images (2)

par claire, mercredi 16 mars 2022, 18:44 (il y a 267 jours)

mon enfant s’est enfoncé dans la haie, il cherche quelque chose.
mon enfant dans la haie, au fond de la haie, sous les feuilles petites
n’a laissé dépasser que sa jambe et son pied.

de ces lieux que les enfants explorent, avec les insectes gris
dans le secret, l’ombre,
ils laissent à la porte
nos corps maladroits, trop grands.

on s’arrête, on n’appelle plus, saisi de nostalgie lointaine :
notre corps petit était accordé à la magie
il suffisait de ramper pour y baigner
d’être accroupi pour que le temps s’arrête.

alors les parents vous appelaient
du bord de leur monde
où ils vous veulent
debout ou assis.

images (2)

par m, jeudi 17 mars 2022, 09:32 (il y a 266 jours) @ claire

ce qui me touche dans ce poème, ce n'est pas la vision de l'enfant, être connecté à la magie du monde, mais la nostalgie de l'adulte. Une nostalgie fantôme, comme on parle de membre fantôme. Et la façon dont elle s'exprime en observant les gestes de l'enfant, s'accroupir, ramper, s'enfoncer

images (2)

par claire, jeudi 17 mars 2022, 15:28 (il y a 266 jours) @ m

oui, tout à fait. On ne sait plus bien comment on pensait et ressentait étant enfant,
mais on en garde un halo d'émotions, des images, c'est précieux et perdu.

images (2)

par Péri @, lundi 21 mars 2022, 16:15 (il y a 262 jours) @ claire

difficile d'évoquer l'enfance sans nostalgie
la nostalgie fait souvent plus de mal que de bien
à quoi sert-elle ?
elle s'impose
elle sert à écrire, s'attrister, regretter...
il faut alors que l'écrit en vaille la peine

images (2)

par claire, mardi 22 mars 2022, 14:47 (il y a 261 jours) @ Péri

la nostalgie de l'enfance est pour moi comme un trésor caché, bien peu douloureuse...je me souviens de la satisfaction que j'ai eue à devenir adulte : enfin décider de sa vie.

images (2)

par phil, mardi 22 mars 2022, 16:46 (il y a 261 jours) @ claire

"mon enfant dans la haie, au fond de la haie, sous les feuilles petites
n’a laissé dépasser que sa jambe et son pied.

de ces lieux que les enfants explorent, avec les insectes gris
dans le secret, l’ombre,
ils laissent à la porte
nos corps maladroits, trop grands."

J'aime bien