

les ressorts du temps sont pour moi les aléas de la vie

l'eau

par Périscope @, lundi 18 mai 2020, 10:11 (il y a 45 jours) @ sobac

Ca ferait quoi ?

La terre brûle les pas des inconnus
des vitraux éclaboussent de vérité
dans un désordre planétaire
où survivent les dernières victimes

dans cette cohue finale
les hasards de la vie ne bercent plus
les nourritures mauvaises d'une histoire vaine
d'heures perdues et de sève morte



Bien sûr ça fait bouger un peu le sens
François Cheng dit que dans le mot sens il y a : la sensation, la direction, et la signification

l'eau

par sobac @, lundi 18 mai 2020, 10:18 (il y a 45 jours) @ Périscope

c'est vrai que l'on peut réécrire avec les mêmes mots
après dans mon élan je reviens rarement en arrière j'écris d'un jet , je devrais laisser murir parfois

les deux strophes que tu revisitent je les trouve très complémentaires

merci

l'herbe

par Florian, mercredi 20 mai 2020, 14:18 (il y a 43 jours) @ sobac

Il y a un fil très clair à suivre d'images de fin du monde, d'une population qui y est assujettie, d'une foule qui grossit, d'âmes errantes en sursis et d'avancées qui vont à l'encontre d'un progrès qui n'a pas eu lieu. C'est une idée bien classique dans l'imaginaire poétique qui passe rarement inaperçue. Un filon que l'on saisit rapidement et qui nous parle, au rythme des images qui s'enfilent.

l'herbe

par seyne, mercredi 20 mai 2020, 15:44 (il y a 43 jours) @ Florian

oui, bien sûr, tu as raison...je ne sais pas ce qui me gêne dans le style de sobac. Peut-être le fait que les images ne se relient pas entre elles. C'est comme un montage hyper rapide de morceaux de films différents. Mais il y a une unité de sens, c'est vrai.

l'herbe

par Florian, mercredi 20 mai 2020, 17:11 (il y a 43 jours) @ seyne

c'est une technique qui avait cours avec (dès) les expressionnistes allemands..

l'herbe

par nouga @, mercredi 20 mai 2020, 18:33 (il y a 43 jours) @ Florian

merci c'est exactement ma démarche