puissance de la mélancolie (contre rémy le joyeux drille)

par zeio, mercredi 24 mai 2017, 00:44 (il y a 30 jours) En réponse à Claire

Souvent, j'aime à penser que les choses sont préparées avec délicatesse hors de soi, et que l'écrivain se place en écoute. Dès lors il n'est pas tellement question de choisir la mélancolie ou la joie, il invoque, cueille.
Ça n'est pas tant la tonalité qui importe, ce qui importe c'est de savoir si nous sommes vivants.
C'est tout autant le guet que l'exploration.

Fil complet :