Syllogisme pas drôle

par Périscope @, samedi 19 septembre 2020, 18:51 (il y a 77 jours)

Avec le sida on s'embrasse sans baiser
Avec le covid on baise sans s'embrasser
Les mots de l'amour sont tributaires des maux de la mort

En lisant Pierre Reverdy j'ai trouvé cette phrase :

"Un visage sans intérêt devient tout de suite intriguant sous un masque"

Syllogisme pas drôle

par sobac @, dimanche 20 septembre 2020, 10:18 (il y a 76 jours) @ Périscope

avec le gel l'engelure
avec l'engelure le gel

Affreurismes

par Périscope @, dimanche 20 septembre 2020, 18:47 (il y a 76 jours) @ sobac

Les cordons des masques lacèrent les visages.

Ceux qui parlent ôtent le masque, la parole démasque.

Elle a dessiné sur son masque noir un sourire qui la fait ressembler à une tête de mort.

La distanciation sociale redonne du sens à l'individu.

L'épidémie est une aubaine pour le misanthrope.

L'épidémie supprime les bonbons et pompons sur les manèges.

Les défunts ne savent jamais à quel avenir ils ont échappé.

Affreurismes

par sobac @, lundi 21 septembre 2020, 10:06 (il y a 75 jours) @ Périscope

la résignation est une forme active de la distanciation

le porc masque souvent la truie

le gel donne aux arbres l'illusion d'êtres sujets de porcelaine

la pandémie n'est pas la femelle du panda

l'épidémie rassemble l'épi qui donne la mie

cotcot cot

par seyne, lundi 21 septembre 2020, 10:17 (il y a 75 jours) @ sobac

le sobac est-il le mâle de la basse-cour ?
il est vrai que le coq a le jeu de mollet...
au pilon !

Affreurismes

par seyne, lundi 21 septembre 2020, 10:21 (il y a 75 jours) @ Périscope

Pas d'accord avec tout, mais ça ouvre la réflexion. Le dernier surtout, qui donne le grand frisson du vide.

Affreurismes

par seyne, lundi 21 septembre 2020, 10:30 (il y a 75 jours) @ seyne

c'est une amie qui me disait : mourir, je crois que je l'ai accepté, mais ce qui me fait drôle c'est de ne pas savoir la suite des choses, ce qui arrivera.
Cette idée revient dès que je réfléchis à un problème actuel.

Affreurismes (2)

par Périscope @, lundi 21 septembre 2020, 11:09 (il y a 75 jours) @ seyne

Le masque est un string pour cacher les parties honteuses. On l'enlève quand on est seul.

Les coureurs crachent sur les marcheurs, leur supériorité est toxique.

Faire la fête ne doit pas attendre, puisque c'est un rendez-vous avec la mort.

L'hypocrite poignée de main enfin est abolie.

Affreurismes (2)

par sobac @, lundi 21 septembre 2020, 11:39 (il y a 75 jours) @ Périscope

la bise laisse la place au vent d'autan, que le gel voit venir honi soit que le masque tombe

Affreurismes (2)

par seyne, lundi 21 septembre 2020, 16:38 (il y a 75 jours) @ Périscope

je lisais quelque chose sur la poésie traditionnelle turque, où l'oeil de la bien-aimée joue un rôle essentiel, objet des métaphores les plus brûlantes et les plus dangereuses.
bien sûr, le voile donne à l'oeil un rôle essentiel dans la séduction, seul élément visible du visage avec son arc double de sourcils.

le masque donne une chance aux laids et laides, chance que ce soit d'abord l'âme (dans l'oeil) qui accroche l'inconnu.

l'oeil est une métaphore du sexe des femmes, avec son trou central. les doigts sont des métaphores du sexe des hommes.

le petit garçon vient d'entrer à la crèche ; avoir affaire maintenant à des dames masquées n'a pas altéré son enthousiasme. il faut croire que les sourires débordent des masques.

Affreurismes (2)

par sobac @, lundi 21 septembre 2020, 19:11 (il y a 75 jours) @ seyne

le majeur en érection dit au pouce méfie toi de l'auriculaire et de son complice
alors l'annulaire étourdi pointa sur l'index l'indecision proverbiale de la main quand elle caresse les mots
depuis la poésie s'approprie les affres de l'âme

Affreurismes (2)

par Périscope @, mercredi 23 septembre 2020, 09:42 (il y a 73 jours) @ seyne

L'homme est un architecte sans modération,
du détail il construit l'ensemble, et cela le grise,

sa mémoire de la beauté fait du visible une promesse.

Affreurisme (3)

par Périscope @, jeudi 24 septembre 2020, 08:40 (il y a 72 jours) @ Périscope

A cause du virus,
il faut vivoter en ermite pour vivre longtemps,
ou vivre joyeusement ensemble pour mourir rapidement.
Le sage dit "Vivons ensemble avec précaution",
mais la sagesse n'existe pas, elle n'est qu'une vue de l'esprit.

Affreurisme (3)

par seyne, jeudi 24 septembre 2020, 16:07 (il y a 72 jours) @ Périscope

je ne suis pas d'accord avec toi, moi je crois en la sagesse. Pas la sagesse rationnelle, mais la perception de ce qui convient à la situation.

Affreurisme (3)

par Périscope @, vendredi 25 septembre 2020, 09:11 (il y a 71 jours) @ seyne

Ce sont des aphorismes, et qui plus est "affreux".
Des aphorismes qui souvent reposent sur des paradoxes, donc assez éloignés
de la nuance. Une radicalité ainsi qui demande à être contredite, nuancée.
Aussi des aphorismes inspirés par l'antagonisme ou le parallélisme des mots.
Une ivresse un peu du langage en quelque sorte.

Concernant le sagesse, il faut voir chacun ce qu'on met derrière ce mot.

Pour moi je parle de la difficulté de l'individu à maîtriser ses pulsions,
ce n'est pas pour rien si les philosophes grecs ont eu comme première
préoccupation la compréhension de l'irrationnel par l'instauration d'une logique.

Mais là c'est tout un débat...

Affreurisme (3)

par sobac @, vendredi 25 septembre 2020, 10:42 (il y a 71 jours) @ Périscope

au débat il préfère les ébats

aux abats le débat

Affreurisme (3)

par seyne, vendredi 25 septembre 2020, 11:35 (il y a 71 jours) @ Périscope

oui, bien sûr.
En fait, j'ai une sorte d'allergie à ces messages "vivons la liberté sans nous soucier des conséquences" parce que je la vois au cinéma dans les pubs Coca-Cola, dans les pubs pour les grosses bagnoles, formant un oxymore parfait avec les messages moralisants et vertueux qui les accompagnent en général.
(je ne parle pas de ton message).
je crois qu'en ce moment il est important de réfléchir à ce qu'on fait car ceux qui risquent de mourir de cette joyeuseté festive ce ne sont pas ceux qui la vivent mais plutôt leurs grands-parents, ou leurs amis malades, ou les gens plus pauvres.

De façon générale, je trouve que nous vivons dans un monde mené par l'hystérie, symptôme et corolaire de la loi du profit (pour l'hystérie et pour le profit la question est d'avoir le dessus).

alors oui, une peu de sagesse comme une eau bienfaisante sur les feux dévorants.

Affreurisme (3)

par sobac @, vendredi 25 septembre 2020, 11:52 (il y a 71 jours) @ seyne

seyne je te trouve conventionnelle , c'est la sagesse surement

la sagesse ne montre pas ses fesses
les fesses sont à la vertu, son chapeau turlutu

Affreurisme (3)

par seyne, vendredi 25 septembre 2020, 13:11 (il y a 71 jours) @ sobac

oui, sûrement, mais dans un monde où être anti conventionnel est un diktat, ça me convient. J'ai toujours été un peu "à côté ".

Affreurisme (3)

par seyne, vendredi 25 septembre 2020, 13:22 (il y a 71 jours) @ seyne

les interactions entre la jouissance et la mort, la jouissance et le meurtre, je ne connais personne qui les ait perçues et vécues et exprimées avec autant de force que Pasolini. Il les a vécues jusqu'à en être assassiné. "Salo ou les 120 jours de Sodome" dit tout de l'obligation mortifère à jouir. Mais ce n'est qu'une facette de cette question vertigineuse.

Affreurisme (3)

par dh, vendredi 25 septembre 2020, 16:39 (il y a 71 jours) @ seyne

il faut lire aussi, "nietzsche et la philosophie", de deleuze.

Affreurisme (3)

par dh, lundi 28 septembre 2020, 09:59 (il y a 68 jours) @ dh

il y a ça aussi dans la dolce vita de fellini, que j'ai vu hier au mk2 gambetta.

d'ailleurs le film était interdit au - de 18 ans à sa sortie.

Affreurisme (3)

par marne, mercredi 30 septembre 2020, 20:20 (il y a 66 jours) @ dh

tu l'as vu à quelle heure ?

Affreurisme (3)

par dh, vendredi 02 octobre 2020, 09:19 (il y a 64 jours) @ marne

il n'y a pas d'heure pour les braves.

Affreurisme (3)

par marne, vendredi 02 octobre 2020, 18:16 (il y a 64 jours) @ dh

je savais pas..

Affreurisme (3)

par seyne, vendredi 25 septembre 2020, 11:51 (il y a 71 jours) @ Périscope

c'est vrai que j'ai un peu tordu ton propos, transformant sans doute ce qui était plutôt une constatation en une invitation.