proposition

par dh, mercredi 07 mars 2018, 13:20 (il y a 285 jours) En réponse à Claire

eh bien je ne suis ni théoricien ni exégète mais je pense que ce poème, comme d'autres de moi, provient de la coagulation, du précipité de plusieurs éléments divers et variés qui se sont sédimentés dans mon inconscient de façon désordonnée et chaotique et irrationnel et que le travail poétique a fait ressortir sous une forme de poème, réussi ou pas, c'est une autre histoire.

l'inceste frère-soeur (au moins suggéré) qui provoque une catastrophe (invasion de sauterelle (plaie d'égypte) + incendie). on retrouve ça dans "les moissons du ciel" de terence malick. film qui m'avait beaucoup marqué.

la coupe vidée au ciel des mots désincarnés pourrait être un toast porté au ciel des idées platoniciennes, un peu comme dans le "toast funèbre" de mallarmé. la question de savoir si ce ciel existe ou n'est qu'une chimère étant laissée ouverte (agnosticisme).

le regret de ne pas être le maître émerveillé pourrait être le regret de ne pas être musicien. et cela renvoie aussi à une phrase écrite en 2005 qui disait en gros le caractère conflictuel, voir oxymorique, de la maîtrise et de l'émerveillement.

tête penchée sur le poing c'est le penseur de rodin. le poing en alphabet ? peut-être l'idée d'un philosophe que nous sommes des "vocabulaires incarnés", ou que le langage peut être aussi solide et concret qu'un poing.

lèvres de granit > encore une idée de minéralité, de statuaire, de matière.

les bien nés espèrent et chantent
sous les arbres des premières aubes > peut-être l'idée d'une nouvelle genèse rédemptrice qui arriverait après la catastrophe du début du poème. le poème commence par les lueurs du soir et finit par l'aube, comme dans une nuit sur le mont chauve, de mousorvski.

la parole accompagne la fleur adolescente > ça ça serait l'idée d'un langage adéquat qui "accompagnerait" harmonieusement le réel sans le trahir ou l'enfermer dans des catégories restrictives ou approximatives. donc une utopie.

la brume s'évanouit toute en arborescence > éclaircissement final, peut-être une sorte de "happy end" ?

voilà, c'est un beau désordre. peut-être et même sûrement d'autres lecteurs ont vu des sens complètement différents auxquels je n'ai jamais pensé.

Fil complet :