assurance

par va bene sobac @, samedi 18 février 2023, 13:56 (il y a 516 jours)

comme chaque fois que j'entend ce mot , ce son,
j'extrapole et part en divagation
que font-ils du pognon, du flouze, des pépettes
car leur astuce c'est perpette
et l'assuré , oblitéré, rançonné
poireaute quand il attend son blé
alors
demain dès l'aube, a l'heure où blanchit mon espoir
j'irais les voir , leur dire, mon agacement
car je ne puis attendre plus longtemps
le dos altier et les ongles acérés

assurance

par va bene sobac @, mercredi 22 février 2023, 13:40 (il y a 512 jours) @ va bene sobac

il va s'en dire
nul ne doit accepter
de raquer
car l'assurance, sa toute puissance, n'occulte en rien
d'avoir le reflexe idoine
passez votre chemin

assurance

par va bene sobac @, vendredi 24 février 2023, 13:55 (il y a 510 jours) @ va bene sobac

L’Assurance

Ayant contracté une assurance contre l’ennui
Je me retrouvé bien vite pourvu de nouveaux amis
De ceux qui engagent la conversation
Aussi vifs et prompts à signer des pétitions

Deux camps s’opposaient, les désireux de leur réputation
Qui signe a la moindre occasion, au son du clairon
Quand les troupes prêtent au combat sont dans l’obligation
De mater la rébellion, de faire diversion, de mettre au pas la nation

Je n’avais pas d’affinité, ce camp me faisait trop penser
A l’homme qui veut asseoir son pouvoir par la répression
Indifférent a la souffrance qui sourde chez les plus faibles
Je les trouvais serviles, garant de leurs propres intérêts

Je m’acoquinai plutôt avec ceux qui avaient des illusions
Des êtes ordinaires qui ne s’embarrassent pas de frontières
Franchissant ton seuil, pour le simple plaisir d’un bonjour
Et finissant la soirée avec un plat de pâtes à l’estragon

Ensemble nos discussions, avaient des allures giratoires
Se croisait dans mon salon, les utopistes de conceptions
Les charmeurs du langage fleuri, et leur poésie
Les zens, les marrants, et ceux qui t’apprennent l’histoire

Avec eux l’ennui ne contaminé plus mon home
J’avais l’assurance qui sied, de celui qui a compris
Que le ru fait la rivière même en changeant de rive
Je découvrais des journées, qui jamais ne ronronnent

En fait d’acquisition, c’était plus un choix de vie
Ce contrat d’assurance devenait un soleil éternel
Je me retrouvai au cœur de l’action fraternelle
Je n’avais plus de raison d’ennui, alors je souri