un même espace

par catrine, lundi 21 juillet 2014, 15:41 (il y a 2145 jours)

je n'écris pas.
ni eau ni absence. rien.
l'atelier est un foutoir de toiles de papiers.
mes mains trempent. déchirent.
les fibres crient. j'insiste.
mes mains pleurent le tableau.
une vaste steppe où boire les nuages.





[image]
©C.G. le deuil, 06-2014, toile brute papier et corde sur toile / graphite et craie d'aquarelle




[image]
image 2 / traitement négatif de l'image 1






je n'écris pas
un même espace
où l'eau vient mourir

un même espace

par Kelig, lundi 21 juillet 2014, 16:28 (il y a 2145 jours) @ catrine

Merci Catrine. Parce que c'est beau. ce même espace - comme en partage

une vaste steppe où boire les nuages

un même espace
où l'eau vient mourir

...

un même espace

par ynos, lundi 21 juillet 2014, 23:22 (il y a 2145 jours) @ Kelig

les tableaux sont vraiment très jolies
ils sont très hallucinés

un même espace

par catrine, mardi 22 juillet 2014, 13:35 (il y a 2144 jours) @ ynos

un même espace

par catrine, mardi 22 juillet 2014, 13:26 (il y a 2144 jours) @ Kelig

moi ce que je trouve beau c'est que ce soit toi qui écrives ces vers ;)
merci kelig.

un même espace

par Kelig, mercredi 23 juillet 2014, 13:46 (il y a 2143 jours) @ catrine

oui je les ai repris même en en oubliant les guillemets

:)

un même espace

par catrine, jeudi 24 juillet 2014, 01:59 (il y a 2143 jours) @ Kelig

et c'est parfait comme c'est ;)

un même espace

par alizarine, mardi 22 juillet 2014, 09:57 (il y a 2145 jours) @ catrine

J'aime et le texte et le tableau... mais je ne suis pas douée pour les beaux commentaires ! :)

un même espace

par dh, mardi 22 juillet 2014, 11:15 (il y a 2145 jours) @ alizarine

un même espace

par catrine, mardi 22 juillet 2014, 13:24 (il y a 2144 jours) @ alizarine

au beau je préfère le vrai tout simple ;)
merci a.

un même espace

par zeio, mardi 22 juillet 2014, 19:13 (il y a 2144 jours) @ catrine

J'aime beaucoup catrine.

Il y a les steppes et ça me rappelle une photo de Hesse, devant ce type de paysage.

un même espace

par zeio, mardi 22 juillet 2014, 19:15 (il y a 2144 jours) @ zeio

[image]

Ça n'était pas vraiment des steppes :-)

un même espace

par catrine, jeudi 24 juillet 2014, 01:58 (il y a 2143 jours) @ zeio

ha! le bel Hermann Hess...


c'est la bute et le regard... quelque chose de l'esprit ou de la vision
(merci pour l'image de ta vision)

un même espace

par Claire @, dimanche 27 juillet 2014, 21:42 (il y a 2139 jours) @ catrine

On dirait un bûcher funéraire.
Je trouve qu'on a en même temps un double sensation : la misère du pauvre corps dissimulé, que la vie à abandonné, et la puissante éternité d'une montagne.

un même espace

par catrine, dimanche 27 juillet 2014, 21:58 (il y a 2139 jours) @ Claire

tu veux dire.. un tertre funéraire ?


oui, les deux, oui

ce qui est curieux c'est que c'était juste un essai de matières que j'allais jeter, je l'ai pris en photo pour le garder à l'esprit et à porté de regard comme un référent pour un travail ultérieur. c'est seulement une fois rendu chez moi le soir que j'ai vu ce que j'avais fait ...et là j'ai compris les amas et les bandelettes, les couleurs et ...

un même espace

par Claire @, dimanche 27 juillet 2014, 22:29 (il y a 2139 jours) @ catrine

Non, je pensais bien à un bûcher, surtout à cause des deux images juxtaposées, la deuxième paraît à la fois nocturne et carbonisée. Je pensais aussi au tableau de d i v "papa est mort", sinon que le visage y est visible....

et encore à la chanson de Manset "quand on perd un ami".

Quand on perd un ami,

C'est peut-être qu'il dort

Dans un autre univers

De gel et de bois mort,

Dans un autre décor,

Simplement affaibli,



Quand on perd un ami,

Son âme se décolle

Comme un papier jauni,

Papyrus d'école,

C'est que l'on a grandi,



Quand on perd un ami,

Comme dans un tamis,

Après que le cambiste

Ait déserté la salle,

Ait déserté la salle



Dans le jour indolore

Et dans l'air inodore,

Repose sur le pourpre,

Entouré des siens,

Et pas même un chien

Pour lécher sa paume,

Son bras recourbé



Quand un ami s'en va,

Disparaît de son lit,

Par de nouveaux sherpas,

Pour de nouveaux pays



Quand on perd un ami,

De la lumière subsiste,

Comme dans un tamis,

Après que le cambiste

Ait déserté la salle



Peut-être, ce n'est pas

Ce qu'on nous en a dit

Si, là-bas, il fait froid

Comme il le fait ici,



Quand on perd un ami,

Qui le découvrira ?

Fakir embaumé

Transpercé de pointes,

Et lorsque le jour pointe,

Pas même un drap

Pour cacher ses yeux,

Quand un ami s'en va



Quand on perd un ami,

De la lumière subsiste,

Comme dans un tamis

un même espace

par catrine, lundi 28 juillet 2014, 04:16 (il y a 2139 jours) @ Claire

hOo merci pour ce texte de Manset, ça me parle bien proche..

oui je me souviens de ce tableau de d i v ... mais j'ai du mal à faire le rapprochement
je ne connais pas ton "chemin de liens"


en tout cas merci Claire,
j'espère que tu as du beau temps
du temps vif
et clément

un même espace

par Claire @, lundi 28 juillet 2014, 09:24 (il y a 2139 jours) @ catrine

je trouvais dans le tableau de d i v ce même rapport entre la verticalité des plis du tissu et l'horizontalité du corps, cette même atmosphère de montagne hivernale, neigeuse.
Dans la mort, notre corps ne peut soutenir la lutte contre la pesanteur, il se rend tout entier à l'horizontalité et à l'immobilité.
Les mots qui me viennent sont latins : caedere, jacere/ stare.