Spleen 2022

par m, lundi 14 mars 2022, 10:48 (il y a 67 jours)

Spleen 2022


Quand le ciel plaque au sol une bruine tenace
Huilée des mille feux de gyrophares en pleurs
Et que des pneus chuintants gicle en gerbes la crasse
D’un matin avorté au dos des travailleurs

Quand les rames bruissent de litanies mendiantes
Que les trottoirs saignent de cartons détrempés
Quand les masques, la guerre et les frayeurs courantes
Comme de vieux amis s’invitent à déjeuner

Alors même un landau tout de pastel orné
Prend un air cafardeux de corbillard fantoche
Aux obsèques d’un temps plus triste que la sloche

Spleen 2022

par claire, lundi 14 mars 2022, 14:40 (il y a 67 jours) @ m

La modernité du tableau autorise les quelques irrégularités des vers, et c'est bien un authentique sonnet, bien balancé.
Je dirais que peut-être j'aurais aimé un peu plus de variations dans la coloration de l'ensemble, qu'il ne soit pas que cafardeux, mais l'évocation du landau joue ce rôle, avec même une touche un peu burlesque, façon danse macabre.

Bref, c'est beau à lire, accordé à l'air du temps de ce début de printemps grimaçant, glaçant.

Spleen 2022

par m, lundi 14 mars 2022, 18:31 (il y a 67 jours) @ claire

Merci. Oui c'est l'idée, faire cafardeux à fond.
Et c'est juste, une distanciation se crée à l'image extravagante du landau. Une réminiscence de Batman retuns, le landau du Pingouin. Cette image me subjugue, comme tout l'univers et l'esthétique de Tim Burton.